Cette semaine en histoire

Ernest MacMillan : chevalier musicien au Canada

Pour la semaine du lundi le 13 août 2018.

Le 18 août 1893, Ernest MacMillan, futur chef d’orchestre et compositeur, vient au monde en banlieue de Toronto. Il est le fils d’Alexander et de Wilhelmina MacMillan.

Ernest Macmillan en 1946
© Bibliothèque et Archives Canada

Alexander, qui est ministre presbytérien, encourage le jeune Ernest à apprendre à toucher l’orgue, instrument essentiel à toute messe dominicale. Ses professeurs sont impressionnés par ses talents remarquables. Dès l’âge de 10 ans, Ernest se produit pour la première fois sur la scène du Massey Hall à Toronto. En 1905, son père prend une année sabbatique en Écosse, où Ernest étudie la musique à l’Université d’Édimbourg. Six mois après la rentrée scolaire, l’adolescent de 14 ans réussit un examen très difficile qu’échouent beaucoup d’étudiants de cycle supérieur. Il se voit alors décerner un diplôme pour le niveau d’associé par le Collège royal canadien des organistes.

MacMillan assiste au Festival Wagner de Bayreuth, en Allemagne, lorsque la Première Guerre mondiale éclate. Il est arrêté par les soldats allemands et détenu en tant que sujet d’un pays ennemi au camp de Ruhleben, près de Berlin, où il demeure jusqu’en 1918. Pendant qu’il est emprisonné, il compose « England: An Ode » en 1918, et la présente à l’Université d’Oxford pour obtenir son doctorat.

Orchestre symphonique de Toronto avec MacMillan, la chorale du conservatoire et la chorale de la symphonie de Beethoven, au Massey Hall en 1933
© Bibliothèque et Archives Canada

En 1919, MacMillan regagne Toronto et assume les fonctions d’organiste et de chef de chœur à l’église Timothy Eaton Memorial, jusqu’en 1925. Deux ans plus tard, il devient doyen de la Faculté de musique de l’Université de Toronto. Doté d’un immense talent, il succède naturellement à Luigi von Kunits, chef de l’Orchestre symphonique de Toronto, à sa mort en 1931. En hommage à Kunits, MacMillan dirige sa première prestation avec le mouvement de la marche funèbre tiré de la Symphonie n° 3 de Beethoven.

MacMillan dirige l’Orchestre symphonique de Toronto durant 25 ans et se consacre à obtenir un soutien financier pour la salle Massey Hall, ce qui sauve le théâtre de la démolition pendant la Dépression. Le Massey Hall rouvre en 1933 et devient la principale salle d’attache de l’Orchestre symphonique de Toronto jusqu’à l’ouverture du Roy Thomson Hall, en 1982.

En 1935, le roi Georges V confère à MacMillan le titre de chevalier. Lorsqu’il prend sa retraite en 1951, il a considérablement augmenté le nombre de prestations données par l’Orchestre symphonique de Toronto, et a attiré plusieurs musiciens de renommée internationale dans la métropole.

Ernest MacMillan a le statut de personne d’importance historique nationale et le Massey Hall est un lieu historique national.

Parcs Canada a lancé Cette semaine en histoire il y a vingt ans! Consultez notre fil Twitter @ParcsCanada et visitez la Commission des lieux et monuments historiques du Canada.

Date de modification :