Cette semaine en histoire

Archives

Le fort Wellington barre la route à Wilkinson en 1813

Semaine du lundi le 4 novembre 2013

Le 6 novembre 1813, les troupes britanniques postées au fort Wellington à Prescott, dans le Haut‑Canada (aujourd’hui l’Ontario), ouvrent le feu sur une flotte américaine qui descend le fleuve Saint‑Laurent. Les Américains comptent s’emparer de Montréal, mais les forces britanniques mettent rapidement fin à leur progression.

Carte postale du fort Wellington
© Parcs Canada
James Wilkinson, major-général américain, espère rejoindre la force de son collègue, le major-général Wade Hampton, pour prendre Montréal. Wilkinson ignore toutefois que Hampton a perdu la bataille de Châteauguay le 26 octobre, et que l’invasion ne peut plus avoir lieu.

Construit pendant la guerre de 1812, le fort Wellington est l’un des principaux postes de défense érigés le long du fleuve Saint‑Laurent, dans le Haut-Canada. Les Américains n’ont d’autre choix que de passer devant le fort pour mener leur campagne du Saint‑Laurent, qui a pour objectif de prendre Montréal. Plutôt que d’exposer son armée aux canons des Britanniques avant même d’arriver à destination, Wilkinson fait accoster sa flottille et débarquer ses troupes en amont de Prescott, sur la rive américaine du fleuve, pendant la soirée du 6 novembre 1813. Les Américains contournent furtivement le fort tandis que les navires de transport continuent de descendre le fleuve. Les Britanniques aperçoivent les bâtiments et ouvrent le tir, mais les Américains réussissent à passer le fort.

Carte de l’emplacement du fort Wellington sur la rive du fleuve Saint-Laurent, à Prescott (Ontario)
© Parcs Canada
Au cours des deux jours qui suivent, des renforts britanniques en provenance de Kingston arrivent au fort Wellington. Dirigées par le lieutenant-colonel Joseph Morrison, les troupes britanniques affrontent Wilkinson et ses hommes près de Morrisburg lors de la bataille de la ferme Crysler, le 11 novembre.

Le fort Wellington joue un rôle important pendant la guerre de 1812 de même que lors de conflits subséquents, notamment pendant la rébellion du Haut-Canada en 1837. En 1838, le fort est reconstruit et continue de défendre la région contre d’autres attaques américaines. Le fort Wellington a été désigné un lieu historique national en 1920.

Nous célébrons cette année la deuxième année du bicentenaire de la guerre de 1812. Pour lire d’autres récits de la guerre de 1812, voyez les articles L’invasion du Canada, Victoire au fort Détroit!, et La bataille de Beaver Dams dans les archives de Cette semaine en histoire. Pour en savoir plus sur le fort Wellington, consultez la page Information aux visiteurs du fort Wellington.

Date de modification :