Cette semaine en histoire

Archives

Par l'audace de mes canons!

Cette histoire est parue à l’origine en 2002

Le 5 septembre 1697, Pierre Le Moyne, sieur d’Iberville et d’Ardillières, attaque trois navires de la Compagnie de la Baie d’Hudson dans la baie du même nom. Deux des bâtiments sombrent et le troisième est gravement endommagé.

Pierre Le Moyne d'Iberville
© Bibliothèque et Archives Canada / C-026026
D’Iberville est baptisé à Ville-Marie (aujourd’hui Montréal, Québec) le 20 juillet 1661. Son père, Charles Le Moyne, est directeur à la Compagnie du Nord, société de commerce des fourrures qui fait concurrence à la Compagnie de la Baie d’Hudson, son pendant britannique. C’est d’ailleurs à cause de cette rivalité et à l’instar de bien des jeunes hommes de son âge que Pierre Le Moyne s’enrôle sous le drapeau français à 25 ans. Il fait sa première campagne militaire avec le capitaine Pierre de Troyes. L’expédition consiste à faire voile jusqu’à la baie James pour aller y prendre des forts de la Compagnie de la Baie d’Hudson. La mission est couronnée de succès et d’Iberville se distingue par sa bravoure, montant pratiquement seul à l’assaut du fort Moose (aujourd’hui Moose Factory, en Ontario) dont il s’empare au nom du roi de France. D’Iberville le renomme aussitôt fort Saint-Louis.

De 1686 à 1689, Britanniques et Français s’affrontent pour défendre ou attaquer des forts de traite érigés sur les rives de la baie d’Hudson et de la baie James. D’Iberville mène plusieurs expéditions, tantôt pour défendre les côtes et tantôt pour en prendre le contrôle.

La situation change en 1689, lorsque la guerre éclate de nouveau entre l’Angleterre et la France. Le conflit, qui serait plus tard désigné guerre du roi Guillaume, gagne rapidement les colonies, et maîtrise des forts en devient un enjeu central.

Lieu historique national du Canada York Factory
© Parcs Canada / F. Mercier / H.07.73.09.01(03)

Le fort York (aujourd’hui York Factory, au Manitoba), occupé à l’époque par la Compagnie de la Baie d’Hudson, est l’un des forts clés du réseau commercial des fourrures dans la région. Entre 1694 et 1696, il change plusieurs fois de mains. En 1697, d’Iberville est chargé d’aller le reprendre, mais il perd les autres navires de son escadre dans la brume. Lorsque le brouillard se lève, d’Iberville constate qu’il est encerclé par trois navires britanniques fortement armés, dépêchés sur les lieux pour protéger le fort York. À la surprise générale, d’Iberville déjoue l’attaque ennemie. Cet exploit singulier permet à l’armée française de s’affirmer à un endroit stratégique, et les Britanniques de fort York sont contraints de capituler quelques jours plus tard. Rebaptisé fort Bourbon, l’endroit demeure une possession française jusqu’en 1713.

Pierre Le Moyne d’Iberville, l’impitoyable, mais le plus courageux des soldats de la Nouvelle-France, a été désigné personne d’importance nationale en 1937. Pour plus d'histoires au sujet de la Nouvelle-France, lisez Champlain cartographie les côtes, Filles du Roi et Le premier intendent de la Nouvelle-France dans les archives de Cette semaine en histoire. Pour en savoir plus sur Pierre Le Moyne d'Iberville et les explorateurs de la Nouvelle-France, visitez le Musée virtuel de la Nouvelle-France dans le site Web du Musée canadien des civilisations.

Date de modification :