Cette semaine en histoire

Archives

Filles du roi

Semaine du lundi le 18 octobre 1999

Le 20 octobre 1671, Jean Talon signe une ordonnance exhortant les célibataires de Nouvelle-France à épouser des filles du roi. Talon prendra ainsi de nombreuses mesures pour favoriser le peuplement de la colonie.

Arrivée des filles du roi en Nouvelle-France

Arrivée des filles du roi en Nouvelle-France
© BAC / C. W. Jefferys / C-10688

À son arrivée à Québec en 1665, Talon découvre une colonie qui, malgré ses 57 années d'existence, ne compte que 3215 habitants. Les treize colonies britanniques du même âge réunissent quant à elles près de 100 000 sujets. Sous la conduite d'un nouveau roi, la France connaît enfin la paix et la stabilité, et peut songer à consolider sa présence en Nouvelle-France. Talon est nommé représentant du roi et devient intendant de la Nouvelle-France. Son principal objectif est d'accroître la population de la colonie. Pour attirer des colons, Talon leur offre des terres et des provisions gratuites. Ses efforts sont cependant limités par la vieille politique française voulant qu'on évite de dépeupler la mère patrie pour coloniser la Nouvelle-France.

La principale contribution de Talon au peuplement de la colonie sera l'arrivée des « filles du roi ». Puisque la Nouvelle-France compte plus de deux fois plus d'hommes que de femmes, Talon fait venir des filles du roi pour permettre aux colons et aux soldats libérés de s'établir, de se marier et d'avoir beaucoup d'enfants, et donc d'accroître la population. Les filles du roi sont de jeunes femmes, le plus souvent des orphelines, qui reçoivent leur dot du roi Louis XIV. Cette dot prend habituellement la forme de provisions et d'objets ménagers d'une valeur de 50 livres. Les « filles de haute naissance » reçoivent une dot encore plus importante, car elles sont destinées aux anciens officiers français désireux de s'établir en Nouvelle-France.

Talon ordonne à un coureur des bois de se marier.

Talon ordonne à un coureur des bois de se marier.
© Illustré par Philippe Arlette
dans Ma petite histoire de la Nouvelle-France par Gilles Proulx
Avec la gracieuse permission des Publications Proteau

Talon fait venir environ 1000 filles du roi en Nouvelle-France. Cependant, comme les célibataires de la Nouvelle-France ne sont pas tous impatients de se marier, Talon doit intervenir. Son ordonnance de 1671 oblige les célibataires de la colonie à épouser une fille du roi, sous peine de perdre leurs privilèges de pêche et de chasse, de même que leur droit de faire le commerce des fourrures. En d'autres termes, tout homme qui refuse de se marier se voit retirer son gagne-pain.

Malgré les obstacles et malgré l'injustice de certaines de ses mesures, Talon voit ses efforts couronnés de succès. Lorsqu'il quitte la Nouvelle-France en 1672, la population de la colonie a plus que doublé et atteint 7605 âmes. Malheureusement, après le départ de Talon, la France sera de nouveau absorbée par la guerre et se remettra à négliger la colonie.

Une plaque de la Commission des lieux et monuments historiques du Canada commémore Jean Talon à Québec, Québec.

Date de modification :