Maison-de-Sir-John-Johnson

Édifice fédéral du patrimoine reconnu

Williamstown, Ontario
Vue générale de la maison de Sir John Johnson montrant le plan en T du bâtiment. © Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada, 2003.
Vue générale
© Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada, 2003.
Vue générale de la maison de Sir John Johnson montrant le plan en T du bâtiment. © Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada, 2003.Vue générale de la maison de Sir John Johnson House montrant la véranda en treillis. © Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada, 2005.Vue générale de la maison de Sir John Johnson montrant les fenêtres à guillotine à carreaux multiples disposées régulièrement. © Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada, 2003.
Adresse : Williamstown, Williamstown, Ontario

Loi habilitante : La Politique du Conseil du Trésor sur la gestion des biens immobiliers
Date de désignation : 1989-04-27
Dates :
  • 1850 à 1850 (Construction)

Ministère gardien Parcs Canada
Référence du rapport BEEFP 88-079
Numero RBIF : 56478 00

Description du lieu patrimonial

La maison sir John Johnson est située sur une colline, dans un cadre champêtre surplombant Raisin River à Williamstown, en Ontario. Il s’agit d’une maison de ferme raffinée en billes et en bois d’oeuvre, en forme de T. La maison est agrémentée d’une véranda en treillis qui court le long de la façade principale. Le toit à deux versants est percé de hautes cheminées en brique, et d’une série de quatre lucarnes qui reprennent le rythme des fenêtres à carreaux multiples sur la façade. La désignation officielle se limite au tracé au sol du bâtiment.

Valeur patrimoniale

La maison sir John Johnson est un édifice fédéral du patrimoine reconnu en raison de son importance historique, et de ses valeurs architecturales et environnementales.

Valeur historique
La maison sir John Johnson est directement associée à l’établissement des loyalistes et des immigrants écossais dans le district de Williamstown, en Ontario. Sir John Johnson était un éminent United Empire Loyalist originaire de l’état de New York à qui l’on avait confié la lourde tâche de distribuer des terres aux loyalistes après la Révolution américaine et de les aider à s’établir. Dans l’exercice de ses fonctions, Johnson a fait l’acquisition personnelle de nombreux terrains témoignant de son importance et de son statut. Il bâtit la maison qui faisait parti d’un ensemble de moulin à blé et de scierie, un point central, conçu pour attirer des colons dans la région. La propriété de Johnson, au même titre que la maison, illustre une période importante de développement dans la fondation de la ville de Williamstown puisque le moulin n’allait pas seulement encourager l’établissement des colons, mais également permettre d’accroitre la qualité des logements avec un accès facile à de la planche sciée.

Valeur architecturale
La valeur de la maison sir John Johnson découle des bonnes qualités esthétiques de sa conception. Construite selon une technique de construction de pièces sur pièces modifiée, la maison est un exemple exceptionnel d’un bâtiment raffiné en billes et un des exemples les plus anciens encore en place de ce procédé de construction populaire dans la vallée du Saint-Laurent et que les premiers colons ont introduit dans l’est de l’Ontario. Sa conception présentant de très bonnes qualités fonctionnelles, le bâtiment pièce sur pièce initial a été intégré à une maison de ferme considérable par deux ajouts sucessifs, ce qui a transformé la structure à charpente en billes relativement simple, avec leur remplissage d’origine, en une résidence. Les procédés de construction employés révèlent trois programmes de construction distincts. Les pièces de bois de parement et la charpentrie exécutée avec soin témoignent de sa très bonne qualité d’exécution et des matériaux.

Valeur environnementale
Les dépendences subsistantes et les ruines du moulin témoignent du lien historique entre la maison et le développement du paysage environnant en une communauté. Elle renforce le caractère rural du cadre agricole où elle est située et des abords immédiats. De la maison et de la propriété entière émane un caractère pastoral soutenu, et l’emplacement bien en vue de la maison, au sommet d’une colline, en fait un repère visuel dans le petit village de Williamstown.

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de la maison sir John Johnson devraient être respectés.

Les bonnes qualités esthétiques et les très bonnes qualités fonctionelles de sa conception ainsi que les très bonnes qualités d’exécution et des matériaux, c’est-à-dire : l'intégration, du bâtiment construit dans les années 1700, à une maison de ferme considérable; le plan en T du bâtiment rectangulaire d’un étage et demi coiffé d’un toit à deux versants lié à une aile sur deux étages à l’avant, coiffée d’un toit à deux versants très pentu; la série de lucarnes et de hautes cheminées en briques disposées sur la toiture continue; la charpente de solives avec remplissage posées selon la technique de construction en pièce sur pièce et la méthode à coulisses; le parement en bois; les fenêtres à guillotine à carreaux multiples disposées régulièrement, les deux fenêtres à battants du rez-de-chaussée et la porte dans l’aile du côté est; la véranda en treillis sur toute la longueur de la façade principale; l’entrée mènant à la véranda du côté sud; le plan intérieur.

La façon dont la maison sir John Johnson renforce le caractère rural du cadre agricole où elle est située, et est un point de repère familier, c’est-à-dire : son échelle, son style et les matériaux naturels employés, qui s’harmonisent avec le paysage champêtre et rehaussent le cadre semi-rural; le fait que la maison soit très visible depuis le village de Williamstown, en raison de son emplacement bien en vue, au sommet d’une colline.

Énoncé de valeur patrimoniale

Avis de non-responsabilité - L'énoncé de valeur patrimoniale a été mis en place par le BEÉFP, afin de clarifier l'objet de la désignation d'un bâtiment fédéral du patrimoine et ce qui confère à l'édifice son importance patrimoniale. Il est donc un document de référence clé pour toute personne impliquée dans un projet d'intervention sur des édifices fédéraux du patrimoine et il est utilisé par le BEÉFP lors de ses examens d'intervention.

La maison sir John Johnson est située non loin de la rivière Raisin, à Williamstown, dans le comté de Glengarry, en Ontario. La maison, qui faisait partie d'un ensemble moulin à blé et scierie construit par sir John Johnson entre 1784 et 1792, servait de bureau et d'habitation au mécanicien chargé de l'entretien des machines. Deux grandes annexes ont été ajoutées au corps de logis après sa construction; la première est une construction à deux niveaux élevée du côté ouest et qui remonte à 1825 environ, et la seconde une aile néo-gothique de plus grandes dimensions bâtie sur la face est dans les années 1850. En 1961, une plaque commémorative a été érigée sur l'emplacement de la maison par la Commission des lieux et monuments historiques du Canada. Parcs Canada s'est porté acquéreur de l'édifice en 1971. Depuis, la maison a été isolée contre le froid et la toiture refaite. L'aile néo-gothique de l'édifice est actuellement louée à la succursale des bibliothèques de la vallée de la voie maritime qui sert Williamstown, alors que le reste de la propriété demeure vacant. Le Service des parcs d'Environnement Canada est l'organisme responsable. Voir le Rapport de bâtiment no 88-79 du BEEFP.

Raison de la désignation

La maison sir John Johnson, à Williamstown, a été désignée édifice "reconnu" par le Bureau d'examen des édifices fédéraux du patrimoine. Elle a été construite, comme bien de placement, par sir John Johnson, éminent «loyaliste de l'Empire uni» originaire de l'État de New York, à qui l'on avait confié la lourde tâche de distribuer des terres aux loyalistes après la Révolution américaine et d'aider les nouveaux arrivants à s'établir. Dans l'exercice de ses fonctions, Johnson a fait l'acquisition pour lui-même de nombreux terrains, dont cette propriété de Williamstown.

Johnson avait créé son établissement afin d'inciter les loyalistes et les immigrants écossais à venir s'établir dans le district de Williamstown. Il était allé chercher des mécaniciens d'entretien à Montréal pour bâtir la scierie et la faire fonctionner. Le corps de logis primitif - une construction en pièce sur pièce modifiée - fait partie des bâtiments que ces gens ont construits. L'édifice est un spécimen remarquable de ces modèles perfectionnés de maison en pièce sur pièce et un des exemples les plus anciens, parmi les édifices de ce type encore debout, du procédé de construction introduit dans l'est de l'Ontario par les pionniers de la première heure et qui s'est répandu dans toute la vallée du Saint-Laurent.

Il reste, aux abords de l'édifice, quelques ruines révélatrices du rôle qu'avait celui-ci du temps où il faisait partie de l'ensemble industriel créé par Johnson. Comme il y a encore aussi beaucoup d'espace libre autour de lui, l'édifice est intégré dans un décor à moitié champêtre qui lui convient tout à fait. Perchée au sommet d'une colline, la maison sir John Johnson est isolée des banlieues avoisinantes. La colline est elle-même un pôle d'attraction de Williamstown.

Éléments caractéristiques

Le caractère patrimonial de la maison sir John Johnson réside dans la composition, les matériaux et l'exécution technique et artistique du corps de logis primitif en pièce sur pièce, c'est-à-dire la partie qui date du XVIIIe siècle. La tâche la plus pressante consiste à prendre les moyens nécessaires pour protéger les éléments et matériaux anciens contre la détérioration ou toute nouvelle intervention. Il faudra respecter l'intégrité du corps de logis primitif si des travaux sont entrepris un jour.

L'incorporation de la partie construite dans les années 1700 dans une maison de ferme beaucoup plus grande est un épisode important de l'histoire de cette maison; aussi, il ne saurait être question d'un retour en arrière. On prendra soin de conserver la forme et l'intégrité des matériaux mis en oeuvre ainsi que la masse de l'édifice tout entier; il faut bien comprendre que le meilleur moyen pour protéger la maison, c'est de bien entretenir l'ensemble de la propriété.

L'emplacement de la maison et le décor champêtre qui l'entoure doivent être considérés comme un tout indivisible, qu'on doit protéger. Le morcellement du fonds de terre ou la construction de nouveaux édifices auraient pour effet d'affaiblir le caractère de la propriété. Tant l'étendue que le caractère champêtre de la propriété sont essentiels pour offrir à la maison un décor en parfaite harmonie avec elle et conserver à la ville un visage véritablement agreste.

Il importe également que, lorsque viendra le temps de planifier des travaux, nous identifions et veillions à protéger les ruines de bâtiments industriels plus anciens qui parsèment la propriété et que nous tenions compte de leur existence. Ces ruines représentent un lien historique et fonctionnel essentiel entre la maison et l'ensemble moulin et scierie dont elle faisait autrefois partie.