Cette semaine en histoire

Archives

« Un robuste paysan en veste de mouton »

Semaine du lundi le 22 novembre 1999

Le 27 novembre 1896, le ministre fédéral de l'Intérieur Clifford Sifton lançait une campagne d'immigration qui devait s'avérer l'une des plus vastes et des plus efficaces de l'histoire canadienne!

Clifford Sifton

Clifford Sifton
© Bibliothèque et Archives Canada / PA-27943

Né le 10 mars 1861 dans le comté de Middlesex, en Ontario, Sifton obtint son diplôme de la Victoria University à Cobourg en 1880. Après s'être installé au Manitoba, il pratiqua le droit à Brandon, et de 1888 à 1896, il représenta le comté de North Brandon à l'Assemblée législative de la province. En 1891, il devint procureur général et ministre de l'Éducation dans le gouvernement de Thomas Greenway, avant de se lancer dans la politique fédérale et de représenter Brandon à la Chambre des communes du Canada de 1896 à 1911.

En 1896,  Sifton fut nommé ministre de l'Intérieur dans le premier cabinet de sir Wilfrid Laurier. Profitant d'une forte reprise économique qui stimulait l'agriculture dans l'Ouest, Sifton entreprit une dynamique campagne d'immigration pour promouvoir la colonisation de l'Ouest canadien. Des millions d'hectares de terres réservées aux Premières nations furent ouvertes à la colonisation. La campagne voulait attirer des fermiers des États-Unis et de la Grande-Bretagne, mais Sifton, à la différence de nombre de ses collègues, visait également des régions non traditionnelles comme l'Europe centrale et orientale. Cette campagne suscita à l'occasion de vives controverses.

'The Last Best West' affiche reproduit en Canada-Ouest, 1907

"The Last Best West" affiche
reproduit en Canada-Ouest, 1907

© BAC / C-30621

Sifton croyait « qu'un robuste paysan en veste de mouton » représentait le colon idéal à cause de son ardeur au travail, mais bien d'autres ne partageaient pas cette conviction. L'arrivée d'immigrants de l'Europe centrale et de l'Europe du Sud-Est suscita des inquiétudes dans les Prairies, car les résidents considéraient que ces nouveaux arrivants ne pourraient être facilement « assimilés » par la société anglo-saxonne dominante. De plus, le ministère de l'Intérieur de Sifton fit peu d'efforts pour attirer des colons du Québec dans les Prairies, de sorte que l'Ouest se peupla rapidement de colons anglophones ou prêts à apprendre l'anglais.

En 1905, Sifton démissionna à la suite d'un désaccord avec Laurier au sujet des clauses en matière d'éducation que contenaient les lois portant création des provinces autonomes de l'Alberta et de la Saskatchewan. Malgré les controverses, l'objectif de colonisation de l'Ouest que s'était donné Sifton fut atteint. En 1896, la campagne attira 17 000 colons. L'année de la démission de Sifton, plus de 140 000 personnes avaient entrepris le voyage vers l'Ouest. En 1911, Sifton se retira du Parlement et du Parti libéral, manifestant ainsi son désaccord au sujet de la question très controversée de la réciprocité avec les États-Unis. Il continua cependant à mener une carrière indépendante, « en coulisse », en politique et en affaires. Il mourut à New York le 17 avril 1929.

Sir Clifford Sifton est commémoré par une plaque érigée par la Commission des lieux et monuments historiques du Canada à Brandon, au Manitoba.

Date de modification :