Lieu historique national du Canada Fort-La-Reine

Portage la Prairie, Manitoba
Vue générale du cairn de pierre installé par la Commission des lieux et monuments historiques du Canada, 2008. (© Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada, Blair Philpott, 2008.)
Vue générale
(© Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada, Blair Philpott, 2008.)
Adresse : 130, piste Yellowquill, Portage la Prairie, Manitoba

Loi habilitante : Loi sur les lieux et monuments historiques (L.R.C. (1985), ch. H-4)
Date de désignation : 1925-05-15
Dates :
  • 1738 à 1738 (Construction)
  • 1658 à 1690 (Significative)
  • 1738 à 1759 (Significative)

Événement, Personne, Organisation :
  • Pierre Gaultier de Varennes, Sieur de La Vérendrye  (Personne)
Autre nom(s):
  • Fort La Reine  (Nom de la désignation)
Numéro du rapport de recherche : 1968-029, 2010-CED-SDC-002

Plaques


En ce lieu, où les Indiens commençaient le portage entre la rivière Assiniboine et le lac Manitoba pour se rendre au Fort York, Pierre Gaultier de Varennes, sieur de la Vérendrye, explorateur canadien français et découvreur de l'ouest canadien, construisit en octobre 1738 le Fort La Reine, où il établit ses quartiers et d'où lui-même où ses fils poussèrent leurs explorations au nord jusqu'à la rivière Saskatchewan, au sud-ouest jusqu'au pays des Mandans et à l'ouest jusqu'aux contreforts des Rocheuses.

Plaque existante: à travers de l'installation de traitement de l'eau de Portage la Prairie 130, piste Yellowquill, Manitoba

Près d'ici, Pierre Gaultier de La Vérendrye éleva, en octobre 1738, le quatrième et le plus important de ses postes de l'Ouest, qu'il nomma fort La Reine. Il fit choix de ce lieu pour intercepter le trafic des Indiens qui franchissaient le portage vers le lac Manitoba afin de se rendre aux postes anglais de la baie d'Hudson. Le fort servit de base aux explorations de La Vérendrye et de ses fils au sud du Missouri et au nord de la Saskatchewan. Le poste fut abandonné en 1749. Jacques Legardeur de Saint-Pierre le rebâtit en 1751. Incendié en son absence par les Indiens en 1752, il assurait pas été reconstruit.

Description du lieu patrimonial

Le lieu historique national du Canada Fort-La-Reine est situé sur la rive nord de la rivière Assiniboine, dans le secteur est de Portage La Prairie, au Manitoba. Il n’existe aucun vestige connu lié au Fort-La-Reine, mais un cairn de pierre et une plaque ont été érigés par la Commission des lieux et monuments historiques du Canada (CLMHC) pour commémorer le lieu. La reconnaissance officielle vise la parcelle de terre sur laquelle se dresse le cairn de la CLMHC, sur la rive nord de la rivière Assiniboine, à l’ouest du sentier Yellowquill.

Valeur patrimoniale

Fort-La-Reine a été désigné lieu historique national du Canada en 1925 parce que : son association avec les premières explorations de l’Ouest sous le régime français.

La valeur patrimoniale de Fort-La-Reine réside dans ses associations historiques avec les débuts de l’exploration de l’Ouest durant le Régime français. Les premiers Européens à visiter l’emplacement du fort étaient probablement les explorateurs français Radisson et Groseillers, qui explorèrent la région entre 1658 et 1690 dans le but de récolter des fourrures. En octobre 1738, Pierre Gaultier de Varennes, sieur de La Vérendrye, établit Fort-La-Reine aux abords de la rivière Assiniboine. Le fort servit alors de base en vue d’une exploration plus approfondie des prairies canadiennes et constitua également l’un des principaux postes français de traite des fourrures jusqu’à la fin de l’influence française, en 1759. Certains signes donnent à penser que Fort-La-Reine fut abandonné, brûlé et rebâti plusieurs fois, bien que les dates de ces événements demeurent inconnues, tout comme les emplacements exacts qu’aurait occupés le fort.

Source : Commission des lieux et monuments historiques du Canada, Procès-verbal, février 2010.

Éléments caractéristiques

Les principaux éléments qui donnent au lieu sa valeur patrimoniale sont les suivants : son emplacement dans le secteur est de Portage La Prairie, au Manitoba; sa situation sur la rive nord de la rivière Assiniboine, à l’ouest du sentier Yellowquill; l’intégrité des vestiges archéologiques qui subsistent ou qui n’ont pas encore été mis au jour, mais qui pourraient l’être à leur emplacement et dans leur état d’origine; le cairn de pierre et la plaque installés par la Commission des lieux et monuments historiques du Canada pour commémorer le lieu; les vues qu’offre le lieu sur la rivière Assiniboine et sur le paysage plat des environs.