Résidence du directeur du parc

Édifice fédéral du patrimoine reconnu

Alma, Nouveau-Brunswick
Vue de la façade latérale de la résidence du directeur du parc, qui montre son toit à deux versants, à pente raide, revêtu de bardeaux et sa cheminée en pierres, v. 1990. © Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada, c./v. 1990.
Vue de la façade latérale
© Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada, c./v. 1990.
Façade de la résidence du directeur du parc, qui montre l'aile de l’avant dotée de pignons et recouverte de planches verticales, v. 1990. © Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada, c./v.1990.Vue arrière de la résidence du directeur du parc, qui montre le revêtement de pierres à assises irrégulières des murs extérieurs, v. 1990. © Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada, c./v. 1990.Vue de la façade latérale de la résidence du directeur du parc, qui montre son toit à deux versants, à pente raide, revêtu de bardeaux et sa cheminée en pierres, v. 1990. © Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada, c./v. 1990.
Adresse : Parc national du Canada Fundy, Alma, Nouveau-Brunswick

Loi habilitante : La Politique du Conseil du Trésor sur la gestion des biens immobiliers
Date de désignation : 1991-04-04
Dates :
  • 1948 à 1949 (Construction)

Événement, Personne, Organisation :
  • H.S. Brenan  (Architecte)
Ministère gardien Parcs Canada
Référence du rapport BEEFP 90-240
Numero RBIF : 03863 00

Description du lieu patrimonial

La résidence du directeur du parc est située dans un cadre boisé en surplomb de l’embouchure de la rivière Upper Salmon et de la mer. Il s’agit d’un bâtiment d’un étage et demi, à toit à deux versants, asymétrique, dont les murs extérieurs sont revêtus de moellons bruts. Son plan rectangulaire de base est animé par la présence d’ailes avant et arrière alors que le toit est orné de lucarnes de différentes tailles. La désignation se limite au tracé au sol du bâtiment.

Valeur patrimoniale

La résidence du directeur du parc est un édifice fédéral du patrimoine reconnu en raison de son importance historique, de l’intérêt qu’elle présente sur le plan architectural et de la place privilégiée qu’elle occupe dans son milieu.

Valeur historique
La résidence du directeur du parc est associée à l’engagement pris par le gouvernement fédéral de préserver une région représentative, sur le plan géographique, du patrimoine naturel du Canada. En tant que résidence de l’administrateur principal du parc, elle représente le Service canadien des parcs au sein du parc national du Canada Fundy.

Valeur architecturale
La résidence du directeur du parc est un très bel exemple du style vernaculaire inspiré des cottages anglais. L’emploi d’une gamme limitée de matériaux et de techniques de construction ont donné le ton à la conception d’autres bâtiments du parc. D’une échelle domestique réduite, le bâtiment témoigne d’une exécution soignée et de matériaux de haute qualité.

Valeur environnementale
La résidence du directeur du parc s’harmonise avec le caractère du secteur central du parc. Elle constitue un repère familier pour les personnes qui travaillent dans le parc et celles qui le visitent.

Sources : Shannon Ricketts, résidence du directeur du parc, restaurant Clubhouse et salle de réunion, parc national du Canada Fundy (Nouveau-Brunswick), Bureau d’examen des édifices fédéraux du patrimoine, rapport de recherche 90-240, 90-241 et 90-242; Résidence du directeur du parc, parc national du Canada Fundy (Nouveau-Brunswick), Énoncé de la valeur patrimoniale 90-240.

Éléments caractéristiques

Les éléments suivants, qui définissent le caractère de la résidence du directeur du parc, devraient être respectés.

Son style vernaculaire inspiré des cottages anglais et la qualité des matériaux et de l’exécution, c’est-à-dire : le volume rectangulaire sur un étage et demi du bâtiment avec son toit à deux versants, à pente raide, revêtu de bardeaux, sa cheminée en pierres, ses lucarnes de différentes tailles, les consoles et éléments décoratifs sous les pignons, le porche d’entrée central créé par le prolongement du toit par-dessus l’entrée et les ailes de l’avant et de l’arrière dotées de pignons et recouvertes de planches verticales; le revêtement de pierres à assises irrégulières de tous les murs extérieurs; les fenêtres d’origine à guillotine à carreaux multiples et les encadrements de fenêtres et de porte en pierre calcaire; la configuration des pièces, les plafonds à gorges, les planchers en érable, les lambris en pin du vestibule avant, les lambris en épinette du vestibule arrière et le manteau en pin sculpté de la salle de séjour.

La façon dont la résidence du directeur du parc constitue un repère connu, c’est-à-dire : sa proximité de la route, en surplomb de la mer, où elle est bien en vue des visiteurs.

Énoncé de valeur patrimoniale

Avis de non-responsabilité - L'énoncé de valeur patrimoniale a été mis en place par le BEÉFP, afin de clarifier l'objet de la désignation d'un bâtiment fédéral du patrimoine et ce qui confère à l'édifice son importance patrimoniale. Il est donc un document de référence clé pour toute personne impliquée dans un projet d'intervention sur des édifices fédéraux du patrimoine et il est utilisé par le BEÉFP lors de ses examens d'intervention.

La résidence du surintendant du Parc national Fundy (Nouveau-Brunswick) a été construite en 1948-1949 à partir de plans de H.S. Brenan. Parcs Canada est le gardien du bâtiment. Voir le rapport de recherche 90-240 du BEEFP.

Raisons de la désignation
La résidence du surintendant a été désignée « édifice reconnu » en raison de sa conception et de sa facture, ainsi que de son importance environnementale.

Le style vernaculaire rustique de cottage anglais servant de thème général à la conception du Parc national Fundy était populaire dans l'architecture des parcs tant canadiens qu'américains, au cours de la première moitié du XXe siècle. Le revêtement de pierre choisi pour les bâtiments du parc devait évoquer une impression de rusticité et de permanence.

L'aménagement du Parc national Fundy visait à ranimer l'économie locale de la région de la paroisse d'Alma et s'inscrivait dans l'objectif plus large des parcs consistant à protéger un secteur géographique représentatif du patrimoine naturel du Canada. La maison, située du côté de la mer en bordure du chemin menant d'Alma à la pointe Wolf, se trouve en bordure de la partie centrale du parc qui a fait l'objet d'un aménagement paysager de la part des ingénieurs du parc en collaboration avec l'architecte paysagiste Stanley Thompson, en 1949-1950. On a pris soin d'orienter la maison afin que les vues importantes donnent sur la mer.

Éléments caractéristiques
La valeur patrimoniale du bâtiment réside dans la conception pittoresque de son extérieur et de sa facture, dans le plan et la conception de l'intérieur et dans son emplacement laissé relativement intact.

La résidence du surintendant est une structure modeste d'un étage et demi avec toit à pignon, qui présente un volume asymétrique, un revêtement de moellons bruts, des pignons revêtus d'un parement vertical de bois, des garnitures et renforts décoratifs sous les pignons, des fenêtres avec un châssis supérieur à carreaux multiples, un toit de bardeaux de cèdre, et des encadrements de grès aux portes et fenêtres. Le revêtement de pierre est disposé en appareil tout-venant, avec des joints martelés. Il faudrait conserver la conception extérieure du bâtiment et ses éléments décoratifs, de même que les tons terreux de ses finitions. On devrait effectuer les travaux de réparation en étant attentif à la qualité des matériaux d'origine et en respectant le caractère général du style de cottage anglais.

À l'intérieur, il faudrait conserver les éléments qui contribuent à l'impression de domesticité rustique, soit le plan initial du hall central, les plafonds à gorge et les planchers d'érable des principales pièces du rez-de-chaussée, les panneaux de pin du vestibule avant, le lambris d'épinette du vestibule arrière et le foyer de brique avec son manteau de pin mouluré de la salle de séjour. Les modifications visant à maintenir l'utilité du bâtiment devraient être conçues de manière à avoir une incidence minimale sur le tissu historique.

La conception paysagère initiale, l'orientation du bâtiment vers la mer et l'aspect dégagé de l'emplacement sont des éléments caractéristiques qui devraient être conservés.