Cette semaine en histoire

Archives

Les étoiles livrent leurs secrets

Semaine du lundi le 12 novembre 2012

Le 17 novembre 1865, John Stanley Plaskett voit le jour. Cet astronome canadien de renommée mondiale plaidera en faveur de la construction de l’Observatoire fédéral d’astrophysique, qui deviendra un véritable centre d’excellence en recherche astrophysicienne.

Né non loin de Woodstock, en Ontario, Plaskett travaille d’abord comme mécanicien pour l’Edison Company avant d’entrer au département de physique de l’Université de Toronto, en Ontario. C’est là qu'il se découvre une passion pour la physique et, à l’âge de 30 ans, il entreprend un baccalauréat en mathématiques et en physique. Sa carrière d’astrophysicien démarre en 1903, lorsqu’il est invité, parce qu’il possède des savoirs théoriques et pratiques, à se joindre à l’équipe du Dominion Observatory à Ottawa. 

L’Observatoire fédéral d’astrophysique
© Bibliothèque et Archives Canada / Albertype Company / PA-032169

Pendant son temps au Dominion Observatory, John Plaskett publie de nombreux rapports sur les étoiles binaires, c’est-à-dire deux étoiles orbitant une autour de l’autre. Cependant, ses travaux sont limités par les capacités du télescope. En 1912, des subventions sont accordées pour financer la construction d’un nouvel observatoire, lequel sera sous la charge de Plaskett. Après une série de test pour trouver l’emplacement idéal, il choisit de situer l’observatoire, nommé l’Observatoire fédéral d’astrophysique, à Saanich, en Colombie-Britannique, au sommet d’une colline qui s’élève à 227 mètres au-dessus du niveau de la mer.

La construction de l’observatoire, de 1914 à 1918, tient d’une véritable prouesse d’ingénierie. En effet, la structure circulaire qui mesure environ 20 mètres de diamètre et 22 mètres de hauteur est coiffée d’une coupole de plusieurs tonnes importée des États-Unis. De plus, le bâtiment témoigne d’un certain souci d’esthétique puisqu’il est orné de décorations architecturales d’inspiration classique. Aménagé selon la conception la plus avancée à l’époque, cet observatoire est doté d’un toit qui peut s’entrouvrir pour permettre d’observer le ciel. 

Timbre commémoratif illustrant la nébuleuse de la Tête de cheval et l’Observatoire fédéral d’astrophysique
© Société canadienne des postes / 2009

John Plaskett, directeur de l’observatoire, conçoit les principaux instruments de l’établissement et participe à l’amélioration du nouveau télescope de 1,83 mètre le plus perfectionné du monde à l’époque. C’est dans cet observatoire que cet important astrophysicien, qui prend sa retraite en 1935 et meurt en octobre 1941, découvre la plus massive étoile binaire jusqu’alors.

Réputé mondialement pour ses découvertes sur la nature de la Voie lactée et celles faites en collaboration avec d’autres observatoires, l’Observatoire a accueilli beaucoup d’astronomes canadiens et étrangers célèbres. Il a compté parmi les principaux centres de recherche du monde dans ce domaine jusqu’en 1960. Encore de nos jours, son télescope est utilisé tous les soirs à des fins de recherches.

En raison de ses nombreuses découvertes en astrophysique et de son importance en tant que directeur de l’Observatoire fédéral, John Stanley Plaskett a été désigné personne d’importance historique nationale en 1949. L’Observatoire fédéral dastrophysique a été désigné lieu d’importance historique nationale en 2008, à cause de sa contribution à l’astrophysique.

Pour en savoir plus sur l’histoire de l’astronomie au Canada, consultez Un Écossais savant! dans les archives de Cette semaine en histoire.

Date de modification :