Cette semaine en histoire

Archives

Une arrivée tant attendue

Semaine du lundi le 16 septembre 2013

Vers le 22 septembre 1663, les premières Filles du roi débarquent en Nouvelle-France. Dans bien des cas jeunes et orphelines, ces demoiselles quittent la France dans l’espoir de trouver un époux et d’améliorer leur situation sociale. En 1663, elles ne sont qu’une trentaine de Marie, de Jeanne ou de Catherine à débarquer. En 10 ans, près de 800 filles traversent ainsi l’Atlantique, malgré les périls de l’expédition.

Jean Talon accueille les Filles du roi à leur arrivée.
© Bibliothèque et Archives Canada / Eleanor Fortescue Brickdale / 1996-371-1 / 1927
Les Filles du roi jouent un rôle crucial dans l’essor de la Nouvelle-France car elles favorisent l’accroissement naturel de la population. Marguerite Bourgeoys, fondatrice de la congrégation de Notre-Dame de Montréal, accueille des Filles du roi chez elle dès 1668, dans la ferme aujourd’hui désignée Maison-Saint-Gabriel (Montréal). Elle leur enseigne les arts ménagers et surveille leurs fréquentations.

Les prétendants ne manquent pas et la plupart des filles trouvent un époux dans les six mois suivant leur arrivée. À leur mariage, elles reçoivent une dot du roi Louis XIV. Une seconde demande en mariage ne tarde pas pour celles qui regrettent leur premier choix. Quelques-unes seulement resteront célibataires ou regagneront la France. Pour accélérer les unions, l’intendant Jean Talon retire les permis de traite aux hommes célibataires en âge de se marier qui tardent à prendre une épouse tout en récompensant les couples fiancés et les familles nombreuses. 

L’immigration des Filles du roi en Nouvelle-France a été désignée événement historique national en 2007, car elle a favorisé l'essor d’un peuple auparavant composé à peine d’un petit groupe d’hommes. Beaucoup de Canadiens comptent une Fille du roi parmi leurs ancêtres.

Vue de l'extérieur de la maison Saint-Gabriel
© Parcs Canada / N. Clerk / 2005

La maison Saint-Gabriel a été désignée lieu historique national en 2005. Elle abrite encore des objets ayant appartenus à Marguerite Bourgeoys, elle-même personne d’importance historique nationale, et aux Filles du roi, tels des rouets et de la vaisselle faisant partie de la dot fournie par le roi.

Cette année marque le 350e anniversaire de l'arrivé des premières Filles du roi au Canada. Pour en savoir plus sur les Filles du roi et leur époque, consultez les sites les Filles du roiLe premier intendant de la Nouvelle-France et Une sainte avant-gardiste dans les archives de Cette Semaine en histoire. Pour en savoir plus sur la maison Saint-Gabriel, consultez l'Annuaire des désignations patrimoniales fédérales et le site du musée.

Date de modification :