Lieu historique national du Canada du Domaine-Joly-de-Lotbinière

Sainte-Croix, Québec
Vue du Domaine Joly de Lotbinière, qui montre le bâtiment principal en bois, 2002. © Agence Parcs Canada / Parks Canada Agency, 2002.
Vue générale
© Agence Parcs Canada / Parks Canada Agency, 2002.
Vue du Domaine Joly de Lotbinière, qui montre le bâtiment principal en bois, 2002. © Agence Parcs Canada / Parks Canada Agency, 2002.Vue du Domaine Joly de Lotbinière, qui montre le "nid d'amour," 2002. © Agence Parcs Canada / Parks Canada Agency, 2002.Vue de l'intérieur du Domaine Joly de Lotbinière, qui montre les pièces d'Agnès Joly de Lotbinière, 2002. © Agence Parcs Canada / Parks Canada Agency, 2002.
Adresse : 7015, route de Pointe Platon, Sainte-Croix, Québec

Loi habilitante : Loi sur les lieux et monuments historiques (L.R.C. (1985), ch. H-4)
Date de désignation : 2003-06-30
Dates :
  • 1851 à 1908 (Construction)

Événement, Personne, Organisation :
  • Sir Henri-Gustave Joly de Lotbinière  (Personne)
Autre nom(s):
  • Domaine Joly de Lotbinière  (Nom de la désignation)
Numéro du rapport de recherche : 2002-75

Plaques


Plaque existante:  Sainte-Croix, Québec

Propriété de la famille Joly de Lotbinière de 1846 à 1967, ce domaine est un exemple remarquable de lieu de villégiature d'inspiration pittoresque. La longue allée romantique, les pelouses ombragées, les jardins ornementaux, les magnifiques noyers noirs centenaires ainsi que la vaste demeure évoquent l'époque où les membres de cette éminente famille venaient y passer leurs étés. Ce site dune rare beauté incarne à merveille la passion des Joly de Lotbinière pour la recherche horticole motivée par un idéal esthétique. Approuvé 2004

Description du lieu patrimonial

Le lieu historique national du Canada du Domaine-Joly-de-Lotbinière occupe la pointe Platon, une grande péninsule située sur la rive sud du fleuve Saint-Laurent, au Québec. Fondé en 1851 par Sir Henri-Gustave Joly de Lotbinière, un influent politicien canadien qui fut aussi lieutenant-gouverneur, ce domaine estival de style manoir d’une superficie de 337 acres consiste en une vaste demeure dans un parc aménagé, avec jardins spécialisés et structures de soutien. Conçu de façon pittoresque, ce domaine est aménagé en insistant sur l’informel et le naturel. Des promenades mènent vers une succession de jardins contenant des espèces indigènes et exotiques agrémentés de pelouses, de bassins et d’arbres soigneusement disposés. La reconnaissance officielle fait référence au domaine dans ses limites définies, notamment ses jardins, ainsi que les éléments bâtis comme les bâtiments et les promenades.

Valeur patrimoniale

Le Domaine Joly de Lotbinière fut désigné lieu historique national du Canada en 2002 pour les raisons suivantes : ce paysage culturel est un remarquable exemple de lieu de villégiature d’inspiration pittoresque qui se distingue, encore aujourd’hui, par l’exceptionnelle qualité et la nature à la fois esthétique et expérimentale de ses aménagements; et le domaine témoigne de la passion de plusieurs membres de la famille Joly de Lotbinière pour les sciences et les arts; ces personnes incarnent les efforts d’un petit nombre d’amateurs dévoués qui avaient la possibilité et les moyens de s’adonner à la recherche scientifique et de cultiver un idéal esthétique.

La famille Joly de Lotbinière a joué un rôle important pendant et après la période seigneuriale. Henri-Gustave Joly de Lotbinière, qui a hérité de la propriété en 1860, est devenu un des politiciens les plus marquants du 19e siècle, tout en étant un remarquable botaniste et scientifique de cette période. L’aménagement des terrains permettait d’y cultiver de nombreux spécimens et d’y planter des espèces exotiques. Henri-Gustave fut également un pionnier de la foresterie et avait bâti une collection d’arbres. La résidence principale affiche plusieurs caractéristiques des résidences d’été, dont de grandes fenêtres destinées à maximiser la vue sur l’environnement naturel et de vastes galeries offrant une agréable transition vers l’extérieur. Son petit-fils a hérité du domaine et y a développé les jardins après 1908. Leur style est en partie anglais et en partie français. La maison et le jardin sont devenus propriété publique en 1984 et le domaine est maintenant ouvert au public.

Source: Commission des lieux et monuments historiques du Canada, Procès-verbal, novembre 2002.

Éléments caractéristiques

Les principaux éléments qui contribuent au caractère patrimonial de ce lieu historique sont les suivants : l’emplacement sur la rive sud du fleuve Saint-Laurent; le site protégé situé sur une péninsule; l’aménagement du domaine selon les principes «jardinesques », qui comprennent la composition soigneuse d’éléments de façon à produire un effet « naturel », d’après les préceptes du mouvement pittoresque; la grande variété de jardinets potagers spécialisés, de platebandes et de lits de fleurs, le boisé, l’étang, le pré, le jardin alpin en creux, la serre de plantes rares ainsi que les arbres matures de diverses espèces comme des noyers noirs, des chênes et du hêtre américain; la disposition soigneuse des bâtiments à l’intérieur du paysage aménagé, dont : le bâtiment principal en bois, avec sa volumétrie de trois étages sous un toit à pignon, la construction en bois, de grandes fenêtres disposées de façon régulière et les imposantes galeries, le frontispice en saillie, la lucarne à fenêtre en demi-lune, l’entrée centrale et la rallonge à l’arrière, avec les marques encore existantes de la configuration intérieure, des finis et des détails d’origine; la vaste pelouse qui s’étend devant la maison et qui offre une vue sur le fleuve; les cinq petites structures de soutien, dont les anciens quartiers des domestiques, le laboratoire, le garage, la maison des jardiniers, le poulailler et abri pour le bois et atelier avec leur masse, leurs matériaux extérieurs et leur emplacement en retrait; les structures récréatives comme le kiosque de lecture et le « nid d’amour » avec leur masse, leurs matériaux et leur disposition pittoresque; la section centrale des jardins de la propriété, aménagée en une succession de petits jardins formant des paysages pittoresques avec leurs parterres, étangs, plantes indigènes et exotiques et arbres; le boisé du côté sud et la plantation de noyers noirs au nord.