Cette semaine en histoire

Archives

Un terrain devient un lieu de tolérance religieuse

Semaine du lundi le 20 mai 2013

Le 24 mai 1821 marque la signature de l’acte de transfert du terrain où sera érigé le Temple libre de Moncton, au Nouveau-Brunswick. Ce temple de style britannique classique accueillera des congrégations religieuses et leur procurera un lieu de tolérance religieuse et d’esprit d’entraide jusqu'en 1963.

Façade du Temple libre
© Parcs Canada / 2008
Au Nouveau-Brunswick, avant l’arrivée des immigrants américains protestants durant la deuxième moitié du 18e siècle, la population est majoritairement catholique. Lorsqu’une vague de différentes confessions arrive dans la province, les villes doivent ajuster leur fonctionnement. La plupart des habitants, disséminés en petites communautés, se tournent vers leur paroisse pour avoir accès à des services sociaux. Cependant, chaque culte n’a pas son église. Les bâtiments de réunions permettent aux Néo-Brunswickois de pallier à ce manque.

Originaire de la Nouvelle-Angleterre, ce type d’édifice est conçu pour accueillir des regroupements divers. Le Temple libre de Moncton est bâti en 1821 grâce à Joseph Crandall, le premier chef religieux baptiste de la province. Le terrain, cédé par Hannah et William Steadman, est travaillé et aménagé collectivement à l’aide de matériaux pour la plupart reçus en don. L’ouvrage fini consiste en un grand espace ouvert sur un niveau, surmonté par un toit en croupe recouvert de bardeaux en cèdre. L’enveloppe extérieure du bâtiment est en écorce de bouleau. L’apparence modeste du Temple libre ne diminue aucunement son importance historique, surtout pour la région. Il s’agit d’ailleurs de l’un des plus anciens édifices de la ville ! 

Entrée est du Temple libre, 1892
© Moncton Museum

Au fil des années, le Temple libre héberge des associations religieuses multiples, y compris des Anglicans, des Baptistes, des Catholiques, des Juifs, des Méthodistes et des Presbytériens. En effet, le Temple libre est mis à la disposition des groupes religieux qui attendent de construire leurs propres lieux de culte et d’aide communautaire. Certains y restent pendant 57 ans! D’autres membres de la communauté l’utilisent aussi. Par exemple, en 1838, des soldats campant dans les environs y établissent leur centre d’administration, car le Temple libre est le seul bâtiment public de la région, à l’époque.

Le Temple libre est désigné lieu d’importance historique nationale en 1990 parce qu’il symbolise la tolérance religieuse interconfessionnelle qui régnait dans les provinces de l’Atlantique à la fin du 18e et au début du 19e siècle. Le Temple libre appartient à la ville de Moncton depuis 1964 et fait partie du Musée de Moncton.

Pour en savoir plus sur l’histoire du Nouveau-Brunswick, veuillez consulter : L’Arrivée des Loyalistes au Nouveau-Brunswick, Là où les murs enseignent l'histoire et L'orange et le vert s'affrontent dans les archives de Cette semaine en histoire.

Date de modification :