Cette semaine en histoire

Archives

La bataille de Signal Hill

Cette histoire est parue à l’origine en 2010

Le 15 septembre 1762, la bataille de Signal Hill fait rage au sommet d’une colline à St. John’s, à Terre-Neuve. La victoire des Britanniques prépare le terrain à la reconquête de la ville de St. John’s, occupée par les Français depuis le début de l’été. Cette bataille est la dernière livrée en Amérique du Nord durant la guerre de Sept ans.

Signal Hill
© Parcs Canada / André Cornelier / 1988
La guerre de Sept ans, qui sévit de 1756 à 1763, est causée par la dissolution des alliances issues de la guerre de Succession d'Autriche (1740-1748) et par des rivalités persistantes en Europe. Le 7 mai 1762, une armée dirigée par le chevalier Louis d’Arsac de Ternay quitte la France pour gagner Terre-Neuve afin de nuire aux activités de pêche menées par les Britanniques. Après s’être facilement emparé de St. John’s le 27 juin, d’Arsac de Ternay décide d’y passer l’hiver, à la surprise du ministre français responsable de la marine et de l’armée, le duc de Choiseul. Ce dernier, qui considère la prise de St. John’s comme une occasion d’améliorer la position de négociation de la France, ordonne que des renforts et des provisions soient envoyés à St. John’s, mais les navires qui les transportent sont interceptés par les Britanniques.

Pour reprendre le contrôle de St. John’s, l’armée britannique organise une force interarmées avec l’armée de terre et la marine, coalition dirigée par le lieutenant-colonel William Amherst et le contre-amiral lord Alexander Colvill. Le 13 septembre, les hommes d’Amherst débarquent à Torbay et commencent à avancer vers St. John’s. Deux jours plus tard, ils repoussent les Français à Signal Hill puis à Fort William, au pied de la colline. Les Britanniques contrôlent fermement le sommet de la colline, où ils installent des batteries de mortier; ils bombardent Fort William durant la nuit du 17. Les Français, réalisant que leur situation est désespérée, se rendent le jour suivant.

Un symbole de Terre-Neuve-et-Labrador : la tour Cabot est construite en 1897 au sommet de Signal Hill
© Parcs Canada / Pam Coristine
Avec la signature du Traité de Paris en 1763, la France cède la Nouvelle-France et l’île Royale (l’île du Cap-Breton) à la Grande-Bretagne, mais conserve ses droits de pêche côtière dans le nord de Terre-Neuve. La France reçoit aussi les îles de St-Pierre et de Miquelon, situées au large des côtes méridionales de Terre-Neuve, qui serviront de refuge à sa flottille de pêche qui sillonne les Grands Bancs. Dans les années 1770, les Britanniques construisent Fort Townshend à l’ouest de Fort William, hors de portée d’éventuels tirs d’artillerie en provenance de Signal Hill qui, dans les années 1790, est à son tour fortifiée. L’endroit demeure le plus important poste militaire de St. John's, jusqu’au retrait de la garnison britannique en 1870.

Cette année marque le 250e anniversaire de la bataille de Signal Hill. La bataille de Signal Hill est désignée événement d'importance historique nationale en 1959. Signal Hill et Fort Townshend sont désignés lieux historiques nationaux en 1951, et Fort William en 1952.

Pour en apprendre davantage sur la guerre de Sept Ans, lisez les articles Les Britanniques débarquent à Louisbourg, Les Britaniques capturent le fort Frontenac et La capitulation de la Nouvelle-France dans les archives de Cette semaine en histoire. Pour plus d'information sur Signal Hill, visitez la page du Lieu historique national du Canada de Signal Hill sur le site Web de Parcs Canada.

Date de modification :