Cette semaine en histoire

Archives

Les épouses de guerre

Cette histoire est parue à l’origine en 2001

Le 10 février 1946, le S.S. Mauretania accoste au quai 21, à Halifax, Nouvelle-Écosse, avec à son bord 943 épouses de guerre britanniques accompagnées de leurs enfants. Leur arrivée au Canada marque les débuts d'une nouvelle politique élaborée dans un contexte de crise militaire. Pour la première fois, le gouvernement du Canada voit au bien-être des épouses étrangères des soldats canadiens.

Le Mauretania avec épouses de guerre et enfants

Le Mauretania avec épouses de guerre et enfants
© Bibliothèque et Archives Canada /
Arthur L. Cole /PA-175804 / 1946

De nombreux régiments canadiens sont basés à l'étranger durant la Seconde Guerre mondiale. Vivre au milieu d'une guerre génère de l'anxiété et de l'incertitude. Rien ne garantit aux soldats canadiens qu'ils pourront rentrer chez eux un jour. La création de nouveaux liens donne aux soldats un sentiment de sécurité et lorsqu'ils font la connaissance de femmes occupant des emplois de guerre, des idylles naissent.

En 1940, 1222 soldats canadiens se marient en Grande-Bretagne et les mariages se font de plus en plus nombreux chaque année. Officiellement, les Forces armées n'encouragent pas les mariages à l'étranger; cependant, les nombreuses idylles obligent les militaires à élaborer de nouvelles politiques. Des règlements sont établis dans le but de voir à ce que les épouses des soldats puissent suivre ces derniers au pays et les hommes sont prévenus qu'un mariage de guerre est une affaire sérieuse et non un simple expédient. En 1942, le gouvernement du Canada crée le Bureau des épouses canadiennes à son quartier général de Londres. Ce Bureau a pour fonction d'inscrire les épouses de guerre et de leur attribuer un transport prioritaire vers le Canada. Dans les faits, les Services d'immigration doivent donner leur approbation avant que le mariage n'ait lieu. Après la noce, le gouvernement du Canada s'occupe du transport et du bien-être des nouvelles épouses. Des clubs spéciaux d'épouses de guerre présentent à l'intention des femmes de soldats des conférences sur la vie au Canada.

Future épouse de guerre et son prétendant canadien à une danse

Future épouse de guerre et son
prétendant canadien à une danse

© Bibliothèque et Archives Canada /
Ken Bell / PA-175789 / 1946

Entre 1942 et 1948, environ 48 000 épouses de guerre et 22 000 enfants quittent des pays comme la Grande-Bretagne, la Hollande, la Belgique et la France pour venir s'installer au Canada. Près de 16 000 d'entre eux arrivent avant 1946, mais la plupart font le voyage une fois la guerre terminée. Dans bien des cas, les soldats attendent leur famille au Canada.

Beaucoup d'épouses de guerre auront du mal à s'adapter à la vie au Canada. Elles ne sont pas habituées au dur climat et à la vie dans des régions isolées. Elles sont également mal accueillies par certaines jeunes Canadiennes qui voient en elles des rivales. Quelques-unes décideront de rentrer dans leur pays d'origine, mais la plupart resteront au Canada où elles élèveront leur famille et joueront un rôle dans la société de l'après-guerre.

En 1996, le phénomène des épouses de guerre a été désigné événement d'importance historique nationale et le gouvernement fédéral a posé une plaque au lieu historique national du Quai 21, un important port d'immigration au XXe siècle.

Pour en savoir plus sur l'histoire des femmes, consultez le texte de plaque de l'Événement historique national des Épouses de guerre et le site de Condition féminine Canada Les femmes dans les forces militaires canadiennes : un passé glorieux

Date de modification :