Édifice Louis S. St-Laurent, ancien bureau de poste

Édifice fédéral du patrimoine classé

Québec, Québec
Vue générale de l'édifice Louis S. Saint-Laurent, 1983. (© Agence Parcs Canada / Parks Canada Agency, 1983.)
Vue générale
(© Agence Parcs Canada / Parks Canada Agency, 1983.)
Adresse : 3, Passage du chien d'or, Québec, Québec

Loi habilitante : La Politique du Conseil du Trésor sur la gestion des biens immobiliers
Date de désignation : 1983-03-25
Dates :
  • 1872 à 1873 (Construction)
  • 1913 à 1919 (Significative)

Événement, Personne, Organisation :
  • Pierre Gauvreau  (Constructeur)
Autre nom(s):
  • Ancien bureau de poste  (Autre nom)
  • Édifice fédéral  (Autre nom)
Ministère gardien Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
Référence du rapport BEEFP 82-10
Numero RBIF : 05757 005757

Description du lieu patrimonial

L’édifice Louis S. St-Laurent se trouve dans le secteur urbain de la Haute-Ville de Québec. Il s’agit d’un bâtiment en angle de trois étages et demi réalisé dans un style Second Empire élaboré, présentant également des éléments de style Beaux-arts. Revêtues d’un parement de pierre taillée, les façades symétriques sont enjolivées par une ornementation riche, tirée du vocabulaire classique, et culminent dans un étage mansarde. La désignation se limite au tracé au sol du bâtiment.

Valeur patrimoniale

L’édifice Louis S. St-Laurent est un édifice fédéral du patrimoine classé en raison de son importance historique, de l’intérêt qu’il présente sur le plan architectural et de la place privilégiée qu’il occupe dans son milieu.

Valeur historique
La valeur du bâtiment provient en bonne partie de ses liens avec l'histoire. La construction du bâtiment d’origine a marqué une étape importante dans la constitution d’un réseau international de communications postales, et l’édifice Louis S. St-Laurent compte parmi les rares bureaux de poste de cette époque qui aient survécu.

Valeur architecturale
La valeur de l’édifice Louis S. St-Laurent découle de ses très belles qualités esthétiques et sa très belle conception fonctionnelle. Il s’agit d’un exemple précoce et important du recours au style Second Empire au Canada, mais le style a perdu passablement de sa clarté pendant les transformations et les travaux d’agrandissement effectués entre 1913 et 1919. Dans son apparence actuelle, l’immeuble exprime l’inspiration classique et la recherche de la monumentalité caractéristiques de l’architecture Beaux-Arts, très répandue à l’époque des modifications.

Valeur environnementale
L’édifice Louis S. St-Laurent renforce le caractère historique de son milieu urbain. Bien que certains détails extérieurs aient été modifiés au cours de récents travaux de réaménagement, l’immeuble demeure dans l’ensemble un élément dominant et important sur le plan architectural du remarquable décor urbain qu’offre la Haute-Ville de Québec.

Sources : Nathalie Clerk et Marc De Caraffe, édifice Louis S. St-Laurent, ancien bureau de poste, Québec (Québec), Bureau d’examen des édifices fédéraux du patrimoine, rapport 82-010; Édifice Louis S. St-Laurent, ancien bureau de poste, Québec (Québec), Énoncé de la valeur patrimoniale, 82-010

Éléments caractéristiques

Les éléments qui définissent le caractère de l’édifice Louis S. St-Laurent devraient être respectés.

Sa très bonne conception esthétique, sa très bonne conception fonctionnelle, ainsi que ses matériaux et son exécution de bonne qualité, qui se reflètent dans :
— sa volumétrie en forme de « L » de trois étages et demi, revêtue de blocs de pierre calcaire taillé;
— les éléments de style Second Empire qui ont été préservés, y compris les pilastres en saillie animant les façades et l’ornementation classique, notamment les colonnes, l’entablement et les voussoirs;
— les éléments de style Beaux-Arts qui ont été ajoutés au bâtiment lors des modifications de 1913-1919, y compris un étage mansardé en pierre bien intégrée, réalisée dans le même vocabulaire conceptuel que le bâtiment d’origine, le toit plat, l’entrée principale monumentale précédée d’un porche et surmontée d’un fronton et le dôme qui couronne le bâtiment;
— la rallonge ajoutée au bâtiment principale en 1913-1919.

La manière dont l’édifice Louis S. St-Laurent renforce le caractère historique de son milieu urbain et sert de point de repère pour la région, qui se manifeste par :
— son importance en tant que marqueur pour une étape importante dans la constitution d’un réseau international de communications postales et en tant que rare exemple d’un bureau de poste de cette époque;
— son style et son importance comme point de repère local, ce qui en fait un élément dominant et important sur le plan architectural du remarquable décor urbain qu’offre la Haute-Ville de Québec.

Énoncé de valeur patrimoniale

Avis de non-responsabilité - L'énoncé de valeur patrimoniale a été mis en place par le BEÉFP, afin de clarifier l'objet de la désignation d'un bâtiment fédéral du patrimoine et ce qui confère à l'édifice son importance patrimoniale. Il est donc un document de référence clé pour toute personne impliquée dans un projet d'intervention sur des édifices fédéraux du patrimoine et il est utilisé par le BEÉFP lors de ses examens d'intervention.

L'ancien bureau de poste a été construit en 1872-1873 suivant des plans de l'architecte Pierre Gauvreau, qui était membre du bureau de l'architecte en chef, T.S. Scott, au ministère des Travaux publics. L'édifice a été considérablement agrandi et modifié entre 1913-1919, sous la direction de l'architecte en chef David Ewart. L'immeuble servait à l'origine entièrement comme bureau de poste. Maintenant, un bureau de poste se trouve au rez-de-chaussée et le Centre de services du Québec de Parcs Canada occupe le reste de l'édifice. Le ministère des Travaux publics et Services gouvernementaux Canada est responsable du bâtiment. Consulter le rapport 82-10 du BEEFP.

Raisons de la désignation

L'Ancien Bureau de Poste a été désigné édifice "classé" en raison de sa valeur architecturale, environnementale et historique.

La construction de l'édifice a marqué une étape importante dans le développement d'un réseau international des communications postales. Il représentait pour le Canada un emploi précoce et notable du style Second Empire, un style populaire pour les édifices gouvernementaux et commerciaux québécois, étant donné l'association française avec ce style. Le caractère a par la suite été quelque peu masqué par le remaniement et l'agrandissement de 1913-1919. Le complexe qui en résulte reflète l'inspiration classique et la recherche de la monumentalité qui caractérisaient le style Beaux-Arts, alors en vogue.

L'immeuble est situé dans un endroit proéminent de la ville de Québec, sur le coin de la Côte de la Montagne et du passage du Chien d'Or (anciennement rue Buade) entre le parc Montmorency (site du premier et du deuxième Parlement du Canada), la Place d'Armes et le Grand Séminaire de Québec, et en face du Château Frontenac. De récents travaux d'aménagement ont encore modifié une partie de l'ornementation extérieure, mais dans son ensemble, l'édifice demeure un élément dominant, et important sur le plan architectural, du site urbain remarquable que constitue la "Haute-Ville" de Québec.

Le bureau de poste de Québec est l'un des derniers survivants d'un groupe de bureaux de poste et de bureaux de douanes érigés au cours des années 1872-1891, à l'intérieur d'un programme de travaux publics, sous l'administration de l'architecte en chef T.S. Scott.

Éléments caractéristiques

La valeur patrimoniale de l'ancien bureau de poste réside dans ses références stylistiques, son ornementation, ses détails architecturaux, ses matériaux de construction, son toit, ses ouvertures, sa forme, certains détails de l'intérieur ainsi que dans la relation de son échelle en rapport à son environnement immédiat.

Lors des rénovations de 1913-1919, une grande partie de la nouvelle ornementation a imité l'ancienne pour créer une uniformité visuelle entre l'addition et la partie d'origine du bâtiment, suivant alors le style Second Empire. Les façades chargées, qui sont obtenues par l'ornementation classique des encadrements d'ouvertures y inclus les fenêtres à arc segmentaire, les pilastres en saillie, l'entrée du passage du Chien d'Or, et par la qualité sculpturale de la pierre calcaire qui revête les murs extérieurs, rappellent ce premier style.

L'ancien bureau de poste possède plusieurs éléments Beaux-Arts qui reflètent le style de son agrandissement de 1913-1919. Son nouveau toit plat, son portique majestueux, son dôme, son horloge, ses balustrades en pierre et sa grandeur contribuent à la monumentalité et à la puissance tant recherchées pour ce style.

Plusieurs matériaux d'origine ont été perdus lors d'un réaménagement intérieur effectué dans les années 1970-80. Cependant, les comptoirs et plinthes en marbre, les colonnes à chapiteaux, les moulures décoratives et le plafond à caissons du bureau de poste situé au rez-de-chaussée sont des éléments importants qui ont été conservés. Ces éléments devraient être protégés parce qu'ils constituent de rares exemples de matériaux d'origine en plus d' illustrer l`évolution historique du bâtiment. L'aménagement et les axes de circulation du bureau de poste ont aussi une valeur patrimoniale et méritent d'être conservés.

La forme de l'immeuble, en "L", est appropriée à cet emplacement en coin. L'échelle et l'emplacement de l'immeuble lui offrent une présence importante dans son quartier. Ces éléments étaient toujours recherchés pour l'architecture publique de ces années.