Chalet des gardes du parc de Windy Lodge

Édifice fédéral du patrimoine reconnu

Parc national du Canada Banff, Alberta
Windy Lodge Warden Cabin avec la toile de fond de montagne. © Agence Parcs Canada/ Parks Canada Agency, 2018.
Le réglage autour de Windy Lodge Warden Cabin.
© Agence Parcs Canada/ Parks Canada Agency, 2018.
Vue en angle du chalet des gardes du parc de Windy Lodge, où l'on peut apercevoir la terrace, vers 2018. © Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada, ca./vers 2018.L'élévation avant de Windy Lodge Warden Cabin, montrant les marches et l'entrée principale, ca. 2018. © Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada, ca./vers 2018.Windy Lodge Warden Cabin avec la toile de fond de montagne. © Agence Parcs Canada/ Parks Canada Agency, 2018.
Adresse : Lodge-Windy, Parc national du Canada Banff, Alberta

Loi habilitante : La Politique du Conseil du Trésor sur la gestion des biens immobiliers
Date de désignation : 1994-07-15
Dates :
  • 1950 à 1950 (Construction)

Ministère gardien Parcs Canada
Référence du rapport BEEFP 93-107
Numero RBIF : 15404 00

Description du lieu patrimonial

Le chalet des gardes du parc de Windy Lodge, qui se trouve dans le parc national du Canada Banff, près de la rivière Panther au pied du mont Panther, est un bâtiment rectangulaire simple en bois d’un étage. Fait de planches horizontales, le chalet est coiffé d’un toit en croupe à pignon. Une terrasse en bois entoure le bâtiment sur deux côtés tandis qu’un petit pignon qui repose sur des consoles en bois abrite la porte d’entrée à l’avant. La désignation se limite au tracé au sol du bâtiment.

Valeur patrimoniale

Le chalet des gardes du parc de Windy Lodge est un édifice fédéral du patrimoine reconnu en raison de son importance historique, de l’intérêt qu’il présente sur le plan architectural et de la place privilégiée qu’il occupe dans son milieu.

Valeur historique
Le chalet des gardes du parc de Windy Lodge est un exemple utile d’un bâtiment désigné comme résidence pour les gardes de parc qui patrouillent l’arrière-pays du parc national du Canada Banff. Il reflète la tendance grandissante, dans les années 1950, à déployer les gardes de parc dans l’arrière-pays avec leurs familles. Il s’agit d’un des rares exemples qui demeurent d’un chalet de gardes de parc qui renferme un abri nucléaire. Il est aussi associé aux notions de protection et de mise en valeur d’espaces sauvages désignés pour le plaisir et le bénéfice du peuple canadien.

Valeur architecturale
Le chalet des gardes du parc de Windy Lodge est un bon exemple d’un bâtiment qui reflète l’esthétique privilégiée par les Parcs nationaux de l’Ouest du début au milieu du XXe siècle. Il s’agit d’un bâtiment fonctionnel solidement construit en fonction de son cadre pittoresque.

Valeur environnementale
Situé non loin de la jonction de la rivière Panther et du ruisseau Wigmore au pied du mont Panther, le chalet des gardes du parc de Windy Lodge conserve son rapport avec le cadre naturel qui l’entoure. La grange à toit à pignon et l’enclos en rondins sont associés au chalet des gardes du parc de Windy Lodge. L’endroit est connu des gardes de parc et des randonneurs qui fréquentent la région.

Source : Chalet des gardes du parc de Windy Lodge, parc national du Canada Banff, Banff (Alberta). Énoncé de la valeur patrimoniale 93-107.

Éléments caractéristiques

Les éléments suivants, qui définissent le caractère du chalet des gardes du parc de Windy Lodge, devraient être respectés.

Son style rustique, sa conception utilitaire et l’exécution, c’est-à-dire : la volumétrie simple, basse et rectangulaire de la structure d’un étage; le toit en croupe à pignon revêtu de bardeaux d’asphalte et la petite addition à l’arrière, coiffée d’un toit à pignon; le bardage horizontal des murs; la terrasse en bois qui entoure deux côtés de l’édifice; le petit pignon reposant sur des consoles en bois qui abrite la porte d’entrée à l’avant.

La façon dont le chalet des gardes du parc de Windy Lodge s’intègre au cadre montagneux du parc national du Canada Banff.

Énoncé de valeur patrimoniale

Avis de non-responsabilité - L'énoncé de valeur patrimoniale a été mis en place par le BEÉFP, afin de clarifier l'objet de la désignation d'un bâtiment fédéral du patrimoine et ce qui confère à l'édifice son importance patrimoniale. Il est donc un document de référence clé pour toute personne impliquée dans un projet d'intervention sur des édifices fédéraux du patrimoine et il est utilisé par le BEÉFP lors de ses examens d'intervention.

Le chalet des gardes Windy Lodge a été construit vers 1950. Un abri contre les bombardements a été ajouté dans le sous-sol en béton après sa construction. Parcs Canada en est le ministère gardien. Voir le rapport 93-107 du BEÉFP.

Valeur patrimoniale
Le chalet des gardes Windy Lodge a été désigné édifice «reconnu» en raison de son intérêt architectural, de ses associations historiques et de sa relation avec le site.

Le chalet des gardes Windy Lodge fait partie d’un réseau de chalets construits afin d’abriter les gardes en patrouille dans l’arrière-pays du Parc national de Banff. Construit après la Seconde Guerre mondiale, il reflète la tendance croissante au cours des années 1950 à affecter les gardes dans l’arrière-pays en compagnie de leur famille. À l’échelle nationale, c’est l’un des derniers exemples de chalet de gardes comportant un abri contre les bombardements encore existants. Situé en bordure de la rivière Panther, près de l’embouchure du ruisseau Wigmore, dans un environnement subalpin encaissé au pied du mont Panther, le chalet Windy Lodge offre une image pittoresque.

Éléments caractéristiques
Le caractère patrimonial du chalet Windy Lodge tient à sa conception simple et utilitaire, à ses matériaux naturels et à son environnement. Bâtiment d’un étage à ossature de bois surmonté d’un toit à deux versants et reposant sur un soubassement en béton surélevé, il comporte à l’arrière une annexe plus petite coiffée d’un toit à pignon. Une terrasse en bois entoure le bâtiment sur deux côtés. Un petit pignon soutenu par des consoles en bois abrite la porte d’entrée. Il est fortement recommandé de conserver la simplicité et la fonctionnalité de ces éléments de la volumétrie.

Le chalet est caractérisé par ses matériaux et méthodes de construction traditionnels. Le bardage horizontal en bois, les bardeaux en asphalte du toit et les murs de fondation en béton apparent en sont les éléments prédominants. Les portes et les fenêtres sont en bois. Toutes les réparations éventuelles devraient respecter la simplicité de ces matériaux. Des recherches devraient être effectuées afin de déterminer si le toit était, à l’origine, recouvert de bardeaux en cèdre.

L’aménagement intérieur du chalet est typiquement résidentiel ; il comprend une salle de séjour, une cuisine, deux chambres et une salle de bain. Pendant la guerre froide, le sous-sol a été réaménagé en abri antibombes. Ces éléments du plan intérieur devraient être respectés.

La relation historique entre le chalet et le paysage environnant est demeurée intacte. L’étable en bois au toit à pignon et un corral en rondins sont associés au chalet. À l’arrière, se dressant au-dessus du chalet, on aperçoit une antenne de communication en acier. Le caractère isolé et naturel du lieu de même que la relation entre le chalet, l’étable et le corral devraient être respectés.