Cette semaine en histoire

Archives

À la guerre comme à la guerre!

Semaine du lundi le 18 juin 2012

Le 18 juin 1812, James Madison, président des États-Unis, déclare la guerre à la Grande-Bretagne. Pour les Canadiens, c’est le début de nombreux conflits sanglants en territoire canadien et américain, de même qu’en mer. La déclaration est la culmination d’une série d’incidents survenus entre les deux pays. Ce conflit, qu’on appellera plus tard la « guerre de 1812 », prend officiellement fin trois ans plus tard, en 1815.

Rencontre de Isaac Brock et de Tecumseh
© Charles William Jefferys / Bibliothèque et Archives Canada / 1972-26-1360, 1908
Avant 1812, les guerres napoléoniennes en Europe préoccupent particulièrement l’Empire britannique. Ce conflit avec la France a des répercussions sur le commerce international à cause des blocus mis en place par les deux pays. Les restrictions compliquent les échanges commerciaux de pays neutres, comme les États-Unis. Par ailleurs, pendant le conflit, des milliers de marins britanniques abandonnent la marine royale britannique en faveur de son pendant américain, laquelle offre de meilleures conditions de travail et des salaires plus intéressants. À la suite de ces désertions, les navires américains font souvent l’objet de recherche et de saisie par les marines française et britannique. Des milliers de déserteurs britanniques sont capturés à bord de navires américains et forcés de servir dans la marine royale britannique, même s’ils sont véritablement des marins américains! La Grande-Bretagne ignore les demandes des États-Unis de mettre fin au harcèlement des navires américains, ce qui ajoute à la tension entre les deux pays.

Portrait pris en studio de guerriers des Six Nations, qui se sont battus aux côtés des Britanniques pendant la guerre de 1812
© Ed Tompkins et Jeffrey Thomas / Bibliothèque et Archives Canada / C-085127, 1882
Les droits maritimes ne sont pas l’unique sujet de discorde, et les désaccords se multiplient en Amérique du Nord. De nombreux Américains soupçonnent que les Britanniques encouragent et financent depuis les années 1790 la résistance des Autochtones. Ceux-ci, menés par le chef shawnee Tecumseh, lancent des attaques sur les établissements dans la vallée de l’Ohio pour freiner l’expansion des Américains vers l’Ouest. D’autres Américains, qui ne supportent plus l’idée d’avoir une colonie britannique comme voisin, pensent envahir le Canada pour libérer le continent de toute présence britannique. Le conflit armé s’amorce avec la prise du fort Michilimackinac le 17 juillet 1812. Les combats se poursuivent sur la rivière Détroit, et le brigadier-général William Hull envahit le Haut-Canada dans les deux semaines qui suivent. En août, les troupes britanniques et canadiennes ainsi que les guerriers autochtones repoussent Hull à Détroit. Le 16 août, Tecumseh et le major-général Isaac Brock contraignent Hull à se rendre.

La victoire britannique, canadienne et autochtone au fort Détroit marque le début d’un long conflit. La guerre de 1812 est un événement important de l’histoire du Canada. Ce conflit est à l’origine de la désignation de 76 événements, lieux et personnes d’importance historique nationale partout au Canada, y compris Tecumseh, Isaac Brock, Laura Secord et Queenston Heights.

Cette année, nous commémorons le bicentenaire de la guerre de 1812. Pour en savoir plus sur ce conflit, nous vous invitons à lire Les Britanniques perdent du terrainVictoire au fort Détroit! et Mort d’un guerrier  dans les archives de Cette semaine en histoire. Des événements commémoratifs auront lieu partout au Canada. Pour plus d’information sur la commémoration de la guerre de 1812, lisez la page Commémoration de la guerre de 1812, dans le site Web de Parcs Canada.

Date de modification :