Cette semaine en histoire

Archives

Harriet Brooks, une femme de science

Semaine du lundi le 16 avril 2012

Le 17 avril 1933, Harriet Brooks rend l’âme. Comparée à Marie Curie par Ernest Rutherford, Harriet Brooks est une grande scientifique dont l'œuvre a engendré des avancées importantes en physique nucléaire.

Harriet Brooks naît le 2 juillet 1876 en Ontario. Elle reçoit son diplôme d'études du Seaforth Collegiate Institute et s’inscrit au programme scientifique de l’Université McGill. Il s’agit d’un geste courageux, car l'Université a décerné pour la première fois un diplôme à une femme seulement six ans plus tôt. Harriet Brooks obtient d’excellents résultats et à la fin de ses études, elle est en mesure de se joindre au groupe de recherche dirigé par Ernest Rutherford, qui recevra un prix Nobel quelques années plus tard. Première femme à obtenir une maîtrise en physique à l’Université McGill, Harriet Brooks commence à étudier la radioactivité. Elle est encouragée par Rutherford, qui sera son mentor durant toute sa vie.

Harriet Brooks
© McCord Museum/ Wm. Notman & Son / II-123880, 1898

Harriet Brooks identifie les rayons (nommés plus tard particules alpha) émanant d’une substance radioactive, le thorium, ce qui lui permet éventuellement d’affirmer qu’une transformation d’un élément en un autre a bien lieu. Ses grandes découvertes concernant la radioactivité ont mené à la théorie de la « transmutation des éléments », laquelle contredit les théories newtoniennes classiques et jette les nouveaux fondements pour l’étude de la physique nucléaire. En 1901, elle décide de poursuivre ses études en Pennsylvanie au Bryn Mawr, un collège pour femmes. Elle travaille avec J. J. Thompson à Cambridge et avec Rutherford à McGill.

En 1904, elle quitte McGill afin d’aller enseigner à New York dans un collège pour femmes. Durant l’été 1906, elle reçoit une demande en mariage et elle doit donc choisir entre fonder une famille ou poursuivre sa brillante carrière, car à cette époque il est mal vu pour les femmes de concilier les deux. Elle choisit de ne pas se marier, mais plutôt de poursuivre ses travaux sur la radioactivité aux côtés de Marie Curie.

Ernest Rutherford
© Library of Congress, Prints and Photographs Division Washington / George Grantham Bain / LC-B2- 6101-9

Elle se marie cependant en 1907 et doit alors mettre un terme à sa carrière. Dorénavant, elle se consacre à sa famille et participe à des œuvres philanthropiques. Harriet Brooks meurt à l’âge de 56 ans, probablement des suites d’une leucémie, une maladie courante chez les scientifiques de cette époque qui travaillaient avec la radiation sans protection.

La vie d’Harriet Brooks illustre bien les difficultés qu’avaient, à cette époque, les femmes dans les milieux de travail non conventionnels. Pourtant, malgré ces difficultés et sa courte carrière, elle a fait des découvertes majeures qui ont contribué à l’avancement de la physique nucléaire.

Harriet Brooks a été désignée personne d’importance historique en 2005, car elle est une pionnière dans l’étude de la radioactivité et l’une des premières femmes qui a su se tailler une place dans le monde de la recherche scientifique. Ernest Rutherford a également été désigné personne d’importance historique en raison de sa contribution à la science.

Pour en savoir plus sur Ernest Rutherford, consultez « Toute science est soit de la physique, soit de la philatélie » dans les archives de Cette semaine en histoire.

Date de modification :