Refuge Halfway

Édifice fédéral du patrimoine reconnu

Parc national du Canada Banff, Alberta
Vue du Refuge Halfway mettant de l'emphase sur l'harmonisation de la forme rustique du bâtiment avec le cadre pittoresque des prés alpins et des pics montagneux de la vallée Ptarmigan, 2000. © Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada, n.d.
Vue du Halfway Hut dans son cadre
© Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada, n.d.
Vue de coin du Refuge Halfway démontrant l'emploi de matériaux naturels locaux, conformément aux principes de l'architecture rustique, tels que l'utilisation de rondins écorcés disposés à l'horizontale, les fondations en pierre et le toit de bardeaux. © Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada, n.d.Facade avant du Refuge Halfway démontrant le porche profond protégeant l'entrée. © Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada, n.d.Vue du Refuge Halfway mettant de l'emphase sur l'harmonisation de la forme rustique du bâtiment avec le cadre pittoresque des prés alpins et des pics montagneux de la vallée Ptarmigan, 2000. © Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada, n.d.
Adresse : Mont-Redoubt, Parc national du Canada Banff, Alberta

Loi habilitante : La Politique du Conseil du Trésor sur la gestion des biens immobiliers
Date de désignation : 2000-10-12
Dates :
  • 1931 à 1931 (Construction)

Événement, Personne, Organisation :
  • Jim Boyce  (Constructeur)
Ministère gardien Parcs Canada
Référence du rapport BEEFP 99-138
Numero RBIF : 15404 00

Description du lieu patrimonial

Situé dans le cadre pittoresque de la vallée Ptarmigan, dans le parc national de Banff, le refuge Halfway est une construction rectangulaire simple en rondins, bien proportionnée, conçue dans un style d'architecture rustique. Le bâtiment présente un toit à deux versants supporté par des chevrons et des pannes en rondins, un profond débord de toit au-dessus de l'entrée du refuge et des fenêtres à quatre carreaux localisées au centre des murs latéraux et arrière. La désignation se limite au tracé au sol du bâtiment.

Valeur patrimoniale

Le refuge Halfway a été désigné édifice fédéral du patrimoine reconnu en raison de son importance historique, de l'intérêt qu'il représente sur le plan architectural et de la place qu'il occupe au sein de son milieu.

Valeur patrimoniale
L'aménagement du refuge Halfway est lié aux débuts du développement des activités récréatives d'hiver dans les parcs nationaux du Canada et à l'essor du ski alpin dans la région du lac Louise dans le parc national de Banff. L'établissement du pavillon de ski Skoki en tant que destination de ski alpin a marqué le début des activités récréatives d'hiver dans la région. Considéré comme un ajout important à cet aménagement, le refuge Halfway a été construit à mi-chemin du sentier qui monte vers la gare du CPR au lac Louise et le pavillon de ski Skoki, afin d'héberger pendant la nuit les skieurs se rendant au pavillon de ski Skoki.

Valeur architecturale
Le refuge Halfway est un bel exemple de cabine de refuge typique et d'architecture rustique. L'intérieur du refuge, de bonne conception fonctionnelle, se compose d'une pièce unique sans partition, d'un plancher en madriers et de murs non finis. Simple et bien proportionné, le refuge Halfway est un abri de rondins bien assemblé et construit avec des matériaux naturels et locaux.

Valeur environnementale
Le refuge Halfway est situé sur un plateau gazonné, entouré d'une bande étroite d'épinettes matures, dans le cadre pittoresque de la vallée Ptarmigan. Le refuge Halfway est bien connu du milieu des skieurs et des randonneurs et il sert actuellement de refuge pendant la journée.

Références :
Edward Mills, Refuge Halfway, Parc national Banff (Alberta). Bureau d'examen des édifices fédéraux du patrimoine rapport de recherche 99-138.

Refuge Halfway, Parc national Banff (Alberta). Énoncé de la valeur patrimoniale 99-138.

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques suivants du refuge Halfway devraient être respectés, par exemple :

Son évocation des débuts du développement des activités récréatives d'hiver dans les parcs nationaux du Canada et de l'essor du ski alpin dans la région du lac Louise dans le parc national de Banff se traduisant par:
L'esthétique rustique du bâtiment, s'inscrivant dans le caractère architectural des installations des parcs nationaux du Canada, depuis les années 1880 jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Son style rustique, ses méthodes de construction indigènes et les matériaux locaux, qui se manifestent dans les éléments suivants :
Le chalet rectangulaire, simple et bien proportionné, caractérisé par un toit à pignon à pente moyenne, soutenu par des chevrons et des pannes en rondins, un porche profond protégeant l'entrée, une construction de rondins posés à l'horizontale et de simples fenêtres à quatre carreaux; L'emploi de matériaux naturels locaux, conformément aux principes de l'architecture rustique, tels que l'utilisation de rondins écorcés disposés à l'horizontale, les fondations en pierre et le toit de bardeaux en bois; Les détails rustiques bien exécutés, comme l'assemblage en sabot des coins, les chevrons et pannes de rondins exposés et le colmatage de languettes de bois.

La façon dont le bâtiment renforce le caractère pittoresque du lieu se manifeste dans les éléments suivants:
Le maintien de sa relation avec le site, en particulier son emplacement sur un plateau gazonné surplombant la jonction de deux ruisseaux, entouré d'une bande étroite d'épinettes matures et à proximité d'un sentier de randonnée pédestre du côté est; L'harmonisation de la forme rustique, des matériaux naturels et des détails rustiques du bâtiment avec le cadre pittoresque des prés alpins et des pics montagneux de la vallée Ptarmigan.

Énoncé de valeur patrimoniale

Avis de non-responsabilité - L'énoncé de valeur patrimoniale a été mis en place par le BEÉFP, afin de clarifier l'objet de la désignation d'un bâtiment fédéral du patrimoine et ce qui confère à l'édifice son importance patrimoniale. Il est donc un document de référence clé pour toute personne impliquée dans un projet d'intervention sur des édifices fédéraux du patrimoine et il est utilisé par le BEÉFP lors de ses examens d'intervention.

Raisons de la désignation
Le refuge central a été désigné édifice fédéral patrimonial « reconnu » en raison de son importance historique, de l’intérêt qu’il représente sur le plan architectural et de la place qu’il occupe au sein de son milieu.

Valeur patrimoniale
L’aménagement du refuge central est lié aux débuts du développement des activités récréatives d’hiver dans les parcs nationaux du Canada et à l’essor du ski alpin dans la région du lac Louise dans le parc national de Banff. L’établissement du pavillon de ski Skoki en tant que destination de ski alpin a marqué le début des activités récréatives d’hiver dans la région. Considéré comme un ajout important à cet aménagement, le refuge central a été construit à mi-chemin du sentier qui monte vers la gare du CPR au lac Louise et le pavillon de ski Skoki, afin d’héberger pendant la nuit les skieurs se rendant au pavillon de ski Skoki.

Valeur architecturale
Le refuge central est une structure en rondins, simple, rectangulaire et bien proportionnée, avec un toit à pignon soutenu par des chevrons et des pannes en rondins, un porche profond protégeant l’entrée du chalet et de simples fenêtres à quatre carreaux situées au centre des murs arrière et latéraux. Le chalet comporte une seule pièce sans cloisons, un plancher de bois et des murs sans finition. Fait de matériaux naturels locaux, le refuge central est un abri de rondins horizontaux bien construit et constitue un bel exemple du style architectural rustique.

Valeur environnementale
Le refuge central est situé sur un plateau gazonné, entouré d’une bande étroite d’épinettes matures, dans le cadre pittoresque de la vallée Ptarmigan. Le refuge central est bien connu du milieu des skieurs et des randonneurs et il sert actuellement de refuge pendant la journée.

Éléments caractéristiques
Les éléments caractéristiques suivants du refuge central devraient être respectés :

Son évocation des débuts du développement des activités récréatives d’hiver dans les parcs nationaux du Canada et de l’essor du ski alpin dans la région du lac Louise dans le parc national de Banff se traduisant par:
- L’esthétique rustique du bâtiment, s’inscrivant dans le caractère architectural des installations des parcs nationaux du Canada, depuis les années 1880 jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Son style rustique, ses méthodes de construction indigènes et les matériaux locaux, qui se manifestent dans les éléments suivants :
- Le chalet rectangulaire, simple et bien proportionné, caractérisé par un toit à pignon à pente moyenne, soutenu par des chevrons et des pannes en rondins, un porche profond protégeant l’entrée, une construction de rondins posés à l’horizontale et de simples fenêtres à quatre carreaux;
- L’emploi de matériaux naturels locaux, conformément aux principes de l’architecture rustique, tels que l’utilisation de rondins écorcés disposés à l’horizontale, les fondations en pierre et le toit de bardeaux en bois;
- Les détails rustiques bien exécutés, comme l’assemblage en sabot des coins, les chevrons et pannes de rondins exposés et le colmatage de languettes de bois.

La façon dont le bâtiment renforce le caractère pittoresque du lieu se manifeste dans les éléments suivants:
- Le maintien de sa relation avec le site, en particulier son emplacement sur un plateau gazonné surplombant la jonction de deux ruisseaux, entouré d’une bande étroite d’épinettes matures et à proximité d’un sentier de randonnée pédestre du côté est;
- L’harmonisation de la forme rustique, des matériaux naturels et des détails rustiques du bâtiment avec le cadre pittoresque des prés alpins et des pics montagneux de la vallée Ptarmigan.