Phare de Langara Point

Phare patrimonial

Village de Masset, Colombie-Britannique
Vue générale du phare de Langara Point, 2010. (© Kraig Anderson - lighthousefriends.com)
Vue générale
(© Kraig Anderson - lighthousefriends.com)
Adresse : Île Langara, Village de Masset, Colombie-Britannique

Loi habilitante : Loi sur la protection des phares patrimoniaux (L.C. 2008, ch 16)
Date de désignation : 2015-02-12
Dates :
  • 1913 à 1913 (Construction)
  • 1913 à 1913 (Établissement)

Événement, Personne, Organisation :
  • Colonel William Anderson (en collaboration avec le ministère de la Marine et des Pêcheries)  (Architecte)

Description du lieu patrimonial

Le phare de Langara Point est une tour hexagonale en béton armé d’une hauteur de 7,6 mètres (25 pieds) aux murs inclinés et nervurés. Il se trouve à la pointe nord-ouest de l’île Langara, dans l’archipel Haida Gwaii, qui jouxte la frontière canado-américaine. La collectivité la plus proche est le village de Masset, à environ 40 kilomètres (25 milles) au sud-est. Il s’agit du premier phare à avoir été érigé à cet endroit et sa construction date de 1913.
Sept bâtiments connexes contribuent au caractère patrimonial du phare : (1) le logement simple de trois chambres (subalterne) construit en 1965; (2) le logement double de 4 chambres à coucher construit en 1965; (3) le logement simple de quatre chambres (supplémentaire) construit en 1962; (4) le hangar à bateaux construit en 1938; (5) la salle des machines et radiobalise construite en 1975; (6) l’atelier construit en 1965; et, (7) l’entrepôt de matériaux inflammables construit en 2000.

Valeur patrimoniale

Le phare de Langara Point est un phare patrimonial en raison de ses valeurs historiques, architecturales et communautaires.

Valeurs historiques
Le phare de Langara Point est une excellente illustration de l’époque où s’est déroulée la campagne visant à fournir des aides à la navigation sur la côte Ouest du Canada. La tour est associée à l’augmentation du trafic transocéanique vers Prince Rupert. Durant la Deuxième Guerre mondiale, le phare a été peint en vert camouflage, et une station radar a été construite pour surveiller ce qui se déroulait dans le Pacifique Nord. Le phare de Langara Point est aussi représentatif des efforts déployés par le Canada pour installer un réseau d’enregistreurs capables d’émettre à l’avance des avertissements de tremblements de terre et de tsunamis le long de la côte du Pacifique, après deux tsunamis dévastateurs survenus en 1946 et en 1964.
Le phare de Langara Point est un excellent exemple du développement socio-économique de l’entrée Dixon et du village de Masset à Haida Gwaii, et il est associé à une importante communauté internationale de pêcheurs, de touristes et de navires de charge, qui utilisent le phare comme repère depuis 1913. Au cours des dernières années, l’île et son phare emblématique ont accueilli bon nombre de pêcheurs sportifs et de touristes.

Valeurs architecturales
Le phare de Langara Point est un excellent exemple de tour hexagonale en béton armé aux murs inclinés et nervurés, variante du concept de contreforts à arcs-boutants développé au début du XXe siècle. Ses proportions lui confèrent une silhouette moderne. La forme simple de la tour est mise en valeur par la construction monolithique en béton lisse.
Construit à partir de matériaux de grande qualité par des artisans de talent, le phare de Langara Point est une structure de conception élégante qui a bien résisté aux conditions climatiques. Il est aussi un excellent exemple de phare fonctionnant dans le contexte général d’une station de phare entièrement équipée. Il comprend trois logements de gardiens, une salle des machines et des radios, une remise à bateaux, une pièce d’entreposage de produits inflammables et un atelier. L’ensemble des bâtiments est très évocateur de la tradition des gardiens de phares.

Valeurs communautaires
De par sa situation à l’extrémité nord d’une petite île sauvage densément boisée, dans une petite clairière gazonnée bordant une haute falaise, , le phare de Langara Point est le fondement du caractère maritime local. Avec ses bâtiments auxiliaires, le phare domine ce petit site impeccable. Le phare est clairement visible de l’eau, tandis que les autres bâtiments sont dissimulés par les arbres et sont plus visibles du phare.
Le phare de Langara Point sert aussi de station d’observation météorologique, et il contribue aux efforts de recherche et de sauvetage de la région. Facilement accessible par bateau, il constitue une destination touristique prisée, un point de repère familier pour le trafic maritime commercial et un symbole du milieu maritime local.

Bâtiments connexes
Sept bâtiments connexes, énumérés à la section 1, contribuent au caractère patrimonial du phare.

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du phare de Langara Point devant être respectés comprennent :
— l’emplacement au bord d’une falaise, à la pointe nord-ouest de l’île Langara;
— la forme, la hauteur et le profil d’origine ainsi que les proportions équilibrées;
— la tour hexagonale aux murs inclinés et nervurés faite de béton armé lisse;
— la lanterne en métal cylindrique coiffée d’un évent en dôme et d’une girouette;
— la lentille de Fresnel de premier ordre et d’origine;
— la galerie en béton munie un garde-corps en métal circulaire entourant la lanterne;
— la simplicité de la taille et des proportions des consoles et la bordure de la plateforme accueillant la lanterne;
— les ouvertures au contour simple des fenêtres et de la porte à frontons;
— l’agencement extérieur traditionnel de couleurs rouge et blanc, soit le blanc pour la tour et le rouge pour la porte, le toit, le garde-corps et la lanterne;
— son importance visuelle par rapport à l’eau et au paysage.

Les éléments caractéristiques des bâtiments connexes devant être respectés comprennent :
— les formes et proportions respectives;
— les couleurs traditionnelles, soit le blanc pour les murs et le rouge pour les moulures et le toit;
— leur relation contextuelle avec le phare.