Cette semaine en histoire

Archives

« La guerre oubliée » : les Canadiens en Corée, 1950-1953

Semaine du lundi le 25 juillet 2011  

Le 27 juillet 1953, les canons se taisent. L’armistice est signée, marquant la fin d’un conflit qui a duré trois ans et qui a coûté la vie à des centaines de soldats canadiens.

Ainsi se termine la guerre. Mais comment a-t-elle débuté? Il faut revenir cinq ans en arrière, à la fin d’un autre conflit, soit la Seconde Guerre mondiale, pour trouver les origines de la guerre de Corée. Occupée par le Japon de 1910 jusqu’à sa défaite en août 1945, la péninsule coréenne est divisée le long du 38e parallèle en deux zones d’occupation: le Sud, dans la sphère d’influence des États-Unis, et le Nord, dans celle de l’Union soviétique. En pleine guerre froide, la superpuissance américaine instaure dans son territoire coréen un gouvernement qui adhère à ses propres vues politiques, et l’Union soviétique fait de même.

 

Artilleurs du 2e Bataillon du Royal Canadian Regiment ouvrant le feu à l’aide d’une mitrailleuse Vickers
© Ministère de la Défense nationale / Bibliothèque et Archives Canada / PA-184254

Le 25 juin 1950, des soldats nord-coréens déferlent dans le Sud afin de réunifier la Corée sous le régime communiste. Craignant qu'une défaite entraîne une vague de prises de contrôle communistes dans d’autres pays, les États-Unis s’engagent à protéger la Corée du Sud. Le Conseil de sécurité ayant adopté une résolution en ce sens, 16 pays membres des Nations unies, dont le Canada, allient leurs forces armées pour entrer en guerre.

 

Plus de 26 000 Canadiens serviront pendant la guerre de Corée. Huit destroyers de la Marine royale du Canada seront envoyés sur le théâtre des opérations, sous le commandement de l’ONU. L’entraînement laisse à désirer et l'équipement est désuet, mais cela n’empêche pas les troupes de se distinguer au combat. Avant l’arrivée des Canadiens, les forces de l’ONU réussissent à repousser les Nord-Coréens hors des frontières du Sud. Toutefois, en octobre 1950, lorsqu’elles parviennent au-delà du 38e parallèle et s’avancent en territoire communiste, la Chine intervient. En juillet 1951, après six mois de tension, d’offensive et de contre-offensive, l’affrontement stagne près de la frontière d’origine, le 38e parallèle.

 

Patrouille du NCSM Haida en eaux coréennes
© Ministère de la Défense nationale / Bibliothèque et Archives Canada / PA-151995
Les deux parties continuent de s’affronter avec moins d’intensité jusqu’à la fin de la guerre. Le ministre des Affaires extérieures du Canada s’efforce de modérer la politique américaine, dans l’espoir d’empêcher la guerre de s’étendre à l’échelle mondiale, et de négocier la paix sous la forme d’une « diplomatie tranquille ». Ce ministre, Lester B. Pearson, sera élu premier ministre en 1963 et sera désigné personne d’importance historique nationale en 1974. La participation des Canadiens à la guerre de Corée sera désignée événement d’importance historique nationale en 2000.

 

Pour en savoir plus sur le rôle du Canada dans cette guerre, visitez la page de l’Encyclopédie canadienne traitant de la Guerre de Corée et lisez le récit intitulé Le Canada et la guerre de Corée dans les archives de Cette semaine en histoire. Vous y trouverez aussi un article relatant un moment de gloire dans la carrière de Lester B. Pearson : Un Canadien obtient le prix Nobel de la paix.

Date de modification :