Lieu historique national du Canada d’Arvida

Arvida, Québec
Vue aérienne de l’arrondissement Arvida (© Pierre Lahoud, 2010)
Vue aérienne
(© Pierre Lahoud, 2010)
Adresse : Arvida, Québec

Loi habilitante : Loi sur les lieux et monuments historiques (L.R.C. (1985), ch. H-4)
Date de désignation : 2012-06-05
Dates :
  • 1926 à 1935 (Construction)
  • 1926 à 1926 (Significative)
  • 1926 à 1927 (Significative)
  • 1942 à 1942 (Significative)
  • 1942 à 1950 (Significative)
  • 1945 à 1945 (Significative)
  • 1939 à 1940 (Altération additionelle)
  • 1936 à 1940 (Addition)
  • 1927 à 1927 (Autre addition)
  • 1925 à 1925 (Acquis)

Numéro du rapport de recherche : 2011-042

Description du lieu patrimonial

Les limites retenues pour cet arrondissement historique correspondent grosso modo aux limites historiques de la ville d’Arvida conçue à partir de 1925 et dont les phases de développement considérées se sont étalées jusqu’au début des années 1950. Nous considérerons ici uniquement la partie située au nord de la voie ferrée, ce qui exclut les quartiers situés au sud de cette dernière, tels les quartiers Saint-Jacques, Saint-Philippe et Saint-Mathias. Sont également exclus du périmètre proposé : la zone commerciale, située entre la partie nord et la partie sud, les installations industrielles de Rio Tinto Alcan de même que les résidences dont la construction date d’après les années 1950 et qui sont pour la majorité regroupées au nord-est de l’arrondissement proposé.

Valeur patrimoniale

L’arrondissement d’Arvida est d’importance historique pour les raisons suivantes :

• conçue à partir de 1925 selon les plans des architectes Brainerd et Skougor, la ville d’Arvida est réalisée en trois phases successives, jusqu’en 1950, et constitue une excellente synthèse des concepts urbanistiques de l’époque, tels les mouvements City Beautiful et cité-jardin, qui se traduit par un tracé organique épousant la topographie du sol, par des voies de circulation hiérarchisées, par la présence de parcs, d’espaces verts et de nombreux arbres;

• exemple fort bien conservé de ville mono-industrielle canadienne, Arvida constitue un projet singulier de logement ouvrier de qualité où l’édification rapide d’un paysage urbain diversifié s’est faite au moyen d’une grande variété de modèles de résidences, dont certaines constituent une manifestation particulièrement réussie d’architecture d’inspiration régionaliste;

• associée au premier complexe aluminier au Canada, l’expansion d’Arvida témoigne de l’essor et du développement lié à l’industrie de l’aluminium au pays