Phare du cap Anguille

Édifice fédéral du patrimoine reconnu

Codroy, Terre-Neuve-et-Labrador
Vue de l'extérieur du phare du cap Anguille, qui montre la lanterne vitrée préfabriquée et la galerie extérieure ouverte qui l’entoure et qui est protégée par des rampes en acier, 2005. © Department of Fisheries and Oceans / Ministères des Pêches et Océans, 2005.
Vue générale
© Department of Fisheries and Oceans / Ministères des Pêches et Océans, 2005.
Vue de l'extérieur du phare du cap Anguille, qui montre la lanterne vitrée préfabriquée et la galerie extérieure ouverte qui l’entoure et qui est protégée par des rampes en acier, 2005. © Department of Fisheries and Oceans / Ministères des Pêches et Océans, 2005.Vue aérienne du phare du cap Anguille, qui montre sa présence physique et sa fonction à l’intérieur même de la station de phare, 2000. © Department of Fisheries and Oceans / Ministères des Pêches et Océans, 2000.Vue générale du phare du cap Anguille, qui montre la forme octogonale effilée de la tour, qui consiste en un long fût en béton surmonté d’une petite lanterne, 2000. © Department of Fisheries and Oceans / Ministères des Pêches et Océans, 2000.
Adresse : Station de phare de Cap-Anguille, Codroy, Terre-Neuve-et-Labrador

Loi habilitante : La Politique du Conseil du Trésor sur la gestion des biens immobiliers
Date de désignation : 2007-02-22
Dates :
  • 1958 à 1960 (Construction)

Événement, Personne, Organisation :
  • Ministère des Transports  (Architecte)
Ministère gardien Pêches et Océans Canada
Référence du rapport BEEFP 06-033
Numero RBIF : 00785 00

Description du lieu patrimonial

Le phare du cap Anguille est une tour effilée autoportante de forme octogonale, construite en béton armé et surmontée d’une lanterne d’aluminium et de verre. La haute et élégante tour blanche dotée d’une lanterne rouge est située à l’intérieur d’une station de phare comportant plusieurs bâtiments, sur un emplacement littoral isolé, sur le cap Codroy, au point le plus à l’ouest de Terre-Neuve. La désignation se limite au tracé au sol du bâtiment.

Valeur patrimoniale

Le phare du cap Anguille est un édifice fédéral du patrimoine reconnu, en raison de ses associations historiques ainsi que de ses valeurs architecturale et environnementale.

Valeur historique
Le phare du cap Anguille est un très bon exemple qui témoigne du thème des aides à la navigation dans les eaux canadiennes. Grâce à une portée de 15 milles marins, elle guide les navires marchands ou côtiers au point le plus à l’ouest de Terre-Neuve, sur le cap Codroy. Construit entre 1958 et 1960, le phare remplace un phare octogonal en fonte et en béton armé dont la construction remontait à 1907-08. Le phare actuel est un exemple récent du type d‘installations érigées par le gouvernement du Canada afin de respecter son engagement de fournir et d’entretenir les aides à la navigation à Terre-Neuve, dans le cadre d’un important programme de modernisation amorcé après l’entrée de la province dans la fédération canadienne en 1949. Le phare est également étroitement associé à la famille Patry, dont certains membres ont été gardiens de phare depuis l’ouverture de la station de phare en 1908 jusqu’en 1982, et qui continuent d’être associés au phare en exploitant un gite touristique dans l’ancien logement du gardien.

Valeur architecturale
La bonne conception esthétique du phare du cap Anguille découle de ses proportions gracieuses, créées par le long fût octogonal surmonté d’une lanterne de même forme. Cette conception simple et utilitaire a été largement utilisée partout au Canada durant les années 1950 et 1960. L’aménagement intérieur de base de la tour permet d’exécuter adéquatement le programme simple et fonctionnel qui consiste à offrir un support à la lanterne et à avertir les navires de la proximité de la côte. Construite selon un plan standard préparé par le ministère des Transports, à l’aide de matériaux durables tels que le béton et l’acier, et possédant une bonne qualité d’exécution, la structure a bien subsisté malgré les conditions climatiques difficiles auxquelles elle est exposée.

Valeur environnementale
Situé entre l’océan Atlantique et un paysage constitué de prés et de collines, le phare du cap Anguille renforce le cadre maritime du lieu par sa présence visuelle et sa fonction dans le paysage côtier environnant. Le phare est situé sur un terrain bien entretenu, à l’extrémité d’une route principale, dans un emplacement littoral isolé. Il est entouré d’autres constructions de plus petite taille. Depuis sa construction, l’emplacement a fait l’objet de plusieurs modifications, notamment la construction et l’enlèvement d’un avertisseur de brume et d’un bâtiment d’entreposage de produits pétroliers, la démolition de l’ancien phare et de l’ancienne remise à bateaux, en plus de la construction de deux résidences, d’une aire d’atterrissage pour hélicoptères, de deux bâtiments d’entreposage utilitaires et d’une clôture. Malgré ces modifications, l’emplacement continue de posséder les éléments essentiels d’une station de phare et la relation entre le phare et son emplacement a été conservée. Le phare est un point de repère bien connu de la communauté et des visiteurs qui logent au gite touristique aménagé dans l’ancienne résidence du gardien, un bien patrimonial enregistré au niveau provincial. Il constitue également un important repère pour la pêche dans les eaux côtières.

Sources: Dana Johnson, Phare, Phare du cap Anguille, Codroy, Terre-Neuve-et-Labrador. Bureau d’examen des edifices fédéraux du patrimoine, rapport de recherche 06-033; Phare de cap Anguille, Codroy, Terre-Neuve-et-Labrador, Énoncé de la valeur patrimoniale, 06-033.

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du phare du cap Anguille devraient être respectés.

Les éléments qui témoignent du thème des aides à la navigation fournies par le gouvernement du Canada aux navires marchands et côtiers : son emplacement bien en vue entre l’océan Atlantique et un paysage constitué de prés et de collines; sa conception normalisée de tour autoportante en béton de forme octogonale, qui a été largement utilisée partout au Canada pendant les années 1950 et 1960.

Sa bonne conception esthétique et fonctionnelle, ainsi que la bonne qualité des matériaux et de l’exécution, qui se manifestent dans : la forme octogonale effilée de la tour, qui consiste en un long fût en béton surmonté d’une petite lanterne; la position symétrique des ouvertures, qui consistent en trois petites fenêtres alignées verticalement sur la façade arrière et en une porte située au centre de la façade; la lanterne vitrée préfabriquée et la galerie extérieure ouverte qui l’entoure et qui est protégée par des rampes en acier; l’extérieur simple de la tour, sur lequel on retrouve un minimum d’éléments décoratifs, notamment une surface en béton lisse, une corniche évasée et un linteau en béton qui fait saillie au dessus de chaque baie de fenêtre ou de porte; le fût blanc et la lanterne rouge; le plan intérieur utilitaire et simple, qui comprend un vestibule et un espace comprenant un escalier qui relie les trois niveaux et mène à la lanterne; l’utilisation de méthodes de construction standard et de matériaux durables comprenant le béton, l’acier, l’aluminium et le verre.

La manière dont le bâtiment renforce le caractère maritime de son emplacement isolé sur le rivage, tel qu’on le voit dans : son emplacement bien en vue sur le rivage; sa silhouette facilement identifiable, sa forme simple et ses couleurs traditionnelles; sa présence physique et sa fonction à l’intérieur même de la station de phare.

Énoncé de valeur patrimoniale

Avis de non-responsabilité - L'énoncé de valeur patrimoniale a été mis en place par le BEÉFP, afin de clarifier l'objet de la désignation d'un bâtiment fédéral du patrimoine et ce qui confère à l'édifice son importance patrimoniale. Il est donc un document de référence clé pour toute personne impliquée dans un projet d'intervention sur des édifices fédéraux du patrimoine et il est utilisé par le BEÉFP lors de ses examens d'intervention.

Description du lieu historique
Le phare du cap Anguille une tour effilée autoportante de forme octogonale, construite en béton armé et surmontée d’une lanterne d’aluminium et de verre. La haute et élégante tour blanche dotée d’une lanterne rouge est située sur un emplacement littoral isolé, sur le cap Codroy, au point le plus à l’ouest de Terre Neuve, à l’intérieur d’une station de phare comportant plusieurs bâtiments. La désignation se limite au tracé au sol du bâtiment.

Valeur patrimoniale
Le phare du cap Anguille est un édifice fédéral du patrimoine « reconnu », en raison de ses associations historiques ainsi que de ses valeurs architecturale et environnementale.

Valeur historique
Le phare du cap Anguille est un très bon exemple qui témoigne du thème des aides à la navigation dans les eaux canadiennes. Grâce à une portée de 15 milles marins, elle guide les navires marchands ou côtiers au point le plus à l’ouest de Terre Neuve, sur le cap Codroy. Construit entre 1958 et 1960, le phare remplace un phare octogonal en fonte et en béton armé dont la construction remontait à 1907-08. Le phare actuel est un exemple récent du type d‘installations érigées par le gouvernement du Canada afin de respecter son engagement de fournir et d’entretenir les aides à la navigation à Terre Neuve, dans le cadre d’un important programme de modernisation amorcé après l’entrée de la province dans la Confédération canadienne en 1949. Le phare est également étroitement associé à la famille Patry, dont certains membres ont été gardiens de phare depuis l’ouverture de la station de phare en 1908 jusqu’en 1982, et qui continuent d’être associés au phare en exploitant un gite touristique dans l’ancien logement du gardien.

Valeur architecturale
La bonne conception esthétique du phare du cap Anguille découlent de ses proportions gracieuses, créées par le long fût octogonal surmonté d’une lanterne de même forme. Cette conception simple et utilitaire a été largement utilisé partout au Canada durant les années 1950 et 1960. L’aménagement intérieur de base de la tour permet d’exécuter adéquatement le programme simple et fonctionnel qui consiste à offrir un support à la lanterne et à avertir les navires de la proximité de la côte. Construite selon un plan standard préparé par le ministère des Transports, à l’aide de matériaux durables tels que le béton et l’acier, et possédant une bonne qualité d’exécution, la structure a bien subsisté malgré les conditions climatiques difficiles auxquelles elle est exposée.

Valeur environnementale
Situé entre l’océan Atlantique et un paysage constitué de prés et de collines, le phare du cap Anguille renforce le cadre maritime du lieu par sa présence visuelle et sa fonction dans le paysage côtier environnant. Le phare est situé sur un terrain bien entretenu, à l’extrémité d’une route principale, dans un emplacement littoral isolé. Il est entouré d’autres constructions de plus petite taille. Depuis sa construction, l’emplacement a fait l’objet de plusieurs modifications, notamment la construction et l’enlèvement d’un avertisseur de brume et d’un bâtiment d’entreposage de produits pétroliers, la démolition de l’ancien phare et de l’ancienne remise à bateaux, en plus de la construction de deux résidences, d’une aire d’atterrissage pour hélicoptères, de deux bâtiments d’entreposage utilitaires et d’une clôture. Malgré ces modifications, l’emplacement continue de posséder les éléments essentiels d’une station de phare et la relation entre le phare et son emplacement a été conservée. Le phare est un point de repère bien connu de la communauté et des visiteurs qui logent au gite touristique aménagé dans l’ancienne résidence du gardien, un bien patrimonial enregistré au niveau provincial. Il constitue également un important repère pour la pêche dans les eaux côtières.

Éléments caractéristiques
Les éléments caractéristiques suivants du phare du cap Anguille devraient être respectés.

Les éléments qui témoignent du thème des aides à la navigation fournies par le gouvernement du Canada aux navires marchands et côtiers :
· son emplacement bien en vue entre l’océan Atlantique et un paysage constitué de prés et de collines;
· sa conception normalisée de tour autoportante en béton de forme octogonale, qui a été largement utilisée partout au Canada pendant les années 1950 et 1960.

Sa bonne conception esthétique et fonctionnelle, ainsi que la bonne qualité des matériaux et de l’exécution, qui se manifestent dans :
· la forme octogonale effilée de la tour, qui consiste en un long fût en béton surmonté d’une petite lanterne;
· la position symétrique des ouvertures, qui consistent en trois petites fenêtres alignées verticalement sur la façade arrière et en une porte située au centre de la façade;
· la lanterne vitrée préfabriquée et la galerie extérieure ouverte qui l’entoure et qui est protégée par des rampes en acier;
· l’extérieur simple de la tour, sur lequel on retrouve un minimum d’éléments décoratifs, notamment une surface en béton lisse, une corniche évasée et un linteau en béton qui fait saillie au dessus de chaque baie de fenêtre ou de porte;
· le fût blanc et la lanterne rouge;
· le plan intérieur utilitaire et simple, qui comprend un vestibule et un espace comprenant un escalier qui relie les trois niveaux et mène à la lanterne;
· L’utilisation de méthodes de construction standard et de matériaux durables comprenant le béton, l’acier, l’aluminium et le verre.

La manière dont le bâtiment renforce le caractère maritime de son emplacement isolé sur le rivage, tel qu’on le voit dans :
· son emplacement bien en vue sur le rivage;
· sa silhouette facilement identifiable, sa forme simple et ses couleurs traditionnelles;
· sa présence physique et sa fonction physique à l’intérieur même de la station de phare.