Chalet des gardes du parc du col Divide

Édifice fédéral du patrimoine reconnu

Parc national du Canada Banff, Alberta
Vue de l'entrée principale du Chalet des gardes du parc du col Divide , qui montre le porche d’entrée couvert décalé par rapport au centre de la structure, 2016. © Steve Malins, Agence Parcs Canada / Parks Canada Agency, 2016.
Vue générale
© Steve Malins, Agence Parcs Canada / Parks Canada Agency, 2016.
Vue de l'entrée principale du Chalet des gardes du parc du col Divide , qui montre le porche d’entrée couvert décalé par rapport au centre de la structure, 2016. © Steve Malins, Agence Parcs Canada / Parks Canada Agency, 2016.Vue du Chalet des gardes du parc du col Divide, parc national du Canada Banff, 2016. © Steve Malins, Agence Parcs Canada / Parks Canada Agency, 2016.Vue du Chalet des gardes du parc du col Divide , qui montre la construction en bois, soit des rondins posés horizontalement, 2016. © Steve Malins, Agence Parcs Canada / Parks Canada Agency, 2016.
Adresse : Col-Divide, Parc national du Canada Banff, Alberta

Loi habilitante : La Politique du Conseil du Trésor sur la gestion des biens immobiliers
Date de désignation : 1994-07-15
Dates :
  • 1922 à 1922 (Construction)

Événement, Personne, Organisation :
  • James T. Childe  (Architecte)
Autre nom(s):
  • chalet des gardes Divide  (Autre nom)
Ministère gardien Parcs Canada
Référence du rapport BEEFP 93-107
Numero RBIF : 15404 00

Description du lieu patrimonial

Situé dans le col Divide au parc national du Canada Banff, au coeur de bosquets de mélèzes et d’une forêt dégagée d’épinettes et de sapins, le Chalet des gardes de parc du col Divide est un petit bâtiment simple, d’une pièce, coiffé d’un toit à pignon, muni d’un enclos pour chevaux à clôture en planches arrondies et entouré par les montagnes. Le chalet est peint en brun rougeâtre avec les cadres de fenêtres et parures en blanc. L’entrée principale est décalée par rapport au centre de la façade et protégée par un porche à toit à pignon qui est complété par une véranda. La désignation se limite au tracé au sol du bâtiment.

Valeur patrimoniale

Le Chalet des gardes du parc du col Divide est un édifice fédéral du patrimoine reconnu en raison de son importance historique, de l’intérêt qu’il présente sur le plan architectural et de la place privilégiée qu’il occupe à l'intérieur son milieu.

Valeur historique
Le Chalet des gardes du parc du col Divide est un exemple utile du réseau de transport et de communications en place dans les limites du parc. Il fait partie d’une série de chalets construits pour loger les gardes qui patrouillent le parc à cheval pendant l’été ou en raquettes ou en ski pendant l’hiver.

Valeur architecturale
Le Chalet des gardes du parc du col Divide est un très bon spécimen d’un chalet de patrouille d’une pièce à caractère rustique, devant servir d’abri pour une nuit, et dit de type numéro 3, présentant des qualités pittoresques. Ce type reflète l’esthétique privilégiée par les Parcs nationaux de l’Ouest du début au milieu du XXe siècle. Sa valeur découle des textures associées aux matériaux de construction d’origine locale. Ce chalet deviendra une nouvelle norme pour la construction de tous les autres chalets des gardes de parc.

Valeur environnementale
Avec son enclos pour chevaux à clôture en planches arrondies, le Chalet des gardes du parc du col Divide constitue un repère local important et distinct dans une zone où la densité de population est faible. Le rapport historique entre le chalet et l’environnement n’a pas changé avec le temps et le chalet s’intègre harmonieusement avec la nature sauvage du parc, dont il rehausse le caractère dans ce cadre typique d’un parc montagneux.

Source : Chalet des gardes du parc du col Divide, parc national du Canada Banff, Banff (Alberta), Énoncé de la valeur patrimoniale, 93-107.

Éléments caractéristiques

Les éléments suivants, qui définissent le caractère du Chalet des gardes du parc du col Divide, devraient être respectés.

Sa conception de type numéro 3 standard à cachet rustique, ainsi que la qualité de l’exécution et des matériaux, c’est-à-dire : le plan rectangulaire simple et la volumétrie de ce bâtiment coiffé d’un toit à pente faible pourvu de pignons aux extrémités, avec un porche d’entrée couvert décalé par rapport au centre de la structure et une véranda; sa façade percée d’une entrée couverte d’un toit à pignon, avec des poteaux d’appui et un poinçon et ferme de toit; la construction en bois, soit des rondins posés horizontalement et assemblés en sabot sur des murs de moellons bruts; les fenêtres à six carreaux et la porte en planches; le choix des couleurs, soit le brun foncé et le blanc ainsi que le toit revêtu de bardeaux de bois teints en vert, selon la tradition pour les chalets de gardes de parc.

La façon dont le Chalet des gardes du parc du col Divide rehausse le caractère actuel de son emplacement dans un parc montagneux, soit le parc national du Canada Banff.

Énoncé de valeur patrimoniale

Avis de non-responsabilité - L'énoncé de valeur patrimoniale a été mis en place par le BEÉFP, afin de clarifier l'objet de la désignation d'un bâtiment fédéral du patrimoine et ce qui confère à l'édifice son importance patrimoniale. Il est donc un document de référence clé pour toute personne impliquée dans un projet d'intervention sur des édifices fédéraux du patrimoine et il est utilisé par le BEÉFP lors de ses examens d'intervention.

Le chalet des gardes Divide, dans le Parc national de Banff, a été construit en 1922, d’après des plans réalisés en 1918 par James T. Childe, ingénieur des parcs du Dominion à Banff. Construit afin d’offrir un refuge de nuit aux gardes de parc en patrouille prolongée, ce chalet d’un étage comprend une pièce rectangulaire et une véranda. Le chalet a subi peu de modifications même s’il est aujourd’hui utilisé comme bâtiment d’entreposage, une nouvelle cabane en bois rond ayant été construite à proximité en 1982-1983. Parcs Canada en est le ministère gardien. Voir le rapport 93-107 du BEÉFP.

Valeur patrimoniale
Le chalet des gardes Divide a été désigné édifice «reconnu» en raison de son importance environnementale, de son intérêt architectural et de ses associations historiques.

Le chalet des gardes occupe un emplacement stratégique pour l’accès à l’arrière-pays dans le Parc national de Banff, en particulier vers le col Divide, parmi une série d’autres chalets situés au lac Clearwater et le long de la rivière Red Deer.

Avec son corral adjacent en rondins, le chalet des gardes Divide est un point d’intérêt local important et singulier à cet endroit autrement peu habité. Fait de matériaux récoltés sur place, le chalet est érigé dans une clairière de la forêt subalpine, qui descend vers le ruisseau Divide et fait face aux chaînes de montagnes voisines. Dans un rayon plus large, le paysage environnant est constitué de fourrés et d’une forêt clairsemée composée de mélèzes, d’épinettes et de sapins. Par sa forme, son échelle, sa construction et ses finis, le chalet s’intègre bien au parc et il en renforce le caractère sauvage.

Petit, simple, de forme rectangulaire et caractérisé par une construction en rondins peints, dépouillée d’ornementation et très bien exécutée, le bâtiment est, du point de vue architectural, un très bon exemple des premiers chalets rustiques conçus pour les gardes selon le type normalisé no 3 et composés d’une seule pièce.

Ce type, qui a été conçu en 1918 et construit par la suite avec de légères variations, jusqu’à la fin des années 1960, est représentatif de l’esthétique privilégiée dans les parcs nationaux de l’Ouest pendant la première moitié du 20e siècle. Le chalet comporte des murs d’une hauteur de huit rondins, assemblés en sabot aux angles, et un toit à faible pente en bardeaux de cèdre qui fait saillie sur la façade d’entrée, supporté par un système de ferme en rondins avec faux-poinçon, lui-même supporté à chacune de ses extrémités par des poteaux en rondins, et qui forme une véranda.

Du point de vue historique, le chalet est important parce qu’il est associé au Service des parcs nationaux et à son personnel à cheval ainsi qu’au développement des parcs nationaux des montagnes de l’Ouest.

Éléments caractéristiques
Le caractère patrimonial du chalet des gardes Divide réside dans sa relation avec son environnement, sa forme générale, son échelle, sa conception rustique, sa construction en rondins, ses matériaux, ses détails et son intérieur.

L’environnement d’origine et le caractère rustique du chalet et du corral sont demeurés intacts. Tous les travaux de développement ou d’aménagement paysager éventuels devraient respecter et conserver les liens visuels et physiques avec le pré dégagé, le ruisseau de Divide et la vue sur les montagnes environnantes. La construction en rondins du chalet et du corral contribue de façon importante au caractère du lieu dans son ensemble et doit être respectée et conservée.

Avec son plan rectangulaire simple, sa volumétrie et ses proportions, son toit à faible pente en bardeaux de cèdre et ses pignons, le chalet des gardes Divide se caractérise par sa construction en rondins dans le style rustique, avec des murs extérieurs peints en brun rougeâtre et des fenêtres et des boiseries peintes en blanc; ces caractéristiques devraient être conservées. La grande qualité d’exécution devrait être maintenue dans le cadre de futurs travaux. Les éléments caractéristiques, les détails et les finis devraient être conservés, entretenus et ne devraient pas être modifiés, notamment la façade d’entrée à pignon avec ses poteaux d’appui et sa structure de ferme avec faux-poinçon, et la porte d’entrée décentrée, équilibrée par une petite fenêtre à six carreaux, la terrasse de bois de la véranda, l’assemblage en sabot des rondins équarris aux angles et les poteaux de section circulaire et le faux-poinçon qui soutiennent le toit en saillie. Les fentes entre les rondins devraient être entretenues et réparées en respectant les détails d’origine.

Les fenêtres à six carreaux avec leurs meneaux et la porte en madrier devraient être entretenues et ne devraient être ni modifiées ni obturées. Dans le cas où ces éléments devaient être remplacés, les nouvelles portes, fenêtres ou autres éléments devraient s’harmoniser avec les composantes d’origine en ce qui a trait à la conception, aux matériaux, aux finis, à l’exécution et au mode de fonctionnement.

À l’intérieur, le chalet a conservé sa fonction d’origine ainsi que son volume, son ossature et ses murs en rondins apparents peints, son plafond, son plancher en planches sciées, ses boiseries et son poêle, qui devraient tous être conservés et entretenus. Dans le cas où ces éléments seraient remplacés, les nouveaux éléments devraient s’harmoniser avec ceux d’origine en ce qui a trait aux dimensions, aux matériaux, au façonnage, aux dispositifs de fixation, à l’exécution et à la finition. Tout nouvel appareil ou mobilier fixe devrait s’harmoniser avec le caractère rustique du chalet et ne devrait ni modifier le volume intérieur ni cacher les finis d’origine.