Cette semaine en histoire

Archives

James Garfield Gardiner, agriculteur
et homme politique des Prairies

Semaine du lundi le 9 janvier 2012

Le 12 janvier 1962, James Garfield Gardiner succombe au cancer. Agriculteur, professeur et homme politique, il défend les intérêts politiques des Prairies pendant 44 ans.

James Garfield Gardiner
© The City of Regina Archives / CORA-RPL-A-297 / vers 1935

Né le 30 novembre 1883 en Ontario dans une famille agraire, James Garfield Gardiner vit une jeunesse difficile, car les finances de sa famille sont précaires et les déménagements sont fréquents. Finalement, après avoir habité en Ontario et aux États-Unis, Gardiner s’établit dans les Prairies où il travaille sur une ferme. Malgré qu’il fréquente l’école de façon intermittente, il obtient un brevet d’enseignant et exerce brièvement cette profession en Saskatchewan.

En 1911-1912, Gardiner oeuvre dans les campagnes électorales fédérales et provinciales du parti libéral et, en 1914, il est élu pour la première fois. Pendant huit ans, il siège et exploite la ferme qu’il a achetée en 1916. Il obtient en 1922 un ministère qu’il ne conserve pas longtemps, puisqu’il devient le quatrième premier ministre de la Saskatchewan quatre ans plus tard.

Durant son premier mandat, d’une durée de trois ans, Gardiner, qui utilise parfois des politiques partisanes, met en place une « machine » libérale solide et organisée. Cependant, son mandat se termine en 1929 avec l'élection d'un gouvernement de coalition mené par le parti conservateur. À partir de cette période, il devient conseiller et lieutenant de l’Ouest du pays pour le premier ministre du Canada, William Lyon Mackenzie King. La crise de 1929 profite politiquement à Gardiner, chef de l’opposition, car il redevient premier ministre de la Saskatchewan en 1934. Pourtant, sa véritable aspiration est de siéger au gouvernement fédéral, et il la réalise un an plus tard.

Louis Saint-Laurent (gauche) avec William Lyon Mackenzie King (centre) et James Garfield Gardiner (droite)
© Office national du film du Canada. Photothèque / Bibliothèque et Archives Canada / C-023278 / 1948

Dès qu’il entre au gouvernement fédéral, il devient ministre de l’agriculture, fonction qu’il occupe jusqu’à la fin de sa carrière politique. Ce ministère lui sied parfaitement puisqu’il a une grande expérience agricole. Suite à la Grande Dépression et à trois années de sécheresse, il parcourt les prairies afin d’analyser la situation des agriculteurs et instaure des mesures législatives pour leur venir en aide, car ceux-ci sont aux prises avec de grandes difficultés économiques. Aussi, il promeut les produits agricoles canadiens en Europe.

En 1948, il se présente à la course à la chefferie du parti libéral fédéral, mais ses efforts sont vains, car c’est Louis Saint-Laurent qui succède à William Lyon Mackenzie King. Finalement, la carrière politique de Gardiner se termine en 1958, lorsqu’il est battu aux élections pour la première et dernière fois. À la suite de cette défaite, il se retire sur sa ferme, où il décède cinq ans plus tard.

Ministre de l’agriculture pendant plus de 22 ans, James Garfield Gardiner a été désigné personne d’importance historique en 1975 parce qu’il incarne la voix politique des agriculteurs des Prairies.

Pour en savoir plus sur des politiciens canadiens, lisez les articles « Charles Fox Bennett : un personnage controversé », « Charles Avery Dunning, un élu au service des agriculteurs », « Le père de l'assurance-maladie au Canada », « Ernest Lapointe, défenseur des Canadiens-Français » et « La première députée du Canada » dans les archives de Cette semaine en histoire.
Date de modification :