Cette semaine en histoire

Archives

La création du parc national Quttinirpaaq, au sommet du monde

Semaine du lundi le 12 septembre 2011

Le 16 septembre 1988, le gouvernement fédéral crée la réserve de parc national de l’Île-d’Ellesmere en vertu d’une entente conclue deux ans plus tôt entre Parcs Canada et le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest. Cette réserve – aujourd’hui un parc – englobe la portion nord de l’île d’Ellesmere laquelle, à l’époque, faisait partie des Territoires du Nord-Ouest. Le Nunavut a été créé en 1999 et, en 2001, la réserve a été renommée « parc national Quttinirpaaq » pour faire écho au nom que les Inuits donnaient à l’endroit et qui, en français, signifie à peu près « sommet du monde ». Le parc est géré conjointement par les résidents du Nunavut et Parcs Canada.

Petite saucette au pôle (lac Haven)
© Parcs Canada / W. Lynch / 1996
Quttinirpaaq a toujours occupé une place importante dans le Nord canadien, en dépit de son emplacement isolé. Des artefacts indiquent que le peuple de la tradition Indépendance a visité la région il y a plus de 4 000 ans. Au 19e siècle, l’endroit a été le point de départ de nombreuses expéditions vers le pôle. Les structures construites à l’époque existent encore aujourd’hui.

Le parc national Quttinirpaaq détient de nombreux records au Canada. On y trouve le lac Hazen, plus grand lac au monde situé au nord du 80e parallèle, ainsi que le plus haut point dans l’Est de l’Amérique du Nord, au sommet du mont Barbeau. En ordre de superficie des parcs nationaux du Canada, Quttinirpaaq se classe au deuxième rang, après Wood Buffalo. 

Caribou de Peary
© Parcs Canada / 1983

Quttinirpaaq se distingue aussi par son climat tout à fait unique, dû aux conditions extrêmes qui y prévalent. L’endroit est plongé dans l’obscurité durant les longs mois de l’hiver, mais le soleil ne se couche jamais pendant les quatre mois que dure l’été! La plus grande partie de la région est un « désert polaire » : les précipitations n’y sont guère plus abondantes que dans le Sahara. Le sol est gelé en permanence et en partie recouvert d’immenses glaciers.

Malgré ces conditions rigoureuses, la région abrite une faune abondante, dont des lièvres arctiques, des ours polaires, des caribous de Peary, des bœufs musqués et de nombreuses espèces d’oiseaux. Ces animaux ont appris à migrer ou sont adaptés à leur milieu, mais ils comptent aussi sur les grandes « oasis arctiques » proches du lac Hazen, où les températures plus chaudes et l’environnement plus clément sont propices à la croissance de plusieurs espèces de plantes comestibles.

La réserve de parc national de l’Île-d’Ellesmere, créée en 1988, est devenue officiellement le parc national Quttinirpaaq en 2001. Les trois refuges de Fort Conger ont été désignés édifices fédéraux du patrimoine classés en 1991. Ces bâtiments ont servi de camp de base à l’équipe de George Nares et à d’autres explorateurs, tels que Robert Peary et Adolphus Greely, durant la première année polaire internationale (en 1882-1883), un événement historique national.

Parcs Canada fête son centenaire cette année. Célébrez cet événement avec nous en découvrant nos parcs nationaux. Pour en savoir plus sur le parc national Quttinirpaaq, consultez la section qui lui est consacrée dans le site Web de Parcs Canada. Pour lire d’autres articles de Cette semaine en histoire sur le Nunavut, voyez Les guides du Nord et Le Nunavut est né dans nos archives.

Date de modification :