Lieu historique national du Canada du Canal-de-Dérivation-de-la-Rivière Rouge

Winnipeg, Manitoba
Vue générale de l’ouvrage de régulation de la sortie du canal, une partie du canal de dérivation de la rivière Rouge, 1997. (© Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada, Richard Stuart, 1997.)
Vue générale
(© Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada, Richard Stuart, 1997.)
Adresse : Winnipeg, Manitoba

Loi habilitante : Loi sur les lieux et monuments historiques (L.R.C. (1985), ch. H-4)
Date de désignation : 2000-11-15
Dates :
  • 1962 à 1968 (Construction)
  • 1997 à 1997 (Significative)

Événement, Personne, Organisation :
  • H.G. Acres and Company Ltd.  (Architecte)
  • Ministère de l’Agriculture et de la Conservation, Direction de la régularisation et de la conservation des eaux, Manitoba  (Architecte)
  • Horton Steel Works Ltd.  (Constructeur)
  • Northern Construction Company  (Constructeur)
  • J.W. Steward Ltd.  (Constructeur)
  • Bird Construction Ltd.  (Constructeur)
Autre nom(s):
  • Canal de dérivation de la rivière Rouge  (Nom de la désignation)
  • Duff's Ditch  (Autre nom)
Numéro du rapport de recherche : 2000-005

Plaques


Inscription approuvé:  Winnipeg, Manitoba

Ce canal, dont la facture imposante est une merveille d'ingénierie, a su préserver Winnipeg de multiples inondations. L'ouvrage de 47 km et son système de contrôle des éléments, érigés entre 1962 et 1968, permettent de détourner les crues de la rivière Rouge. Affectueusement surnommé « Duffs Ditch », en l'honneur de Duff Roblin, le premier ministre de l'époque, ce long « fossé » a prouvé son efficacité en 1997 lors de « l'inondation du siècle » et sest avéré une source d'inspiration pour tous les Canadiens, souvent confrontés aux forces excessives de la nature.

Description du lieu patrimonial

Le lieu historique national du Canada du Canal-de-Dérivation-de-la-Rivière Rouge, qui fait partie d’un vaste système de régulation des inondations, est situé à l’est de Winnipeg, au Manitoba. La ville elle-même a été construite dans une plaine inondable, à la confluence des rivières Rouge et Assiniboine, dans l’une des régions les moins accidentées de l’Amérique du Nord. Construit entre 1962 et 1968 pour protéger Winnipeg des débordements de la rivière Rouge, le canal de dérivation détourne sans danger le trop-plein d’eau en contournant la ville vers l’est, puis rejoint la rivière en aval. La reconnaissance renvoie aux tracés au sol de l’ouvrage de régulation de l’entrée du canal, au canal lui-même et à l’ouvrage de régulation de la sortie du canal.

Valeur patrimoniale

Le canal de dérivation de la rivière Rouge a été désigné lieu historique national du Canada en 2000 pour les raisons suivantes : il s’agit d'une réalisation technique remarquable par sa nature même et en raison des retombées qu’il a, comme système de protection contre les inondations, sur le développement d'une grande ville canadienne; il revêt une importance symbolique exceptionnelle pour les Canadiens; le système, en raison de l’efficacité de sa conception et de sa capacité à retenir un débit de crue supérieur à la crue nominale, a, et continuera d’avoir, des retombées socioéconomiques d'une grande importance sur le plan provincial et national.

Au cours de son histoire, la rivière Rouge a inondé ses berges à de nombreuses reprises, ce qui a souvent entraîné des conséquences désastreuses pour les localités avoisinantes. Communément appelé « Duff’s Ditch » en l’honneur de son promoteur, l’ancien Premier ministre du Manitoba Duff Roblin, le canal de dérivation est devenu l’élément le plus imposant d’un vaste projet d’ingénierie entrepris pendent les années 1960 par le gouvernement du Manitoba dans le but de protéger les habitants de la province. Le canal de dérivation de la rivière Rouge a été construit à la suite de l’inondation catastrophique de 1950, qui a recouvert presque le dixième de la superficie de la ville.

Les plans des ouvrages d’entrée et de sortie ont été dessinés par la H.G. Acres & Company Ltd., firme d’ingénieurs-conseils de Niagara Falls, en collaboration avec le conseil consultatif du canal de dérivation de la rivière Rouge, Direction de la régularisation et de la conservation des eaux du Manitoba. Puisqu’il s’agit du plus vaste projet d’excavation jamais entrepris au Canada jusqu’à ce jour, la construction de l’ouvrage a été effectuée par plusieurs entreprises, soit Northern Construction Co. et J.W. Steward Ltd., de Vancouver, ainsi que Bird Construction Ltd., de Winnipeg. La fabrication des vannes en acier et des pistons hydrauliques a été assurée par Horton Steel Works, de Toronto.

Sa taille et sa conception sont imposantes, mais c’est la grande efficacité de l’ingénierie du canal de dérivation de la rivière Rouge qui lui confère toute sa valeur. Grâce à la technologie moderne de l’hydraulique et un ambitieux travail d’excavation, ses concepteurs ont été en mesure de détourner la force naturelle et destructrice de la rivière Rouge, permettant ainsi à la ville de Winnipeg de s’étendre et de se développer, à l’abri de la menace imprévisible des crues. Les eaux de crue venant de l’amont de la rivière sont contrôlées par les imposantes vannes de l’ouvrage de régulation de l’entrée du canal, au sud de la ville, et par le canal lui-même, long de 47 kilomètres, qui détourne sans danger le trop-plein d’eau en contournant la ville vers l’est. Grâce à l’ouvrage de régulation de la sortie, situé au nord de la ville, les eaux ainsi détournées rejoignent la rivière Rouge près de son embouchure.

Même si les inondations extrêmes de l’ampleur de celles de 1950 et de 1997 sont rares, le canal de dérivation de la rivière Rouge a servi plus d’une fois depuis son achèvement pour détourner les eaux et prévenir les inondations, ce qui a permis de sauver les maisons et commerces de Winnipeg des dommages importants que peuvent causer ces catastrophes naturelles.

Source : Commission des lieux et monuments historiques du Canada, Procès-verbal, juin 2000.

Éléments caractéristiques

Voici les principaux éléments qui contribuent à la valeur patrimoniale du canal de dérivation de la rivière Rouge : son emplacement à l’est de la ville de Winnipeg; son lien avec la croissance et le développement d’une importante métropole du Canada.

Voici les principaux éléments qui contribuent à la valeur patrimoniale de l’ouvrage de régulation de l’entrée du canal de dérivation : son emplacement, au sud de Winnipeg, à faible distance en aval de l’entrée du canal de dérivation; sa fonction de détournement du trop-plein d’eau dans le canal de dérivation; sa structure en béton armé, qui comprend une tour centrale de contrôle; ses deux vannes d’acier installées sous l’eau et reposant sur des pistons hydrauliques, qui permettent de les ouvrir ou de les fermer afin d’empêcher l’eau de passer.

Voici les principaux éléments qui contribuent à la valeur patrimoniale du canal de dérivation : sa forme semi-circulaire de 47 kilomètres de longueur, conçue pour imiter la dénivellation naturelle de la rivière, et creusée parallèlement à cette dernière afin d’en améliorer l’efficacité; sa conduite d’admission subaquatique de 275 mètres de largeur, aussi appelée « clapet » d’argile, qui traverse le fond du canal de dérivation afin d’empêcher les glaces d’y entrer; sa conception efficace qui permet la production végétale sur ses remblais.

Voici les principaux éléments qui contribuent à la valeur patrimoniale de l’ouvrage de régulation de la sortie du canal de dérivation : son emplacement à la fin du canal de dérivation, à la jonction de la rivière Rouge, en aval de Winnipeg; sa chute en béton, munie d’une route et d’un bassin d’amortissement, qui permet de contrôler l’évacuation des eaux de crue détournées.