Cette semaine en histoire

Archives

La reine des Hurricanes!

Semaine du lundi le 25 mars 2013

Le 27 mars 1905, Elizabeth Muriel Gregory « Elsie » MacGill, la première femme à devenir conceptrice d’aéronefs, naît à Vancouver, en Colombie-Britannique. Par sa carrière d’ingénieure, elle contribuera beaucoup à faire accepter les femmes dans les professions dominées par les hommes. Les avions nés de sa planche à dessin aideront à protéger la Grande-Bretagne pendant la Seconde Guerre mondiale.

Elsie Gregory MacGill en 1927
© Bibliothèque et Archives Canada / 1927 / a200745
En 1927, MacGill devient la première femme à obtenir un grade en génie électrique, discipline auparavant réservée aux hommes. Diplôme en main, elle entre au service de l’Austin Automobile Company, à Pontiac, au Michigan. Lorsque l’entreprise se lance dans la fabrication d’avions, MacGill s’inscrit en aéronautique à l’Université du Michigan. La jeune ingénieure contracte la polio vers la fin de ses études, mais ne se laisse pas démonter pour autant. Elle écrit ses derniers examens depuis son lit d’hôpital et les réussit haut la main!

Son travail impressionnant est remarqué par la Canadian Car and Foundry Company (Can-Car) où MacGill devient ingénieure en chef en 1938. On lui confie la conception du deuxième avion d’entraînement Maple Leaf, qui deviendra le tout premier aéronef de conception féminine. À l’aube de la Seconde Guerre mondiale, l’Angleterre demande à la Can-Car de produire l’avion de chasse Hawker Hurricane. En tant qu’ingénieure en chef, MacGill est chargée du projet. Elle améliore les procédés en place en introduisant des nouvelles techniques de production de masse et, sous sa supervision, l’usine fabrique plus de 1 400 Hurricanes. MacGill adapte aussi l’Hurricane pour qu’il puisse voler en hiver, ce qui lui vaut le surnom de « reine des Hurricanes »!

Queen of the Hurricanes (La reine des Hurricanes), un illustré de la vie d’Elsie MacGill (1942)
© Bibliothèque et Archives Canada / [v. 1940] / MG31-K7, vol. 16, dossier 7
Souvent isolée dans une profession essentiellement masculine, MacGill siège activement à la Federation of Business and Professional Women’s Clubs. De 1967 à 1970, à titre de commissaire de la Commission royale d’enquête sur la situation de la femme au Canada, elle affirme les droits des femmes et préconise l’égalité en milieu de travail, le droit à la contraception et la révision des lois canadiennes pour accroître l’autonomie financière de ses consœurs.

Elizabeth Muriel Gregory « Elsie » MacGill meurt le 4 novembre 1980 à Cambridge, au Massachusetts, à l’âge de 75 ans. Figure de proue du monde de l’ingénierie aéronautique et ardente défenseure des droits de la femme, MacGill est désignée personne d’importance historique nationale en 2007. Elle reçoit l’Ordre du Canada en 1971 et est intronisée au Panthéon de l’aviation du Canada dans les années 1980 et au Panthéon canadien des sciences et du génie dans les années 1990.

Pour lire à propos de la mère d'Elsie, Helen Gregory MacGill, défenseure des droits de la femme, lisez La première femme juge de la Colombie-Britannique. Pour découvrir d’autres femmes qui ont laissé leur marque dans des domaines scientifiques, consultez les pages Femmes médecins, Première femme à faire des études universitaires, La vie bien remplie de Dorothy Dworkin et Harriet Brooks, une femme de science dans les archives de Cette semaine en histoire.

Date de modification :