Phare de Bayswater

Phare patrimonial

Bayswater, Nouveau-Brunswick
Phare de Bayswater (© Fisheries and Oceans / Pêches et océans)
Phare de Bayswater
(© Fisheries and Oceans / Pêches et océans)
Adresse : 2095 NB-845, Bayswater, Nouveau-Brunswick

Loi habilitante : Loi sur la protection des phares patrimoniaux (L.C. 2008, ch 16)
Date de désignation : 2018-05-25
Dates :
  • 1913 à 1913 (Construction)

Description du lieu patrimonial

Le phare de Bayswater est une tour traditionnelle en bois en forme de pyramide tronquée à base carré qui mesure 8,8 mètres (29 pieds) de hauteur. Il a été construit en 1913 et est hors service depuis 2005. Le phare est situé sur une petite parcelle de terrain du côté ouest du chenal Milkish, le long du bas du fleuve Saint-Jean au Nouveau-Brunswick.

Valeur patrimoniale

Le phare de Bayswater est un phare patrimonial en raison de ses valeurs historiques, architecturales et communautaires.

Valeurs historiques
Le phare de Bayswater est un très bon exemple de l’expansion des aides à la navigation visant à améliorer le transport maritime et de passagers le long du fleuve Saint-Jean du milieu du XIXe siècle au XXe siècle. Ce corridor, qui s’étend sur 673 kilomètres entre la province de Québec et l’État du Maine jusqu’à la baie de Fundy, était une route de transport maritime et de passagers clé au Nouveau-Brunswick. En 1914, Bayswater était l’un des 21 phares en service le long du réseau hydrographique du fleuve Saint-Jean et a soutenu la circulation fluviale et un traversier entre la communauté de Bayswater et Millidgeville, juste au nord de la ville de Saint John.

Bien que le traversier ait cessé ses activités dans les années 1950, le phare a continué de guider les embarcations personnelles, les bateaux de pêche, les bateaux de tourisme et les canoës et kayaks récréatifs le long du « Rhin de l’Amérique du Nord », le pseudonyme du fleuve Saint-Jean en raison de sa popularité parmi les plaisanciers. Le phare est mis hors service en 2005.

Valeurs architecturales
Le phare de Bayswater est un excellent exemple du phare de style « poivrière », avec une tour en bois en forme de pyramide tronquée à base carrée. Il se distingue par une tour avec une corniche concave, qui donne un aspect attrayant, gracieux et équilibré à une structure par ailleurs simple. Le phare est peint en rouge et blanc, les couleurs traditionnelles de la Garde côtière canadienne. Initialement équipée d’une lentille du cinquième ordre, le feu a été changée en feu rouge fixe pendant les années 1960-1970 et en 2004 est devenue un feu rouge clignotant.

Construit en conformité avec un plan standard du ministère de la Marine et des Pêches, ce modèle était populaire à partir des années 1860 jusque dans les années 1930. La conception utilitaire était peu coûteuse et facile à construire, et a fourni une plate-forme stable pour la lanterne et le feu. Ces petites tours en bois étaient également relativement faciles à entretenir par un gardien de phare local.

Valeurs communautaires
Le phare de Bayswater est situé à côté d’une route rurale le long du bas du fleuve Saint- Jean. Il est entouré d’arbres avec quelques maisons qui parsèment la région boisée. Le site est relativement inchangé par rapport à son cadre d’origine. Visible de l’eau et la chaussée, le phare reste compatible avec son environnement riverain.

Avec son emplacement évident le long de l’autoroute 845, le phare accueille les voyageurs dans la communauté. Bien qu’il soit inactif depuis 2005, il demeure un symbole de patrimoine et de tourisme très apprécié tant pour les résidents que pour les marins.

Bâtiments connexes
Aucun bâtiment connexe.

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du phare de Bayswater devant être respectés comprennent :
son emplacement sur une petite parcelle de terrain du côté ouest du chenal Milkish; sa forme et ses proportions d’origine intactes caractérisées par le modèle standard de bois, en forme de pyramide tronquée à base carrée; sa structure carrée en bois et ses côtés effilés s’élevant à partir d’une base carrée; sa forme structurelle en bois, historiquement revêtue en bardeaux de bois; sa galerie soutenue par une corniche concave faisant la transition avec ses murs inclinés; sa porte avec fronton; ses deux fenêtres sur des façades opposées apportant une lumière naturelle à son intérieur; la conception et les matériaux de la rambarde en fer entourant la plateforme; sa lanterne carrée d’origine avec toit pyramidal et évent; Son agencement traditionnel extérieur de couleurs, soit le blanc pour la tour et la corniche, et le rouge pour la lanterne, la rambarde de la plateforme et la porte; et, son importance visuelle par rapport à la route, l’eau et au paysage.