Cette semaine en histoire

Archives

À la recherche de l’Erebus et du Terror :
mystère dans l’Arctique

Semaine du lundi le 22 août 2011

Du 18 au 23 août 2010, le Service d’archéologie subaquatique de Parcs Canada effectue des recherches pour situer les épaves du HMS Erebus et du HMS Terror, deux bâtiments britanniques qui ont sombré dans l’Arctique canadien au 19e siècle. Deux navires de recherche rattachés au brise-glace Sir Wilfrid Laurier, de la Garde côtière canadienne, utilisent des sonars pour ratisser le fond marin. L’Erebus et le Terror, pesant respectivement 370 et 340 tonnes, faisaient partie d’une expédition menée par sir John Franklin, un officier de la Royal Navy. Franklin était à la recherche du passage du Nord-Ouest, un raccourci pour les navires reliant l’Europe et l’Asie.

À la recherche des épaves près de l’île O’Reilly (au milieu à gauche) à 24 000 pieds d'altitude
© Parcs Canada / Jonathan Moore
La flotte d’expédition quitte la Grande-Bretagne en 1845, avec à bord des vivres pour trois ans. Malheureusement, en septembre 1846, les bateaux sont pris dans les glaces, et Franklin meurt l’été suivant. Au printemps 1848, soit trois ans après le début de l’expédition, les bâtiments sont toujours prisonniers des glaces et les équipages, désespérés, abandonnent les navires.

Comme Franklin ne revient pas, des troupes de la Royal Navy et des équipes de recherche privées se lancent à sa recherche en 1848. Deux ans plus tard, elles découvrent l'emplacement de la première halte hivernale de Franklin à l’île Beechey, dans ce qui est aujourd’hui le détroit de Wellington au Nunavut. Les tombes de trois membres d’équipage, morts moins d’un an après le départ de l’expédition, sont également découvertes. En 1854, l’explorateur John Rae apprend des Inuits que tous les hommes de Franklin ont péri après avoir abandonné les navires. Il récupère de petits objets ayant appartenu aux marins disparus et les ramène en Angleterre. Mais où donc sont l’Erebus et le Terror

Croquis du HMS Terror en 1837
© Bibliothèque et Archives Canada / Album de Mary Montagu / C-006125

Quatorze années s’écoulent sans qu’on ne découvre de trace des navires. Puis, en 1859, une expédition menée par Leopold McClintock trouve un document remarquable remontant au voyage de Franklin. Il est découvert par l’un des hommes de McClintock, William Hobson, dans un cairn sur la pointe Victory (sur l’île du Roi-Guillaume). Le document a été rédigé en 1847, puis de nouveaux écrits ont été ajoutés l’année suivante. Il indique que le 22 avril 1848, les marins encore vivants ont quitté les navires sous le commandement de l’officier Francis Crozier dans une tentative désespérée d’atteindre la terre ferme de l’Amérique du Nord, située à plus de mille kilomètres de là. Selon le témoignage d’un Inuit, les hommes se sont effondrés pendant qu’ils marchaient puis sont morts. Des recherches ont été effectuées plus tard par Charles Francis Hall et Frederick Schwatka, qui ont recueilli d’autres indices quant à l’emplacement des épaves en discutant avec les Inuits du secteur. Les explorateurs du 19e siècle et les chercheurs subséquents ont pu reconstituer la mésaventure des hommes de Franklin, mais le mystère entourant l'endroit où ont coulé le HMS Erebus et le HMS Terror demeure entier 160 ans plus tard.

Le gouvernement du Canada commémore les personnes, lieux et événements d’importance historique nationale. Pour leur exploration de l’Arctique canadien et du passage du Nord-Ouest, sir John Franklin, sir James Clark Ross, sir Francis Leopold McClintock et John Rae ont tous été désignés personnes d’importance historique nationale. Le gouvernement du Canada a également accordé la désignation de lieu historique national à l’emplacement des épaves et aux sites de l’île Beechey en 1992 et 1993 respectivement.

Pour plus d’information au sujet de l’exploration de l’Arctique, veuillez consulter les articles suivants dans les archives de Cette semaine en histoire : Perdus dans l'Arctique, La générosité des Autochtones : la clé du succès de Franklin, John Ross explore l'Arctique et John Rae : un explorateur qui n'a pas froid aux yeux. Pour en savoir davantage sur les recherches menées par Parcs Canada pour trouver le HMS Erebus et le HMS Terror, veuillez consulter la page Expéditions dans l'Arctique.

Date de modification :