Édifice de la douane de l'immigration

Édifice fédéral du patrimoine reconnu

Trout River, Québec
Photo prise de l'extérieur (© PWCSC, 1989)
Photo prise de l'extérieur
(© PWCSC, 1989)
Adresse : Godmanchester, Trout River, Québec

Loi habilitante : La Politique du Conseil du Trésor sur la gestion des biens immobiliers
Date de désignation : 1991-03-21
Dates :
  • 1932 à 1933 (Construction)

Événement, Personne, Organisation :
  • Direction des parcs, Division de l’architecture  (Architecte)
Ministère gardien Agence des douanes et du revenu du Canada
Référence du rapport BEEFP 89-128
Numero RBIF : 07292 00

Description du lieu patrimonial

L’Édifice de la douane de l’immigration à Trout River est un joli petit bâtiment d’un étage et demi, de style néo-Tudor. Il est coiffé d’un haut toit à deux versants percé de lucarnes avec un avant-toit évasé reposant sur de lourdes consoles. Les murs en stuc font contraste avec les faux-colombages décoratifs en bois foncé. La désignation se limite au tracé au sol du bâtiment.

Valeur patrimoniale

L’Édifice de la douane de l’immigration est un édifice fédéral du patrimoine reconnu en raison de son importance historique, de l’intérêt qu’il présente sur le plan architectural et de la place privilégiée qu’il occupe dans son milieu.

Valeur historique
L’Édifice de la douane de l’immigration est associé à l’intensification du trafic routier aux frontières à la fin des années 1920 et au début des années 1930.

Valeur architecturale
La valeur de l’Édifice de la douane de l’immigration de découle de son esthétique supérieure. Inspiré de l’architecture médiévale à son apogée, l’édifice est caractérisé par des faux-colombages, des vitrages plombés et des ornements en brique, le tout agencé de façon pittoresque. Il témoigne d’une bonne fonctionnalité. L’état actuel du bâtiment reflète la très haute qualité de l’exécution et des matériaux employés.

Valeur environnementale
L’Édifice de la douane de l’immigration renforce le caractère du cadre frontalier où il se trouve, à Trout River. Il est connu des employés des douanes et de l’immigration, des visiteurs, des touristes et des habitants de Trout River.

Sources :
Kate MacFarlane, Édifice de la douane et de l’immigration, Route 138, Trout River (Québec), Bureau d’examen des édifices fédéraux du patrimoine, rapport de recherche 89-128; Édifice de la douane et de l’immigration, Route 138, Trout River (Québec), Énoncé de la valeur patrimoniale 89-128.

Éléments caractéristiques

Les éléments qui définissent le caractère de l’Édifice de la douane de l’immigration, devraient être respectés.

Son style néo-Tudor, sa conception fonctionnelle et la haute qualité de l’exécution et des matériaux, c’est-à-dire : le volume en forme de T du bâtiment; le toit en croupe, les pignons à faux-colombages et la cheminée; la construction des murs en rondins écorcés assemblés en sabot et à encoche, la fondation revêtue de pierre et les nombreux détails en pierre, par exemple sur le porche d’entrée; la disposition des portes et des fenêtres; la finition intérieure en rondins.

La façon dont l’Édifice de la douane de l’immigration renforce le caractère international du poste frontalier, c’est-à-dire : son esthétique néo-Tudor caractéristique, les matériaux employés, les proportions et la volumétrie du bâtiment, qui s’harmonisent avec le cadre naturel de la frontière et avec la route no 138; son plan particulier et son emplacement, qui font qu’il est connu des employés des douanes et de l’immigration, des visiteurs, des touristes et des habitants de Trout River.

Énoncé de valeur patrimoniale

Avis de non-responsabilité - L'énoncé de valeur patrimoniale a été mis en place par le BEÉFP, afin de clarifier l'objet de la désignation d'un bâtiment fédéral du patrimoine et ce qui confère à l'édifice son importance patrimoniale. Il est donc un document de référence clé pour toute personne impliquée dans un projet d'intervention sur des édifices fédéraux du patrimoine et il est utilisé par le BEÉFP lors de ses examens d'intervention.

Le bâtiment des douanes et de l'immigration de Trout-River a été construit en 1932 selon les plans de la division de l'architecture du ministère des Travaux publics, sous la direction de l'architecte principal, Thomas W. Fuller. Ce bâtiment appartient au ministère de Revenue Canada. Voir le rapport 89-128 du BEEFP.

Raisons de la désignation

Le bâtiment des douanes et de l'immigration est désigné "reconnu" en raison de son plan, de la qualité de sa construction, de son implantation et de son cadre.

Construit en raison de l'accroissement du nombre de touristes en automobile qui franchissaient la frontière internationale à la fin des années 1920 et au début des années 1930, l'édifice de Trout-River est le plus grand des deux postes des douanes de style néo-Tudor qui subsistent encore. La principale caractéristique de ce style, inspiré de l'architecture anglaise de la fin du Moyen Age, est l'utilisation de faux colombages. A ceux-ci s'ajoutent pignons accentués, ornements en briques ou en pierre, fenêtres en saillie, oriels et vitraux, le tout agencé de façon asymétrique et charmant. L'original bâtiment de Trout-River réunit un certain nombre de ces éléments. Le très bon état de l'édifie témoigne de la qualité du travail et des matériaux.

En dépit des ajouts, l'orientation initiale et l'implantation du bâtiment à la limite ouest de la route no. 138 sont demeurés inchangés. Situé directement sur la route, l'édifice des douanes et de l'immigration de Trout-River est la plus grande et la plus imposante construction de l'endroit.


Éléments caractéristiques


Les élévations extérieures, les éléments du plan, la qualité de la construction et des matériaux et l'implantation confèrent une valeur patrimoniale au bâtiment des douanes et de l'immigration de Trout-River.

La charmante structure d'un étage et demi est coiffée d'un toit à quatre pentes enjolivé d'un avant-toit profond légèrement arrondi reposant sur de lourdes consoles. Le style néo-Tudor s'exprime dans les murs en stuc à faux colombages, la fenêtre en saillie, les pignons accentués et les lucarnes pointues. Au rez-de-chaussée, des groupes de deux ou trois fenêtres à guillotine en bois à impostes ou panneaux supérieurs à vitres multiples viennent compléter l'intérêt visuel attribuable aux fenêtres jumelées à carreaux des lucarnes et pignons. Les actuelles fenêtres et portes en aluminium nuisent à l'apparence extérieure. Il faudrait rétablir la configuration antérieure et utiliser des matériaux qui donneraient à l'édifice son caractère d'antan.

Il faudrait conserver le contraste entre le stuc pâle et les colombages foncés. Les réparations ou rénovations effectuées à l'extérieur devraient se conformer aux caractéristiques et à la qualité des éléments du style néo-Tudor.

L'aménagement intérieur a été quelque peu modifié et modernisé, mais la cuisine et les toilettes du deuxième étage ont conservé certains éléments des années 1920 et 1930. Il faudrait décrire ces vestiges et les intégrer aux travaux à entreprendre.

Il faudrait aussi respecter et conserver l'orientation initiale et l'implantation de choix du bâtiment des douanes sur la route no. 138 et sa situation par rapport aux autres bâtiments de l'endroit.