Cette semaine en histoire

Archives

Une future héroïne de guerre

Semaine du lundi le 17 mars 2014

Le 22 mars 1884, Elizabeth Smellie, figure de proue dans le combat contre les ravages de la guerre, naît à Port Arthur (aujourd’hui Thunder Bay), Ontario.

Matron Smellie
© Bibliothèque et Archives Canada / Ministère de la Défense nationale
La jeune « Beth » Smellie ne tarde pas à suivre les traces de son père, le docteur T. S. T. Smellie. Celui-ci a beau s'opposer initialement aux projets de sa fille, cela n'empêche pas Beth d’entreprendre des études en soins infirmiers à l’université Johns Hopkins, aux États-Unis. Elle sapplique ensuite à soigner les malades, notamment en tant que surveillante de nuit à lhôpital McKellar, de Port Arthur où pratique son père.

Tout change lorsque la Première Guerre mondiale éclate. Elizabeth Smellie possède toutes les qualifications exigées pour rejoindre le Corps de santé canadien. Elle s’enrôle donc comme infirmière militaire. En 1915, elle s’embarque pour l’Angleterre avec le deuxième contingent d’infirmières. Sa vie gravite alors autour des changements de pansements, des pressions sur les plaies et du combat contre la tuberculose, les brûlures à l’ypérite, la gangrène et la fièvre. Elle sert aussi en France et sur le navire-hôpital qui ramène les blessés en Amérique du Nord. En reconnaissance de son dévouement, elle est promue infirmière en chef adjointe et reçoit la Croix-Rouge royale, médaille qui lui est décernée par le roi George V en personne.

Infirmières du Corps de santé royal canadien à bord du bateau-hôpital Lady Nelson lors de la Seconde Guerre mondiale (janvier 1944)
© Bibliothèque et Archives Canada / Lieut. Frederick G. Whitcombe / Ministère de la Défense nationale / PA-163661

Après la guerre, Elizabeth Smellie continue de se consacrer aux soins apportés aux Canadiens en étudiant, enseignant et pratiquant son métier au Canada. Elle contribue à la consolidation des Infirmières de l’Ordre de Victoria, devenant directrice en chef de l’organization. Lorsqu’éclate la Seconde Guerre mondiale, elle reprend le devoir militiare quoique, à sa grande déception, dans le rôle moins actif d’infirmière en chef (matron) du Corps de santé royal canadien. Elle s’occupe aussi temporairement d’administrer les services médicaux de la Marine royale et de l’Aviation royale du Canada. En 1944, elle devient la première femme promue au rang de colonel.

En raison de son service exemplaire dans l’armée et du leadership dont elle a fait preuve pendant les deux guerres mondiales, Elizabeth Smellie a été désignée personne d'importance historique nationale. Les Infirmières de lOrdre de Victoria ont été désignées évènement historique national en reconnaissance des soins prodigués aux Canadiens.

Pour en savoir plus sur les infirmières canadiennes, voyez les articles La première femme major, la NONIA: un nouveau-né utile à la communauté, Les infirmières de l’Ordre de Victoria du Canada et Un parangon de dévouement : Georgina Fane Pope dans les archives de Cette semaine en histoire.

Date de modification :