Hangar 7 au secteur des hangars

Édifice fédéral du patrimoine classé

Borden, Ontario
Vue générale du hangar 7, montrant sa volumétrie modeste et son apparence simple, coiffé d'un toit en arc. (© Parks Canada Agency/Agence Parcs Canada, Department of National Defence\ ministère de la Défense nationale)
Vue général du hangar 7.
(© Parks Canada Agency/Agence Parcs Canada, Department of National Defence\ ministère de la Défense nationale)
Adresse : Hangar Road, BFC Borden, Borden, Ontario

Loi habilitante : La Politique du Conseil du Trésor sur la gestion des biens immobiliers
Date de désignation : 1988-06-09
Dates :
  • 1917 à 1917 (Construction)

Événement, Personne, Organisation :
  • British Royal Engineers  (Architecte)
  • Royal Flying Corps  (Architecte)
Autre nom(s):
  • Hangar 7  (Nom de la désignation)
  • Royal Flying Corps (RFC) Hangars  (Autre nom)
  • les hangars de la Première Guerre mondiale  (Autre nom)
  • lieu historique national du Canada des Hangars-du-Corps-Royal-d'Aviation  (Autre nom)
Ministère gardien Défense nationale
Référence du rapport BEEFP 87-109
Numero RBIF : 11022 02

Description du lieu patrimonial

Le hangar 7 est situé à la limite sud-ouest de la Base des Forces canadiennes (BFC) Borden, et fait partie de la série de hangars construits sur l’aire de trafic du terrain d’aviation. Érigé à titre de structure temporaire durant la Première Guerre mondiale, il s’agit d’un bâtiment simple de plain-pied à charpente en bois, et coiffé d’un toit bas en arc. Sa volumétrie rectangulaire présente une porte de garage centrée au sud, une remise en appentis agrandit à l’angle sud-ouest, une seule porte sur la façade nord et des différents types de fenêtres. La désignation se limite au tracé au sol du bâtiment.

Valeur patrimoniale

Le hangar 7 est un édifice fédéral du patrimoine classé en raison de son importance historique et de ses valeurs architecturales et environnementales.

Valeur historique
Le hangar 7 est un excellent exemple de bâtiment associé au développement de l’aviation militaire organisé au Canada. Construit en 1917 pour s’ajouter aux hangars d’aviation de la base, il a été utilisé pour l’instruction des recrues canadiennes qui s’apprêtaient à servir dans le Royal Flying Corps, le Royal Naval Air Service et, plus tard, dans le Royal Air Force. Pendant la Deuxième Guerre mondiale, le hangar 7 a accueilli le Programme d’entraînement aérien du Commonwealth pour le Canada. Il illustre aussi une étape importante dans l’évolution de la vocation d’établissement d’instruction principal de la BFC Borden.

Valeur architecturale
La valeur du hangar 7 repose sur sa bonne conception esthétique. Construit selon un plan standard très bien conçu sur le plan fonctionnel, le bâtiment est caractérisé par sa volumétrie modeste d’apparence simple, coiffé d’un toit en arc. À l’intérieur, les fermes de bois en treillis particulières reposent sur des poteaux de bois renforcés par des entretoises en bois et créent les lignes courbes qui donnent au toit sa forme. La stratégie structurale en bois et son utilisation continue témoignent de la bonne qualité d’exécution et de celle des matériaux utilisés.

Valeur environnementale
Le hangar 7 profite d’un lien historique inchangé avec son emplacement sur l’aire de trafic du terrain d’aviation de Borden, directement à l’est des pistes. Il incarne le fondement du caractère visuel de son cadre militaire au BFC Borden et constitue un point de repère familier dans la région.

Sources : Ian Doull, Hangars de Borden, Bo. 3-13, BFC Borden, Ontario, Bureau d'examen des édifices fédéraux du patrimoine, Rapport de recherche 87-109; Hangars de Borden, Bo. 3-13, BFC Borden, Ontario, Énoncé de valeur patrimoniale, 87-109.

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du hangar 7 devraient être respectés.

Sa bonne conception esthétique, sa très bonne conception fonctionnelle, la bonne qualité de son exécution et des matériaux utilisés, notamment : sa volumétrie rectangulaire de plain-pied et simple coiffé d’un toit bas en arc; sa conception selon un plan standard et son échelle modeste; ses différents types de fenêtres; la remise en appentis agrandit à l’angle sud-est; sa stratégie structurale d’origine, soit les fermes de bois en treillis au profil particulier qui reposent sur des poteaux de bois renforcés par des entretoises diagonales.

La façon dont le hangar 7 conserve un lien historique inchangé avec son site, établit le caractère militaire actuel de son cadre et constitue un point de repère familier dans la région, comme le démontre : son emplacement au sein de la BFC Borden, sur l’aire de trafic du terrain d’aviation, directement à l’est des pistes; l’espacement initial des hangars, construits à 36,3 mètres (119 pieds) les uns des autres, pour des raisons de la sécurité-incendie; sa relation spatiale et historique avec les autres hangars d’aviation à subsister dans le Hangar Line qui forment un ensemble visuel harmonieux; son alignement et son échelle qui en font un point de repère familier sur la base et dans la région.

Énoncé de valeur patrimoniale

Avis de non-responsabilité - L'énoncé de valeur patrimoniale a été mis en place par le BEÉFP, afin de clarifier l'objet de la désignation d'un bâtiment fédéral du patrimoine et ce qui confère à l'édifice son importance patrimoniale. Il est donc un document de référence clé pour toute personne impliquée dans un projet d'intervention sur des édifices fédéraux du patrimoine et il est utilisé par le BEÉFP lors de ses examens d'intervention.

Les hangars numéros 3 à 13 faisaient partie d'une série de quinze hangars construits au début de 1917 pour l'instruction des recrues du Royal Flying Corps, du Royal Naval Air Service et plus tard de la Royal Air Force. Les hangars ont été rendus au gouvernement canadien à la fin de la Première guerre mondiale et sont depuis la propriété du ministère de la Défense nationale ou de ses prédécesseurs. Malgré des réparations, les hangars ont conservé leur forme, leurs matériaux et leur apparence d'origine. Voir le rapport 87-109 du BEEFP.

Raisons de la désignation
Le 9 juin 1988, la série de hangars a reçu la désignation "classé" parce qu'elle illustrait les origines de l'aviation militaire canadienne organisée et parce qu'elle formait avec le tablier de la piste voisine un ensemble qui est demeuré en grande partie intact depuis la Première Guerre mondiale. On a reconnu que les hangars illustraient une étape importante du développement de la BFC Borden.

La rapidité avec laquelle les hangars ont été construits, de même que leur utilisation continue, démontrent l'excellence de leur conception par le Génie royal. La structure se composait de poutres à treillis cambrées posées sur des poteaux et renforcées à l'aide de contrevents diagonaux.

En général, les hangars ont conservé leur intégrité historique malgré la modification de la fenestration, le retrait de certains appentis, l'ajout d'un revêtement et le murage des ouvertures des murs d'extrémité. Les poutres à treillis cambrées, sans doute préfabriquées, sont dignes d'intérêt.

L'impact visuel de la série de hangars n'a pas souffert des modifications mineures apportées aux bâtiments ou au site, qui conserve une bonne partie de sa forme originale. La série de hangars est un ensemble cohérent qui constitue un point de repère important sur la base.

Éléments caractéristiques
L'un des aspects importants du complexe est la répétition le long de la piste d'un élément similaire suivant une disposition et un espacement réguliers. Cet aspect devrait être conservé et les interventions éventuelles devraient renforcer le groupement linéaire de la série de hangars. Certains hangars, les numéros 9 et 11 par exemple, ont conservé la plus grande partie de leurs attributs originaux : portes, annexes, fenêtres. Ces attributs en particulier devraient être conservés. Les lignes de toit et les appentis (le cas échéant) sont importants pour définir le groupement des hangars et devraient être conservés.