Cette semaine en histoire

Archives

Chef et général : Gabriel Dumont

Semaine du lundi 14 mai 2012

Le 19 mai 1906, Gabriel Dumont meurt de causes naturelles près de Batoche, en Saskatchewan. Chasseur de bisons, activiste communautaire et chef militaire, Dumont a exercé une profonde influence sur l'histoire des Métis des Prairies.

Gabriel Dumont et son cheval
© Archives Glenbow, NA-1063-1
Dumont naît en 1837 dans la communauté de la rivière Rouge (aujourd’hui au Manitoba). Il se joint aux chasseurs de bisons de la rivière Rouge dès 1851. En 1858, il se fait connaître lorsqu'il épouse Madeleine Wilkie, la fille du chef des chasseurs. Cinq ans plus tard, il devient à son tour chef d’un nouveau groupe de chasseurs établi dans la vallée de la rivière Saskatchewan. Il se distingue alors comme un cavalier hors pair et un tireur d’élite, ainsi que pour son esprit de décision.

Le bison faisant l’objet d’une chasse à outrance, Dumont et beaucoup d’autres chefs métis abandonnent leur style de vie nomade. Dumont s’installe près de la rivière Saskatchewan Sud où il établit un service prospère de traversier et ouvre un magasin près de Batoche, en 1873. Il devient rapidement un leader de la communauté et appuie les Métis, les Premières nations et les pionniers de Batoche qui réclament un gouvernement responsable. Déçus par l’inaction des autorités, ils décident de demander de l’aide. 

Gabriel Dumont
© Archives Glenbow, NA-4635-1, Buffalo Bill Historical Center, Cody, Wyoming.

En 1884, Dumont se rend aux États-Unis avec d’autres leaders communautaires pour demander à Louis Riel d’être leur porte-parole dans l’arène politique. Riel, qui s’est exilé en territoire américain après la Rébellion de la rivière Rouge de 1869-1870, consent à regagner le Canada. En 1885, Riel et Dumont conviennent que les pressions politiques exercées auprès du gouvernement ont échoué et qu’ils n’ont d'autre choix que de recourir à la force. Avec l’appui de la plupart des Métis, ils décident d’agir contre le gouvernement : c'est la Rébellion du Nord-Ouest. À titre d’adjudant-général de l’armée métisse, Dumont mène habilement 300 hommes armés à la victoire à Duck Lake et à Fish Creek. Ils sont finalement défaits lors de la bataille de Batoche par une armée de miliciens et de soldats réguliers britanniques supérieure en nombre et dirigée par le major-général sir Frederick Dobson Middleton.

Craignant des représailles sévères, Dumont s’enfuit aux États-Unis. On lui accorde le pardon pour ses actions durant la rébellion, mais il reste néanmoins aux États-Unis, où il voyage et travaille notamment dans le Wild West Show de Buffalo Bill Cody. Dumont retourne au Canada en 1888 et passe les dernières années de sa vie dans les Prairies. Pour le leadership politique et militaire qu’il a exercé au sein de la nation métisse de la Saskatchewan, Gabriel Dumont a été désigné personne d’importance historique national en 1981. Louis Riel a reçu cette désignation en 1956. La bataille de Duck Lake a été désignée lieu historique national en 1924, alors que la bataille de Fish Creek et Batoche ont été désignés lieux historiques nationaux en 1923.

Pour en savoir plus sur les Métis et la Rébellion du Nord-Ouest de 1885, lisez les articles suivants de Cette semaine en histoire : Une seconde « dernière bataille », La bataille de Duck Lake : une lutte pour un territoire et pour un mode de vie, Batoche : terres sacrées des Métis, Chef métis et ami des premiers colons et La Police à cheval du Nord-Ouest se retire du fort Pitt.

Date de modification :