Lieu historique national du Canada de la Maison-Gabrielle-Roy

Winnipeg, Manitoba
Vue générale de l'arrière de la Maison Gabrielle-Roy montrant les éléments paysagers subsistant depuis l’époque où la famille Roy étaient propriétaire, y compris quelques arbres centenaires, 2008. © Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada, N. Clerk, 2008.
Vue générale
© Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada, N. Clerk, 2008.
Vue générale de la Maison Gabrielle-Roy démontrant le parement extérieur en planches à feuillure de couleur jaune contrastant avec les moulures peints en blancs et la grande galerie longeant la maison sur les côtés sud et ouest, 2007. © Corporation Maison Gabrielle-Roy, 2007Vue générale de l'arrière de la Maison Gabrielle-Roy montrant les éléments paysagers subsistant depuis l’époque où la famille Roy étaient propriétaire, y compris quelques arbres centenaires, 2008. © Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada, N. Clerk, 2008.Vue de l'intérieur de la Maison Gabrielle-Roy mettant de l'emphase sur  l’importante utilisation du bois à l’intérieur, y compris les planchers en lattes de bois, les murs en lambris de bois, lles cimaises, et les moulures de portes, 2008. © Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada, N. Clerk, 2008.
Adresse : 375, rue Deschambault, St. Boniface, Winnipeg, Manitoba

Loi habilitante : Loi sur les lieux et monuments historiques (L.R.C. (1985), ch. H-4)
Date de désignation : 2009-03-28
Dates :
  • 1905 à 1905 (Construction)
  • 1909 à 1937 (Significative)

Événement, Personne, Organisation :
  • Personne historique nationale de Gabrielle Roy  (Personne)
  • Gaboury, Préfontaine, Perry, Architectes  (Architecte)
  • Zénon Landry  (Constructeur)
Autre nom(s):
  • Maison Gabrielle-Roy  (Autre nom)
Numéro du rapport de recherche : 2008-068

Description du lieu patrimonial

Le lieu historique national du Canada de la Maison-Gabrielle-Roy est situé sur un terrain étroit au sein d’un paisible quartier résidentiel de Saint-Boniface, au Manitoba. Il s’agit d’une belle grande demeure en bois en forme de « L », de type vernaculaire qui compte deux étages et demi. Cette maison, restaurée pour reprendre son apparence des années 1918, a été le lieu de naissance de Gabrielle Roy, écrivaine canadienne, qui l’a habité jusqu’en 1937. La reconnaissance officielle fait référence au lot 5 sur lequel la maison est située.

Valeur patrimoniale

La maison Gabrielle-Roy a été désignée lieu historique national du Canada en 2009 parce que : cette demeure familiale qui a vu naître Gabrielle Roy en 1909 et où l'auteure a habité jusqu'en 1937 a été le centre d'un univers de personnages et d'événements marquants qui ont profondément inspiré son oeuvre;
- cette maison urbaine, par ailleurs typique des maisons de l'époque habitées par la classe moyenne, a été pour l'auteure un lieu privilégié auquel elle est demeurée attachée tout au long de sa vie et qu'elle a décrit et idéalisé dans plusieurs de ses écrits, en particulier dans Rue Deschambault.

La valeur historique de cette maison repose sur son association avec Gabrielle Roy, l'une des grandes auteurs canadiennes du XXe siècle et désignée personne d’importance nationale. Cette maison a été le lieu de naissance, mais aussi le lieu associé à l’enfance, à la jeunesse et aux années de formation de Gabrielle Roy. La maison fut également un lieu d’inspiration pour cette auteure qui toute sa vie y est demeurée profondément attachée, notamment au grenier si étroitement associé à une époque de sa vie et aux débuts de son intérêt pour l’écriture. Tel qu’en témoignent les références et les allusions présentes dans plusieurs de ses récits, notamment Rue Deschambault et La Détresse et l’Enchantement, non seulement la maison elle-même est une source d’inspiration, mais les événements qui y sont associés et les environs le sont aussi. Ils lui ont offert un microcosme qui l’a inspiré, qu’elle a idéalisé, et d’où elle a puisé des thèmes à valeur universelle. Son attachement à cette maison s’exprime dans plusieurs de ses écrits, mais aussi dans sa vie personnelle par sa recherche de lieux similaires pour y vivre. Restaurée entre 2001 et 2003, cette maison contribue à perpétuer la mémoire et l’oeuvre de cette auteure canadienne.

Source : Commission des lieux et monuments historiques du Canada, Procès-verbal, 2008.

Éléments caractéristiques

Les principaux éléments qui donnent au lieu sa valeur patrimoniale sont les suivants : son emplacement sur la rue Deschambault à Saint-Boniface, au Manitoba; sa situation sur un terrain étroit, séparée de la rue par un étroit trottoir et une bande de gazon, au sein d’un paisible quartier résidentiel; le plan architectural vernaculaire de la maison assez courante au XXe siècle avec ses deux étages et demi, son toit à deux versants droits, un plan en «L», où les deux corps de bâtiment s’imbriquent à angle droit, et l’ornementation extérieure réduite; la toiture en bardeaux de cèdre percée d’une lucarne du côté sud et le côté ouest doté d’un pignon avec une fenêtre; le parement extérieur en planches à feuillure de couleur jaune contrastant avec les moulures des ouvertures, les poteaux de la galerie et les planches cornières bordant les murs peints en blancs; la grande galerie longeant la maison sur les côtés sud et ouest; les grandes ouvertures disposées sur tous les murs de la maison; le plan intérieur aménagé comme à l’époque où la famille Roy y habitait, y compris le grenier où se trouvait la petite chambre de Gabrielle Roy et la cuisine d’été rattachée à l’arrière de la maison; l’importante utilisation du bois à l’intérieur, y compris les planchers en lattes de bois, les murs en lambris de bois, les larges plinthes, les cimaises, et les moulures de portes et fenêtres; les matériaux, les finis et la décoration associés à l’époque où la famille Roy y habitait, ainsi que les éléments qui ont subsistés, y compris les portes françaises ainsi que des moulures de portes; l’ancienne petite remise jouxtant le garage qui appartenait au père de Gabrielle Roy; les éléments paysagers subsistant depuis l’époque où la famille Roy étaient propriétaire, y compris quelques arbres centenaires; les points de vue depuis la lucarne du grenier et depuis le reste de la maison sur la rue, et depuis la rue, sur la maison; les associations culturelles entre la propriété et ses environs et l’oeuvre de Gabrielle Roy.