Cette semaine en histoire

Archives

Le quartier Chinois de Vancouver : un quartier animé!

Semaine du lundi le 30 avril 2012

Le 2 mai 1986, l’exposition internationale ouvre ses portes à Vancouver, en Colombie-Britannique. Les pays participants y présentent leurs pavillons respectifs. Celui de la Chine se démarque par une imposante porte d’entrée, la « China Gate », qui sera éventuellement cédée au quartier chinois de Vancouver. Cette porte a dû être démolie et reconstruite, car elle n'avait pas été conçue pour être une structure permanente. Cette nouvelle porte orne aujourd’hui la Chinese Cultural Centre Plaza située sur la rue Pender, l’artère principale du quartier chinois.

La Millennium Gate, à ne pas confondre avec la China Gate, enjambe la rue Pender et marque le début du quartier chinois de Vancouver.
© Ville de Vancouver, 2007

L’origine du quartier chinois remonte aux années 1880, lorsque des pionniers chinois s’installent dans les environs de la rue Pender Est, à l’ouest de la rue Main. Bien que la Ville de Vancouver ait offert à la communauté chinoise un lopin de terre à défricher et à cultiver, l’arrivée de nombreux ouvriers chinois après l'achèvement du chemin de fer Canadien Pacifique attise les sentiments antiasiatiques à Vancouver. Ceux-ci donnent lieu, en 1887, à des actes de violence et de vandalisme contre la population chinoise. Malgré ces tensions, la communauté chinoise croît et le quartier prospère.

À l'origine, les Sino-canadiens construisent des rangées d'immeubles étroits en bois afin de loger la majorité de la population : les travailleurs masculins. À la fin de l’année 1910, le quartier chinois s’étend sur environ quatre pâtés de maisons. Il est alors surtout composé de bâtiments de deux à quatre étages qui comprennent habituellement un commerce au rez-de-chaussée ou qui accueillent les associations culturelles auxquelles adhèrent plusieurs Chinois. La plupart des bâtiments qui existent aujourd’hui dans le quartier chinois de Vancouver ont été construits durant les années 1910 et 1920.

Le jardin classique du Dr Sun Yat-Sen
© Parcs Canada / Kate MacFarlane / 2010

Dans les années 1970, le quartier chinois est déclaré secteur protégé en raison de son architecture bien préservée qui marie les styles traditionnels chinois et occidental. Cette architecture se distingue par ses balcons en retrait et ses bâtiments dotés de deux façades principales. Les cours intérieures dissimulées, les passages étroits et les ruelles caractérisent également ce quartier. De nouveaux aménagements sont créés dans les années 1980, dont le jardin du Dr SunYat-Sen, un jardin classique traditionnel qui met en harmonie quatre éléments (pierre, eau, plante et architecture).

Un des plus vieux et des plus grands quartiers chinois du Canada, le quartier chinois de Vancouver a été désigné d’importance historique nationale en 2012 en raison de son importance architecturale et culturelle. Il demeure un lieu animé qui abrite les activités commerciales et quotidiennes de la communauté chinoise. Le quartier témoigne des nombreuses luttes menées par les Chinois du Canada et des contributions qu’ils ont apportées pendant une grande partie de leur histoire dans ce pays.

Pour en savoir plus sur l’histoire des Sino-canadiens, consultez les articles précédents de Cette semaine en histoire : Le quartier chinois de Victoria : un quartier d’hommes, En quête d’un avenir meilleur et Commémoration des travailleurs chinois du rail.

Date de modification :