Personnage historique national de Pierre Gaultier de La Vérendrye

Winnipeg, Manitoba
 © Bibliothèque et Archives Canada | Library and Archives Canada, no d'acc 1939-60-1
La Vérendrye au lake of the Woods
© Bibliothèque et Archives Canada | Library and Archives Canada, no d'acc 1939-60-1
 © Bibliothèque et Archives Canada | Library and Archives Canada, no d'acc 1939-60-1Vue de l'endroit de la plaque de la CLMHC au lieu historique national du Canada de La Fourche © Parks Canada | Parcs Canada
Adresse : Parc Bonnycastle et le LHN de La Fourche, Winnipeg, Manitoba

Loi habilitante : Loi sur les lieux et monuments historiques (L.R.C. (1985), ch. H-4)
Date de désignation : 1920-01-30
Date de la vie : 1685 à 1749

Autre nom(s):
  • Pierre Gaultier de La Vérendrye  (Nom de la désignation)

Importance: Explorateur et commerçant de fourrures, établit des postes à l'ouest du lac Supérieur

Plaques


Plaque existante:  Lieu historique national de La Fourche, Winnipeg, Manitoba

Originaire de Trois Rivières, La Vérendrye fit construire, entre 1731 et 1743, une série de postes de traite à l’ouest du lac Supérieur. Afin de s’assurer du commerce avec les Cris,les Ojibwas et les Assiniboines de la région, lui et ses fils établirent, entre autres, le fort Rouge, ici à La Fourche, et le fort La Reine (maintenant Portage la Prairie). Ces postes du nord devaient aider à financer l’expédition vers la mer de l’Ouest et à maintenir la concurrence avec la Compagnie de la Baie d’Hudson. Manquant d’appui à la Cour pour ses explorations, La Vérendrye, découragé, se retira à Montréal en 1744.

Plaque existante:  Parc Bonnycastle, Winnipeg, Manitoba

Originaire de Trois-Rivières, officier, négociant et explorateur, La Vérendrye fut le premier Blanc à établir des fondations dans les Prairies canadiennes. De 1731 à 1743, lui et ses fils construisirent, au-delà du lac Supérieur, plusieurs postes de traite, d'où les Français partirent pour explorer les territoires de l'Ouest. Parmi ces postes figurent Fort Saint-Pierre, Fort-Rouge et Fort-La-Reine, qui sont devenus aujourd'hui Fort Frances, Winnipeg et Portage la Prairie. Manquant d'appui à la Cour, La Vérendrye se retira en 1744 à Montréal, où il mourut. Il n'avait travaillé, selon ses propres termes, que "pour la gloire du Roy et le bien de la Colonie".