Cette semaine en histoire

Archives

Joseph Howe : le tribun de la Nouvelle-Écosse

Cette histoire est parue à l’origine en 2001

Le 10 mai 1873, Joseph Howe prête serment comme lieutenant-gouverneur de la Nouvelle-Écosse. Cette nomination est le couronnement d'une longue carrière mouvementée qui aura fortement marqué la Nouvelle-Écosse et le Canada.

Joseph Howe faisant campagne

Joseph Howe faisant campagne
 © Bibliothèque et Archives Canada / C.W. Jefferys

Howe commence sa carrière dans le journalisme à 13 ans au Halifax Journal que son père a fondé en 1781. À 23 ans, Howe prend le contrôle du Weekly Chronicle et du Nova Scotian dont il se sert pour faire de l'agitation au nom des Néo-Écossais. Il devient un « tribun » — un représentant du peuple — défendant parfois le pour et le contre d'une même question politique. Réputé pour ses analyses pénétrantes des débats de l'assemblée législative de la Nouvelle-Écosse, il critique les gouvernements coloniaux. Howe ne croit pas que les partis politiques travaillent dans l'intérêt du peuple. Comme bien d'autres en Amérique du Nord britannique, il souhaite un gouvernement responsable : le conseil exécutif du gouverneur doit conserver l'appui de la majorité à l'assemblée législative élue.

Howe est arrêté pour libelle en 1835, après avoir publié une lettre accusant le gouvernement local de corruption. Lors de son procès, il assure sa propre défense et est acquitté après un puissant discours de six heures sur la liberté de la presse. À sa sortie du tribunal, la foule le porte sur ses épaules. Le peuple a entendu son message et sa popularité est assurée. En 1836, il est élu à l'assemblée législative et il devient le chef du Parti de la réforme (libéral). En 1847, les réformistes sont portés au pouvoir et, en janvier 1848, un gouvernement responsable est formé, le premier à voir le jour dans les colonies de l'Amérique du Nord britannique.

Agissant comme représentant du peuple, Howe devient l'un des principaux opposants à la Confédération au milieu des années 1860. Les Néo-Écossais doutent des avantages de la Confédération et Howe est outré lorsque ses adversaires prennent des décisions majeures sans avoir consulté le peuple. Il préconise un empire britannique renouvelé, caractérisé par des liens étroits entre la Grande-Bretagne et ses colonies, plutôt qu'une union entre les colonies britanniques de l'Amérique du Nord. Malgré les résistances, le Canada devient une fédération le 1er juillet 1867.

Affiche anti-Confédération, Nouvelle-Écosse

Affiche anti-Confédération,
Nouvelle-Écosse

© Nova Scotia Archives
and Records Management / N-4149

N'ayant pu ni empêcher ni abroger la Confédération, Howe négocie de « meilleures conditions » puis se fait élire au nouveau parlement fédéral. En tant que député, puis que membre du cabinet fédéral en 1869, Howe représente les Néo-Écossais sur la scène nationale. Plus tard, il rentre chez lui occuper le poste de lieutenant-gouverneur de la Nouvelle-Écosse, mais il décède trois semaines après sa nomination, le 1er juin 1873.

Une plaque à Halifax (Nouvelle-Écosse) commémore Joseph Howe, personne d'importance historique nationale.

Date de modification :