Cette semaine en histoire

Archives

Une terre à eux

Cette histoire est parue à l’origine en 2005

Le 28 février 1788, le gouverneur John Parr approuve la concession de terres à 184 Loyalistes noirs (fidèles à la couronne britannique) à Birchtown, comté de Shelburne (Nouvelle-Écosse). Pour les quelque 3 000 Loyalistes noirs évacués des États-Unis, c'est un premier pas vers l'adoption d'une nouvelle patrie, la Nouvelle-Écosse.

Bûcheron noir de Shelburne (Nouvelle-Écosse), 1788
© Bibliothèque et archives Canada / C-040162
Pendant la révolution américaine, le gouvernement britannique offre aux esclaves américains leur liberté, des terres et des provisions en échange de leur loyauté. Les Britanniques espèrent ainsi réduire la main-d'œuvre servile et affaiblir les forces rebelles. Les esclaves appartenant à des Loyalistes blancs ne peuvent cependant pas profiter de cette offre puisque l'esclavage demeure légal dans l'Empire britannique jusqu'en 1834.

À leur arrivée, les Loyalistes noirs sont transportés vers diverses destinations en Nouvelle-Écosse, notamment dans les comtés de Digby, Guysborough et Shelburne. Malheureusement, la province n'est pas prête à recevoir un tel afflux de personnes. Du jour au lendemain ou presque, sa population a plus que doublé, or, ses ressources étaient déjà limitées! De plus, on manque d'arpenteurs qualifiés et les Loyalistes noirs doivent attendre que leurs homologues blancs reçoivent leurs terres. En novembre 1786, chaque Loyaliste blanc reçoit, en moyenne, 74 acres de terre. Deux ans plus tard, on commence à céder aux Loyalistes noirs des terres d'une superficie variant de 1 à 50 acres.

Exposition sur les Loyalistes noirs de Birchtown
© Parcs Canada / Henry Bishop, concepteur

Les terres cédées aux Loyalistes noirs sont souvent couvertes de roches et ne permettent pas de faire vivre une famille. Situées loin des agglomérations, elles sont plus difficiles à défricher et à cultiver que celles cédées aux colons blancs. Les colons noirs qui n'ont pas reçu de terres sont en général engagés ou apprentis. D'autres louent leurs services comme métayers et cultivent les terres de d'autres personnes.

Les promesses brisées et la discrimination amènent beaucoup de Loyalistes noirs à penser qu'ils auraient intérêt à quitter la province. Le 15 janvier 1792, 1 196 Noirs émigrent dans la colonie britannique du Sierra Leone, en Afrique occidentale, où ils espèrent trouver liberté et égalité. Ceux qui restent doivent continuer de lutter pour poser les bases des collectivités canado-africaines de la Nouvelle-Écosse. En 1993, le rôle des Loyalistes noirs au Canada a été désigné événement d'importance historique nationale. Une plaque a été érigée en leur honneur à Birchtown trois ans plus tard. 

Février est le mois de l’histoire des Noirs. Pour en savoir plus sur l’histoire de la communauté noire au Canada, veuillez lire Africville : la vie après la mort, En avance sur son temps : Marie Marguerite Rose, Harry Jerome reçoit l’Ordre du Canada, Portia May White : la légendaire contralto, La lutte contre l’esclavage du révérend Richard Preston et Thornton et Lucie Blackburn mettent à l’épreuve la Loi sur les criminels fugitifs dans les archives de Cette semaine en histoire.

Date de modification :