Cette semaine en histoire

Archives

Droit au cœur

Semaine du lundi le 8 octobre 2012

Aux petites heures du matin, le 13 octobre 1812, les Américains lancent une invasion non loin de Niagara, en Ontario. C’est le coup d’envoi de la bataille des hauteurs de Queenston. Ayant réussi à prendre Détroit, le major-général Isaac Brock regagne son quartier général au fort George pour se prépare à une éventuelle invasion américaine à la frontière de Niagara. Sa petite armée formée de soldats britanniques de la force régulière, de miliciens canadiens et d’alliés autochtones prend position sur la rive de 50 kilomètres de longueur de la rivière Niagara.

Death of Isaac Brock (Le décès d'Isaac Brock) de Charles William Jefferys
© Bibliothèque et Archives Canada
Lorsque les Américains attaquent à Queenston, Brock croit d’abord à une diversion. Il craint que le gros de la force américaine lance un assaut ailleurs. Toutefois, les sons qui proviennent du champs de bataille le convainquent que Queenston est bien la cible principale des Américains. Il ordonne à la garnison du fort George de marcher sur Queenston, puis il part lui-même à cheval pour prendre le commandement de la défense. Peu après son arrivée, les Américains s’emparent d’une batterie stratégique sur l’escarpement. Sans perdre une minute, Brock ordonne à ses hommes d’attaquer pour reprendre cette position. Malheureusement, Brock est un homme de forte stature et son uniforme de général le met bien en évidence. Un soldat américain le prend donc comme cible et lui tire une balle en plein cœur. Brock meurt presque sur le coup.

Les troupes sont dévastées par la mort de leur général. Cependant, le major-général Roger Hale Sheaffe arrive rapidement sur le terrain avec les renforts du fort George constitués de 300 soldats et de 250 miliciens, dont la Compagnie des hommes de couleur du capitaine Robert Runchey, un groupe de 30 hommes d’origine africaine provenant de Niagara et de York.

Au moment de l’arrivée de Sheaffe, le chef mohawk John Norton et ses Six-Nations, ainsi que d’autres forces autochtones, escaladent l’escarpement et arrêtent la progression de l’armée ennemie. Sheaffe et son régiment attaquent le revers des Américains. Avec l’aide des forces autochtones, ils les prennent au piège contre une falaise. Pris au dépourvu, les Américains se rendent en agitant un mouchoir blanc, et 925 hommes sont faits prisonniers.

Sir Isaac Brock on Horse at Fort George (Sir Isaac Brock à cheval au fort George)
© Avec l'autorisation du Niagara Falls History Museum / M.E. Strokes / 981.D.125, 1908
La bataille des hauteurs de Queenston constitue une importante victoire de la guerre de 1812 pour les Britanniques et les Canadiens, mais la perte de sir Isaac Brock est durement ressentie par les troupes. Celui-ci avait su motiver ses hommes pendant les premiers mois difficiles de la guerre et, même mort, il continue d’inspirer le Haut-Canada à défendre son territoire contre les Américains.

Sir Isaac Brock est reconnu comme un personnage héroïque et un symbole de bravoure, de patriotisme et d’esprit national canadien. Il a été désigné personne d’importance historique nationale en 2009. Le monument Brock aux Hauteurs de Queenston a été érigé en son honneur, et l’endroit a également été désigné lieu d’importance historique nationale. La Batterie de Vrooman, où une partie de la bataille s’est déroulée, a également été nommée lieu d’importance historique nationale. John Norton a aussi été désigné personne d’importance historique nationale pour sa participation décisive à la guerre de 1812.

Pour en savoir plus sur la vie de sir Isaac Brock, lisez notre histoire de la semaine dernière : La naissance de sir Isaac Brock. Pour plus d'informations sur la guerre de 1812, voyez les articles St. Joseph... la Sibérie du Haut-Canada, Mort d'un guerrier, Laura Secord, Les Britanniques perdent du terrainVictoire au fort Détroit! et Les Américains capturent le fort George dans les archives de Cette semaine en histoire.

Date de modification :