État-major du Royal 22e Régiment, ancien hôpital, bâtiment 1

Édifice fédéral du patrimoine classé

Québec, Québec
Vue générale de l'État-major du Royal 22e Régiment, ancien hôpital, bâtiment 1, 1980. © Department of National Defence / Ministère de la Défense nationale, 1980.
Photo extérieur
© Department of National Defence / Ministère de la Défense nationale, 1980.
Vue générale de l'État-major du Royal 22e Régiment, ancien hôpital, bâtiment 1, 1980. © Department of National Defence / Ministère de la Défense nationale, 1980.Vue de côté de l'État-major du Royal 22e Régiment, ancien hôpital, bâtiment 1 démontrant les détails d’inspiration néoclassique qui ornent l’entrée principale de l’édifice, 1993. © Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada, C. Rodriguez, 1993.Vue générale de l'arrière de l'État-major du Royal 22e Régiment, ancien hôpital, bâtiment 1, 1991. © Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada, R. Godspeed, 1991.
Adresse : Québec, Québec

Loi habilitante : La Politique du Conseil du Trésor sur la gestion des biens immobiliers
Date de désignation : 1993-06-29
Dates :
  • 1848 à 1848 (Construction)

Autre nom(s):
  • État-major du Royal 22e Régiment, ancien hôpital, bâtiment 1  (Nom de la désignation)
Ministère gardien Défense nationale
Référence du rapport BEEFP 88-161
Numero RBIF : 05749 00

Description du lieu patrimonial

L’ancien hôpital est le principal bâtiment du bastion de Mann. Il s’agit d’un attrayant édifice rectangulaire de deux étages en pierre et dont le toit en croupe est percé de deux souches de cheminée en pierre. La façade donnant à l’ouest arbore des éléments décoratifs d’inspiration néoclassique, soit des pilastres qui portent la longue corniche plate qui court le long de la façade qui comporte cinq baies. Des meurtrières sont visibles au niveau du deuxième étage sur deux côtés de l’édifice. L’élévation arrière, qui donne sur le bastion, est d’apparence simple et fonctionnelle. La désignation se limite au tracé au sol du bâtiment.

Valeur patrimoniale

L’ancien hôpital est un édifice fédéral du patrimoine classé en raison de son importance historique, de l’intérêt qu’il présente sur le plan architectural et de la place privilégiée qu’il occupe dans son milieu.

Valeur historique
L’ancien hôpital est un exemple évocateur d’un bâtiment associé aux activités de défense du Canada contre la menace militaire posée par les États-Unis. Il compte parmi un des plus anciens hôpitaux militaires du Canada. La construction originale, les retombées économiques qui en ont découlé et l'arrivée massive résultant de personnel ont eu une incidence profonde sur la ville de Québec. L’ancien hôpital est aujourd’hui l’état-major du Royal 22e Régiment.

Valeur architecturale
L’ancien hôpital est un très bel exemple d’un bâtiment militaire défensif spécialisé qui a été adapté pour servir d’hôpital. Ses murs à l’épreuve des bombes démontrent le besoin de résister à ce genre d’assaut; ses caractéristiques particulières ainsi que les techniques de construction et les matériaux employés témoignent d’une conception fonctionnelle solide. Le bâtiment révèle un travail et une exécution de très belle qualité, avec des espaces intérieurs solidement construits.

Valeur environnementale
En tant qu’élément de la Citadelle de Québec, l’ancien hôpital a conservé son cachet d’origine, en dépit des modifications qu’il a subies. Le bâtiment rehausse le caractère actuel de la Citadelle, à titre de défense côtière et de cadre militaire, et est bien connu dans la Citadelle.



Références :
Rhona Goodspeed, Citadelle de Québec, Québec (Québec). Rapport de bâtiment no 88-161 du BEEFP.

Ancien hôpital (bâtiment no 1), État-major du Royal 22e Régiment, La Citadelle, Québec. Énoncé de la valeur patrimoniale 88-161.

Éléments caractéristiques

Les éléments suivants, qui caractérisent l’ancien hôpital, devraient être respectés, par exemple :

sa conception militaire fonctionnelle ainsi que la qualité des matériaux et de l’exécution, c’est-à-dire :
son volume rectangulaire simple, à deux étages; le toit en croupe percé de deux cheminées en brique; le mur avant de l’édifice, faisant face à la Citadelle, qui est décoré de pilastres et la corniche plate qui court le long de la façade qui comporte cinq baies; la haute qualité de la maçonnerie en pierre calcaire; les meurtrières et les fenêtres régulièrement espacées; l’élévation est, simple et fonctionnelle; les détails d’inspiration néoclassique qui ornent l’entrée principale de l’édifice; les espaces intérieurs solidement construits et les cinq énormes voûtes en berceau qui forment le plafond du deuxième étage.

La façon dont l’ancien hôpital rehausse le caractère militaire de la Citadelle de Québec.

Énoncé de valeur patrimoniale

Avis de non-responsabilité - L'énoncé de valeur patrimoniale a été mis en place par le BEÉFP, afin de clarifier l'objet de la désignation d'un bâtiment fédéral du patrimoine et ce qui confère à l'édifice son importance patrimoniale. Il est donc un document de référence clé pour toute personne impliquée dans un projet d'intervention sur des édifices fédéraux du patrimoine et il est utilisé par le BEÉFP lors de ses examens d'intervention.

L'ancien Hôpital a été construit en 1848 par Archibald Fraser, maître maçon, entrepreneur et architecte. Toutefois, sa signature n'apparaît pas sur les plans. La conception du bâtiment pourrait être attribuable aux Ingénieurs royaux. Dans les années 1930, le bâtiment a cessé d'être un hôpital. Il a alors été modifié pour répondre aux besoins administratifs du Royal 22e Régiment; des travaux de rénovation ont également eu lieu en 1950. Parmi les principales modifications, notons la disparition de l'aile arrière qui logeait les services sanitaires et la morgue, ainsi que la disparition de la majeure partie des aménagements liés à la vocation hospitalière des lieux. L'État-major du Royal 22e Régiment est situé dans le bastion de Mann et fait face au terrain de parade. Il fait partie de la Citadelle de Québec, un lieu historique national. L'édifice appartient au ministère de la Défense nationale. Consulter le rapport 88-161 du BEEFP.

Raisons de la désignation

Le bâtiment qui loge l'État-major du Royal 22e Régiment a été désigné «édifice classé» pour sa valeur historique, pour ses grandes qualités architecturales et pour sa valeur environnementale.

L'ancien Hôpital est associé aux activités de défense de l'Amérique du Nord britannique pendant l'achèvement graduel de la Citadelle, de 1839-1857, pour contrer la menace constante d'invasion américaine. Il pourrait être le plus ancien édifice encore debout construit spécifiquement pour servir d'hôpital militaire au Canada.

Grâce à son ornementation inspirée du style néo-classique, l'ancien Hôpital est considéré comme un des plus élégants édifices de la Citadelle. Il est aussi un de ceux qui ont le mieux préservé leur façade originale. Conçu avant la découverte des germes, l'intérieur de l'Hôpital a été traité selon la théorie des «miasmes», c'est-à-dire qu'on y favorisait la circulation de l'air pensant que la maladie se propageait dans les espaces clos et humides. Ainsi, les salles faisaient toute la largeur de l'édifice et étaient pourvues de deux grandes fenêtres de chaque côté, ce qui assurait une excellente ventilation.

Occupant une place de choix le long du terrain de parade et faisant face à la Porte Dalhousie, l'État-major du R 22e R est un des bâtiments les plus visibles de la Citadelle. Il compose avec les édifices voisins un ensemble architectural de grande qualité.

Éléments caractéristiques

La valeur patrimoniale de l'ancien Hôpital repose sur sa forme architecturale, sur ses éléments décoratifs d'inspiration néo-classique ainsi que sur les matériaux et les techniques de construction employées. Elle est aussi tributaire de son organisation spatiale et de son type de fenestration, qui reflètent la compréhension de la propagation des maladies qu'on avait au milieu du XIXe siècle.

L'ancien Hôpital est un imposant édifice de maçonnerie massive de deux étages, construit sur un plan rectangulaire. Son toit à croupes recouvert de cuivre «à baguettes» est percé de deux souches de cheminées de pierre. L'allure néo-classique de cet édifice repose sur sa composition symétrique, sur les pilastres qui compartimentent la façade en cinq baies, sur son porche orné d'un petit fronton brisé porté par deux pilastres, et sur le traitement lisse des surfaces. La composition des autres murs est symétrique, mais les seuls détails ornementaux sont le renflement des murs de coin et la corniche plate, qui fait d'ailleurs le tour de l'édifice. L'annexe, qui a pris la place de l'ancienne aile, s'intègre bien, car on a choisi une pierre calcaire semblable à celle utilisée pour le mur arrière du bâtiment principal, qui est moins lisse que celle des autres élévations.

Il est souhaitable que ce parti architectural soit respecté dans son ensemble. Les pierres de remplacement devraient être choisies de manière à s'intégrer sans heurt dans la texture des murs existants : pierre calcaire de Pointe-aux-Trembles finement bouchardée pour les murs de façade et latéraux; pierre calcaire de Cap-Rouge pour le mur arrière. Les nombreuses fenêtres à petits carreaux qui jouent un rôle majeur dans la composition de ce bâtiment sont à préserver, car elles sont associées à la croyance qu'on avait au milieu du siècle dernier que la transmission des maladies se faisait dans les espaces clos et humides. On pourrait éventuellement revenir aux fenêtres de bois, afin de se conformer aux matériaux d'époque. La porte d'entrée pourrait aussi reprendre son emplacement d'origine, sur le côté du porche, afin de permettre de réintégrer, sous l'imposte vitrée, la très belle fenêtre tripartite prévue par le concepteur.

Les fentes verticales réparties de façon régulière sur les élévations avant et arrière - d'anciennes meurtrières murées - rappellent la fonction défensive du lieu. La compartimentation des espaces intérieurs ainsi que l'emploi de murs épais et de voûtes démontrent la préoccupation du concepteur, c'est-à-dire faire en sorte que l'édifice soit à l'épreuve des bombes. Il est recommandé de préserver ces caractéristiques fonctionnelles et structurales reliées à la fonction défensive d'origine. Il conviendrait également d'identifier, tous les éléments reliés à l'ancienne fonction médicale encore en place, afin de les préserver.

La relation de l'ancien Hôpital avec le bastion de Mann, le terrain de parade et les bâtiments voisins fait partie intégrante de sa valeur patrimoniale. Il est donc souhaitable de ne pas modifier cet environnement par la construction d'ajouts ou de nouveaux bâtiments. Il conviendrait aussi de préserver les anciens murets de pierre et de ne pas introduire des éléments de mobilier extérieur incompatibles avec le caractère militaire des lieux.