Bâtiment 14

Édifice fédéral du patrimoine reconnu

Québec, Québec
Vue de la façade générale de bâtiment 14, qui montre la construction de maçonnerie massive exécutée avec de la pierre calcaire lisse posée en assises régulières et les cordons en pierre, 1991. (© Rhona Goodspeed, Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada, 1991.)
Vue de la façade générale
(© Rhona Goodspeed, Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada, 1991.)
Adresse : Québec, Québec

Loi habilitante : La Politique du Conseil du Trésor sur la gestion des biens immobiliers
Date de désignation : 1993-06-29
Dates :
  • 1852 à 1857 (Construction)

Événement, Personne, Organisation :
  • British Royal Engineers  (Architecte)
Autre nom(s):
  • Ancien magasin  (Autre nom)
Ministère gardien Défense nationale
Référence du rapport BEEFP 88-161
Numero RBIF : 05749 00

Description du lieu patrimonial

Le bâtiment 14, aussi appelé l’ancien magasin, se trouve dans l’enceinte des murs du lieu historique national de Canada de la Citadelle-de-Québec, en bordure du terrain de parade. Ce long bâtiment rectangulaire de deux étages est construit en pierre et coiffé d’un toit en croupe revêtu de cuivre à baguette. La façade symétrique est percée par des petites fenêtres régulièrement espacées. La désignation se limite au tracé au sol du bâtiment.

Valeur patrimoniale

Le bâtiment 14 est un édifice fédéral du patrimoine reconnu en raison de son importance historique, de l’intérêt qu’il présente sur le plan architectural et de la place privilégiée qu’il occupe dans son milieu.

Valeur historique
Le bâtiment 14 est associé à la défense de l’Amérique du Nord britannique. La Citadelle a été construite entre 1839 et 1857 pour parer à la menace constante d’une invasion américaine. La position stratégique du bâtiment dans la forteresse a permis de renforcer la ligne de défense du front sud-ouest. En 1949, lors de la restauration de la Citadelle, le bâtiment 14 a été converti en mess militaire. Le bâtiment 14 fait partie de l’arrondissement historique du Vieux-Québec qui a été défini en 1963 et désigné site du patrimoine mondial de l’UNESCO en 1985.

Valeur architecturale
La valeur du bâtiment 14 découle de ses très belles qualités esthétiques. Construit selon les principes du classicisme militaire britannique, le bâtiment reflète ce style « utilitaire » qui caractérise souvent les ouvrages militaires construits au Canada par les Britanniques pendant la première moitié du XIXe siècle. Le bâtiment avait une double fonction, soit celle d’entrepôt à l’épreuve des obus et d’ouvrage défensif. Les murs de maçonnerie massifs ont manifestement une fonction défensive tandis que le plan utilitaire simple témoigne de bonnes qualités fonctionnelles. La double fonction d’origine du bâtiment, comme entrepôt pour les canons et les munitions et ouvrage de défense de la Citadelle en cas d’invasion, est toujours inscrite dans les espaces voûtés intérieurs et les meurtrières percées dans le mur arrière. Les meurtrières ont été remplacées par des fenêtres lorsque la vocation de l’édifice a changé en 1949. Le travail de la pierre révèle la haute qualité de l’exécution.

Valeur environnementale
Le bâtiment 14 souligne le caractère historique de son emplacement dans la Citadelle de Québec et, avec les bâtiments voisins connexes, est un repère bien connu dans les environs.

Sources : Rhona Goodspeed, rapports 88-161, 90-312, 90-313, 90-314, 90-315, bâtiments, La Citadelle, Québec (Québec), Bureau d’examen des édifices fédéraux du patrimoine, rapport 88-161; Ancien magasin, (bâtiment no 14), Mess militaire, La Citadelle, Québec (Québec), Énoncé de la valeur patrimoniale 88-161.

Éléments caractéristiques

Les éléments qui définissent le caractère du bâtiment 14 devraient être respectés.

Ses très belles qualités esthétiques, sa conception fonctionnelle et la qualité des matériaux et de l’exécution, c’est-à-dire : la volumétrie rectangulaire, en longueur, sur deux étages, avec un toit en croupe revêtu de cuivre à baguette; la construction de maçonnerie massive exécutée avec de la pierre calcaire lisse posée en assises régulières et les cordons en pierre; la longue façade symétrique avec une ornementation minimale; les fenêtres à carreaux multiples régulièrement espacées, disposées en quadrillage régulier, ainsi que les grandes fenêtres du rez-de-chaussée; les chaînes d’angle et le bandeau qui marque l’étage; les deux cheminées et les gouttières en cuivre; les petits porches qui abritent les deux entrées; les murs intérieurs épais, les plafonds voûtés à l’épreuve des bombes et les traces de meurtrières qui restent sur le mur arrière.

La façon dont le bâtiment 14 et les bâtiments voisins s’accordent avec le caractère historique de la forteresse et sont un repère familier dans la région, c’est-à-dire : le style et la forme, qui rehaussent l’emplacement de l’ancien système de défense de Québec; la grande visibilité du bâtiment due à son emplacement près du terrain de parade et son usage comme mess militaire, qui fait qu’il est bien connu.

Énoncé de valeur patrimoniale

Avis de non-responsabilité - L'énoncé de valeur patrimoniale a été mis en place par le BEÉFP, afin de clarifier l'objet de la désignation d'un bâtiment fédéral du patrimoine et ce qui confère à l'édifice son importance patrimoniale. Il est donc un document de référence clé pour toute personne impliquée dans un projet d'intervention sur des édifices fédéraux du patrimoine et il est utilisé par le BEÉFP lors de ses examens d'intervention.

L'ancien Magasin (bâtiment no 14) a été construit entre 1852 et 1857 par un entrepreneur privé, selon des plans préparés par les Ingénieurs royaux. Une des trois annexes situées à l'arrière pourrait dater de 1840 - elle aurait servi d'atelier d'armurerie; les deux autres sont de facture plus récente que l'ancien Magasin. En 1949, le bâtiment no 14 a été converti en Mess des militaires dans le cadre du programme de restauration de la Citadelle. Les entrées ainsi que de nombreuses fenêtres et meurtrières ont été modifiées, et l'intérieur du bâtiment a été adapté à cette nouvelle fonction. Le bâtiment no 14 est situé devant la courtine sud, le long du terrain de parade, et entre les Quartiers des hommes (bâtiment no 17) et les Quartiers des hommes et des femmes (bâtiment no 2). Il fait partie de la Citadelle de Québec, un lieu historique national. L'édifice appartient au ministère de la Défense nationale. Consulter le rapport 88-161 du BEEFP.

Raisons de la désignation

L'ancien Magasin a été désigné «édifice reconnu» pour l'importance du thème historique auquel il est associé, pour ses qualités architecturales et pour sa valeur environnementale.

Le bâtiment no 14 est associé aux activités de défense de l'Amérique du Nord britannique pendant l'achèvement graduel de la Citadelle, de 1839-1857, pour contrer la menace constante d'invasion américaine. La position stratégique qu'il occupait dans la forteresse a permis de renforcer la ligne de défense du front sud-ouest.

L'ancien Magasin affiche le style «utilitaire» commun aux bâtiments militaires britanniques érigés au Canada au milieu du XIXe siècle. Sa double fonction d'origine - servir d'entrepôt pour les canons et les munitions, et permettre de défendre la Citadelle en cas d'invasion - est toujours inscrite dans les espaces voûtés intérieurs et dans le mur arrière percé de meurtrières. Son bon état de conservation démontre qu'il a été érigé avec des matériaux de qualité et qu'on a utilisé des techniques de construction appropriées.

En raison de sa situation le long du terrain de parade, le Mess des militaires est un des bâtiments les plus visibles de la Citadelle. Il compose avec les édifices voisins un ensemble qui renforce le caractère historique et militaire des lieux.

Éléments caractéristiques

La valeur patrimoniale de l'ancien Magasin d'affûts repose sur tous les éléments formels reliés à sa double fonction, soit défensive, soit comme entrepôt à l'épreuve des bombes. Elle repose également sur son style «utilitaire», sur les matériaux et les techniques de construction utilisées, ainsi que sur sa relation avec les bâtiments voisins et le terrain de parade.

Le Mess des militaires est un long bâtiment de maçonnerie de deux étages, construit sur un plan rectangulaire et doté d'un toit en croupe que percent deux souches de cheminée. La toiture est recouverte de cuivre «à baguettes»; des descentes de gouttières, également en cuivre, ponctuent les diverses élévations. La longue façade est symétrique et les fenêtres à petits carreaux sont réparties de façon régulière. Des détails ornementaux qui en allègent l'allure militaire, seuls le bandeau qui marque l'étage et les chaînes d'angle appartiennent au concept original. Les petits porches néo-classiques et les grandes baies vitrées du rez-de-chaussée datent des années 1950. Il est recommandé de respecter l'harmonie de cette composition. Les modifications reliées au changement de fonction du bâtiment dans les années 1950 composent une nouvelle couche historique et sont à respecter.

Comme pour plusieurs autres bâtiments de la Citadelle, les murs extérieurs de la façade sont revêtus de pierre calcaire de taille et à fini lisse; l'appareil est régulier. Les murs latéraux et arrière présentent une pierre plus rugueuse. On observe qu'autour de certaines fenêtres et meurtrières la pierre est différente, ce qui crée un effet décoratif peu conforme avec la simplicité du design d'origine. Il serait dorénavant préférable de s'en tenir au caractère sobre de la composition première et d'altérer le moins possible le tissu historique du bâtiment. Les pierres de remplacement devraient être similaires aux anciennes quant à la taille, la couleur, la texture et le type d'appareil. Ceci vaut pour la maçonnerie, mais on devrait suivre la même approche pour les matériaux de toiture, les portes, les fenêtres et les gouttières. Tous ces éléments jouent un rôle important dans la définition du caractère architectural de l'édifice.

À l'origine, le mur arrière ne comportait que des meurtrières; les fenêtres ont été installées lors du changement de fonction du bâtiment qui a eu lieu à partir de 1949. Il serait important de préserver les meurtrières encore en place (ou leurs traces), car elles expriment la fonction première de l'édifice. Des trois petites annexes accolées au mur arrière du Mess des militaires, une de celles-ci (celle qui est située le plus près des remparts) serait antérieure au bâtiment no 14. Ce local (ancien atelier d'armurerie) devrait être préservé pour l'intérêt historique qu'il représente. Des recherches historiques pourraient éventuellement permettre d'en savoir plus long sur cette période d'occupation du site.

Malheureusement, l'intérieur du bâtiment no 14 a été passablement modifié. Il conviendrait tout de même de préserver la compartimentation des espaces, les murs épais, les plafonds voûtés à l'épreuve des bombes et les meurtrières (ou leurs traces); ces éléments sont reliés directement à la fonction première de l'édifice.

La relation du Mess des militaires avec le terrain de parade et les bâtiments voisins fait partie intégrante de sa valeur patrimoniale. Il est donc souhaitable de ne pas modifier cet environnement par la construction de nouveaux bâtiments. Il conviendrait aussi de ne pas introduire des éléments de mobilier extérieur incompatibles avec le caractère militaire des lieux.