Cette semaine en histoire

Archives

Marc-Aurèle Fortin saisit la beauté de la nature

Semaine du lundi le 12 mars 2012

Le 14 mars 1888, Marc-Aurèle Fortin, peintre prolifique, voit le jour à Sainte-Rose, petit village situé au nord de Montréal, au Québec. Connu pour ses paysages caractéristiques, Fortin a su communiquer par la peinture son amour de la nature et son attachement pour le patrimoine du Québec.

Marc-Aurèle Fortin
© Gracieuseté de la fondation Marc-Aurèle Fortin

Marc-Aurèle Fortin apprend les rudiments de la peinture à Montréal, aux côtés d’Edmond Dyonnet au Monument-National de 1903 à 1904, puis auprès de Ludger Larose à l’École du Plateau de 1906 à 1908. Il participe également à plusieurs ateliers à l’Art Institute of Chicago et habite Boston et New York pendant cinq ans. Vers le milieu des années vingt, Fortin s’investit plus sérieusement dans la peinture; c’est à cette époque qu’il commence à peindre des paysages peuplés d’arbres majestueux sur fond de ciels nuageux qui feront plus tard sa renommée. C'est aussi à cette époque qu’il commence à exposer davantage.

Artiste réputé pour sa polyvalence, Fortin s’intéresse à plusieurs techniques et styles pendant sa carrière. De retour d’un séjour en France en 1935, il expérimente « la manière noire », technique qui consiste à d'abord couvrir la toile de peinture noire, ainsi que la « manière grise », technique qui lui permet d’attirer l’attention sur les ciels. Dans les années 1950, le style de Fortin est encore une fois transformé lorsqu'il découvre la caséine, substance dérivée du lait qu'il utilise pour créer de nouveaux effets visuels.

Peinture de Marc-Aurèle Fortin
© Société canadienne des postes, 1981. Reproduit avec permission

Au cours de sa carrière, Fortin peint entre 7 000 et 8 000 œuvres. Les thèmes de ses peintures montrent à quel point il est influencé par l'environnement qui l'entoure. Durant les années 1930 et 1940, Fortin parcourt différentes régions du Québec, et bon nombre d’œuvres de cette époque représentent de petits villages tranquilles de la province. Il s’intéresse également au port de Montréal et à sa classe ouvrière. La nature, habituellement représentée par des paysages ruraux et de petites maisons, reste toutefois le thème dominant de son œuvre, et les figures humaines, rarement présentes, s’y font généralement très discrètes.

Fortin est membre de l’Académie royale des arts du Canada de 1942 à 1955. Il participe à de nombreuses expositions nationales et internationales, notamment au Musée national des beaux-arts du Québec en 1944, au Musée national des beaux-arts de Montréal en 1954, et au Musée national des beaux-arts du Canada en 1963. Ses oeuvrent continuent d'orner les murs de nombreuses galeries au Canada. Fortin cesse de peindre au milieu des années 1950 pour des raisons de santé. Il décède le 2 mars 1970 dans un sanatorium en Abitibi. En 2011, Marc-Aurèle Fortin a été désigné personne d’importance historique nationale pour sa contribution à l’art canadien.

Pour en savoir plus sur Marc-Aurèle Fortin, visitez le site Web de la Fondation Marc-Aurèle Fortin.

Pour en savoir plus au sujet des artistes canadiens, consultez les articles Un artiste canadien inspirant, Alfred Joseph Casson : le benjamin du Groupe des sept, Anniversaire de naissance de l’artiste Robert Harris et Lawren S. Harris et ses paysages originaux dans les archives de Cette semaine en histoire.

Date de modification :