Cette semaine en histoire

Archives

Le fort Érié : reconstruit trois fois!

Semaine du lundi le 5 novembre 2012

Le 5 novembre 1814, le fort Érié est rasé par les troupes américaines qui l’ont occupé pendant la guerre de 1812.

 

Le fort Érié
© Société canadienne des postes / 1985

La fortification en pierre en forme de pentagone, érigée en bordure du lac Érié, a été détruite à plusieurs reprises. La construction originale (1764-1779) est inondée à la suite d’une violente tempête sur le lac. Le fort est alors reconstruit sur un terrain plus élevé. Malgré cela, le deuxième fort (vers 1783-1803) est aussi détruit par une tempête. La construction d’un troisième fort en bloc de pierre, amorcée en 1803, n’est pas terminée lorsque les Américains déclarent la guerre en juin 1812. Pourtant, même inachevé, le fort joue un rôle important pendant toute la durée du conflit.

En 1813, le fort est en partie démoli, délibérément, par la milice canadienne et des troupes britanniques qui ne veulent rien laisser aux forces américaines qui les assaillent. Les Américains occupent le fort, mais ils l’abandonnent en juin car ils veulent consolider tous leurs efforts de guerre au fort Georges. En décembre, les Américains quittent le fort Georges et le Haut-Canada. Le fort Érié est aussitôt récupéré par les Britanniques, et ceux-ci le reconstruisent partiellement. Cependant, le 4 juillet 1814, plus de 3 000 Américains attaquent de nouveau la région. Le fort Érié est repris, et les 137 britanniques chargés de le protéger capitulent. Durant l’occupation américaine, le fort est agrandi et solidifié, et il devient une base d’approvisionnement importante pour les Américains. 

Ruines du fort Érié peintes en 1838
© Bibliothèque et Archives Canada / Philip John Bainbrigge / 1983-47-83 / 1838

Vers la fin du mois de juillet, après les batailles de Chippawa et de Lundy’s Lane, les forces américaines se replient et se réfugient dans le fort. Les Britanniques entreprennent un siège. Le 15 août, ils lancent une attaque sur plusieurs fronts qui se heurte à une riposte américaine bien organisée. Avec plus de mille morts, blessés ou disparus dans les rangs britanniques, l’offensive est abandonnée au profit d’un autre siège. Celui-ci prend fin le 17 septembre, lorsque des Américains sortent du fort et causent des dommages importants aux batteries et aux troupes britanniques. Lorsque les Américains quittent définitivement le fort Érié, le 5 novembre 1814, à cause de l’approche de l’hiver, ils le rasent et ne laissent que des ruines derrière eux.

Craignant d’autres affrontements, même lorsque la paix est signée le 24 décembre 1814, les Britanniques occupent les vestiges du fort Érié jusqu’en 1823. Les ruines servent à plusieurs fins jusqu’à ce que la Commission des parcs du Niagara les achète et reconstruise le fort Érié au même emplacement, entre 1937 et 1939. Toujours en place aujourd’hui, le quatrième fort Érié est ouvert au public.

Le fort Érié a été désigné lieu d'importance historique nationale en reconnaissance du rôle important qu’il a joué pendant la guerre de 1812. Pour en savoir plus sur ce fort, consultez le Répertoire canadien des lieux patrimoniaux .

L’année 2012 marque le bicentenaire de la guerre de 1812. Pour en savoir plus sur la guerre de 1812, lisez les articles Les Britanniques perdent du terrain, Les Américains capturent le fort George , Victoire au fort Détroit!, Mort d’un guerrier, La bataille de Lacolle, Laura Secord et La naissance de sir Isaac Brock dans les archives de Cette semaine en histoire.

Date de modification :