Cette semaine en histoire

Archives

Elizabeth Parker, pionnière du patrimoine alpin au Canada

Semaine du lundi le 7 janvier 2013

Le 13 janvier 1904, Elizabeth Parker publie son premier article dans le Manitoba Free Press. C’est le début d’une carrière de 36 ans pour cette femme qui, par sa détermination et ses convictions, a largement contribué à la création d’un patrimoine de l’alpinisme canadien, sport de l’escalade en montagne.

Refuge Elizabeth Parker, Lac O’Hara, parc national de Yoho
© Melody Gross
Née Fulton en 1856, Elizabeth Parker grandit dans le comté de Colchester en Nouvelle-Écosse, et obtient son brevet d’enseignement après ses études secondaires. Comme c’est souvent le cas à cette époque, elle quitte l’enseignement après seulement un an pour épouser Henry Parker, et elle déménage à Halifax pour élever sa famille.

En 1892, la famille Parker quitte Halifax pour s’établir à Winnipeg, où Henry travaille pour le chemin de fer Canadien Pacifique. C’est alors qu’Elizabeth devient active au sein de plusieurs associations littéraires et philanthropiques, et ces activités l’amènent à s’intéresser à la littérature et à la culture. En 1904, à l’âge de 47 ans, elle prend la plume comme critique littéraire, et son premier article paraît dans le Manitoba Free Press. Elle continue dans cette voie et signe sa prose de plusieurs signatures, y compris « The Bookman » et « A.L.O.W. » (A Lady of Winnipeg). Parker met à contribution sa rubrique, A Literary Causerie, pour développer son sujet de prédilection, le patrimoine des montagnes au Canada. Ce thème la distingue des autres critiques littéraires car elle est la seule à l’aborder.

Timbre à l’effigie de Phyllis Munday
© Société canadienne des postes, 1998
Le 28 mars 1906, Elizabeth Parker fonde le Club alpin du Canada (CAC) avec Arthur Oliver Wheeler, topographe de son état. Le Club devient la première institution alpine indépendante au Canada. Agissant comme secrétaire, Parker amène le CAC à représenter le maintien et l’entretien du patrimoine des montagnes canadiennes. Par ailleurs, le Club affirme le nationalisme canadien en n’étant pas une succursale d’une entreprise américaine, ainsi que l’égalité des sexes en admettant des femmes, contrairement à ses homologues des États-Unis. Au fils des années, le Club exerce une influence persistante sur la règlementation des parcs montagnards au Canada et sur les mouvements de préservation des milieux naturels.

En 1907, le CAC lance le Canadian Alpine Journal, publication qui marque l’histoire et la littérature sur l’alpinisme au Canada. Les bases jetées par Elizabeth Parker incitent d’autres personnes à agir pour préserver l’alpinisme tant dans la littérature que dans la réglementation. Par exemple, Phyllis Munday, membre des « Mountain Literary Ladies » - un mouvement littéraire féminin axé sur les montagnes canadiennes - a largement contribué à l’évolution de l’alpinisme en documentant le patrimoine alpin. Elizabeth Parker a tracé la voie que bien d’autres ont suivie.

Elizabeth Parker a été désignée personne d’importance historique nationale en 2011 pour avoir fondé avec Arthur Oliver Wheeler, lui-même désigné en 1995, le premier et principal club alpin indépendant au pays, le Club alpin du Canada.

Explorez les parcs nationaux du Canada dans le site de Parcs Canada. 

Date de modification :