Cette semaine en histoire

Archives

Les nouvelles de Kit

Semaine du lundi le 21 octobre 2013

Le 26 octobre 1889, Kathleen Blake Coleman, ou Kit de son nom de plume, publie sa première chronique dans le quotidien le Daily Mail. C’est le début d’une longue carrière de journaliste pour cette femme qui se distingue par son esprit d’innovation.

Kathleen Blake Coleman (1890)
© The Carbon Studio / Bibliothèque et Archives Canada / PA-164916
Kathleen Coleman, née Catherine Ferguson, vient au monde en Irlande en 1856. Elle immigre au Canada après la mort de son premier époux en 1884. Après un second mariage qui échoue, elle se trouve avec deux jeunes enfants à élever. Afin de subvenir à leurs besoins, elle prend la plume.

Son adaptation de l’histoire d’Adam et Ève dans le jardin d’Éden séduit Edward Farrer, rédacteur en chef du Toronto Daily Mail. Celui-ci lui confie la chronique féminine du quotidien nommée le Woman’s Kingdom. Le personnage de Kit se forme alors. Au départ la chronique présente des conseils ménagers et parle des idéaux féminins, mais ne tarde pas à se complexifier lorsque Kit innove en écrivant des critiques acérée sur des «sujets d’homme», c’est-à-dire la politique, les affaires, la religion et la science. Ses propos soulèvent des questions sur le sexe de l’auteur, certains lecteurs étant persuadés que «Kit» cache en fait le raisonnement d’un homme !

Kit, au centre du Canadian Women’s Press Club 1 (1906)
© Archives du Manitoba / W. Gibson / N14828

Kit parcourt le monde pour renouveler ses sujets et ses chroniques sont particulièrement colorées ! Elle remporte son plus grand succès lorsqu’elle devient la première femme à être accréditée correspondante de guerre. En 1898, elle se rend à Cuba durant la guerre hispano-américaine. Ses reportages sur les victimes de la guerre et les séquelles du conflit confirment sa renommée.

Ayant passé sa vie à travailler pour subvenir seule aux besoins de sa famille, Kit est en faveur d’un salaire égal pour un travail égal. Toutefois, elle n’ose pas s’associer aux mouvements féministes. Ce n’est qu’en 1904, irritée par la discrimination dans son milieu de travail, qu’elle utilise ses contacts pour appuyer le Canadian Women’s Press Club. Puis, à partir de 1910, elle travaille avec les suffragettes.

Elle décède en 1915 à Hamilton en Ontario, laissant son troisième mari, Theobald Coleman, et ses enfants dans le deuil. Modèle de conduite audacieuse, d’écrivaine accomplie et de femme se battant pour ses droits, Kathleen Blake Coleman s’est frayé un chemin dans une profession dominée par les hommes. Elle a été désignée personne d’importance historique nationale en 2011.

Pour découvrir une autre journaliste féministe, veuillez consulter la page d’E. Cora Hind , ou lisez à propos d'autre femmes écrivaines comme Songeuse et audacieuse : Margaret Duley de Terre-Neuve et Rétrospective sur une poétesse : la Canadienne Isabella Valancy Crawford dans les archives de Cette semaine en histoire.

Date de modification :