Cette semaine en histoire

Archives

« Oui, je le veux »… en pleine guerre!

Semaine du lundi le 15 avril 2013

Le 16 avril 1814, c'est la noce au château Saint-Louis, à Québec. Ce qui est étonnant, c'est que nous sommes en pleine guerre de 1812! Le major Christopher Myers et Lydia Amelia Head confirment leur union dans des circonstances exceptionnelles.

Le château Saint-Louis et le château Haldimand vers 1806-1808
© Parcs Canada / maquette Duberger
Lieutenant-colonel au début de la guerre de 1812, Myers est blessé et fait prisonnier par les Américains lorsque ceux-ci attaquent le fort George en mai 1813. Libéré sur parole grâce à l’intervention de sir George Prevost, gouverneur en chef et commandant des forces britanniques dans les colonies d’Amérique, Myers rejoint le 100e régiment d’infanterie et est promu au grade de major. Il arrive à Québec au début de l’hiver suivant. Dès qu’il rencontre mademoiselle Head, raconte Andrew W. Cochran, adjoint au secrétaire civil du gouverneur, Myers est soudainement « fait prisonnier » une seconde fois.

Le grand jour arrivé, c’est Jehoshaphat Mountain, prêtre anglican, qui célèbre le mariage. La fiancée, Lydia Amelia Head, est originaire de la Nouvelle-Écosse et fille de feu Michael Head, autrefois médecin à Halifax. Elle est accompagnée par deux dames d’honneur; Anne Elinor Prevost, fille aînée de sir George Prevost, et mademoiselle Robinson, fille de William Henry Robinson, commissaire général de l’Amérique du Nord.

Partie des vestiges du château Saint-Louis dégagés en 2006
© Parcs Canada / P. Cloutier
Les invités reçus au château Saint-Louis peuvent apprécier le style néoclassique de la façade qui présente des éléments architecturaux symétriques, notamment les fenêtres palladiennes et les frontons triangulaires. Le château d’origine, bâti en 1648, est reconstruit à partir de 1694 par le gouverneur Frontenac. Ce deuxième château Saint-Louis subirait les ravages des bombardements du Royal Artillery en 1759. Il fut restauré à la fin des années 1760 par les nouvelles autorités britanniques. Dans les années 1780, le gouverneur Frederick Haldimand construisit un autre édifice, le château Haldimand, à proximité du château Saint-Louis pour servir de résidence aux gouverneurs.

Apportant de nombreuses rénovations à la structure entre 1808 et 1811, le gouverneur James Craig redonne au château Saint-Louis son rôle de résidence officielle. À la même époque, le château Haldimand loge plusieurs services publics. Comme le château Saint-Louis, contrairement au château Haldimand, ne se prête pas à la tenue de grandes réceptions, le mariage Head-Myers prend donc l’aspect d’une cérémonie plutôt intime. Malheureusement, en 1834, le château Saint-Louis est ravagé par un incendie. Quant au château Haldimand, il est démoli en 1892 pour faire place à l’hôtel Château Frontenac.

Le site des forts et châteaux Saint-Louis est désigné lieu d’importance historique nationale à titre d'élément du système de défense de la ville de Québec et de siège de l’autorité coloniale pendant plus de 200 ans.

Pour plus d'information sur le château Saint-Louis, veuillez consulter les pages du site Web de Parcs Canada des forts et châteaux Saint-Louis et des découvertes archéologiques de Parcs Canada. Pour en savoir plus sur le vieux Québec, lisez les articles Un mariage au « nouveau château Saint-Louis »La vie de châteauLes Américains attaquent!Les fortification de Québec : des défenses uniques en Amérique du NordLa création du parc des Champs-de-Bataille et Le premier intendant de la Nouvelle-France dans les archives de Cette semaine en histoire.

Date de modification :