Cette semaine en histoire

Archives

Célébration de la Journée nationale des Autochtones

Semaine du lundi le 20 juin 2011

Le 21 juin 1996, le Canada célèbre pour la première fois la Journée nationale des Autochtones. Le gouverneur général, Roméo LeBlanc, consacre la première journée de l’été à la célébration de la culture et du patrimoine des peuples autochtones du Canada, et ce, en raison de l’importance symbolique de cette date : le solstice d’été, le jour le plus long et le plus lumineux de l’année, évoque le retour du beau temps, des animaux et de la croissance des plantes, les modes de vie traditionnels et le lien spirituel qui nous unit à la terre.

Ancien député provincial et chef cri, Elijah Harper
© Kibae Park
Les organisations autochtones ont commencé à demander une journée commémorative en 1982. La Fraternité nationale des Indiens (aujourd'hui l’Assemblée des Premières Nations) a alors suggéré que le 21 juin soit désigné journée nationale de solidarité autochtone. Huit ans plus tard, l’Assemblée nationale du Québec a consacré cette journée à la célébration des cultures autochtones. Du côté fédéral, cependant, l’attente a été beaucoup plus longue. Elijah Harper, homme politique cri et ancien chef de la bande de Red Sucker Lake, au Manitoba, a donc convoqué une assemblée spirituelle. L’Assemblée spirituelle de 1995, une conférence nationale qui a réuni des Canadiens autochtones et non autochtones dans un but de guérison et de réconciliation, devait faire en sorte que les cultures autochtones contemporaines (et celles du passé) soient reconnues au sein de la société canadienne. Au même moment, la Commission royale sur les peuples autochtones a également demandé qu’une journée nationale de reconnaissance soit instituée.

Depuis 1996, la Journée nationale des Autochtones est l’occasion de célébrer dans l’ensemble du pays l’apport enrichissant des 600 communautés des Premières nations, Inuits et Métis à la culture canadienne et la façon dont ils font honneur à la riche histoire pré-européenne et post-européenne des peuples autochtones. Le 21 juin est même devenu un jour férié dans les Territoires du Nord-Ouest. Lors de cette journée, on célèbre l’histoire orale, la musique, l’art et les jeux traditionnels.

Logo : National Aboriginal Day / Journée
nationale des Autochtones

© Affaires autochtones et Développement du Nord Canada
Par ailleurs, on a commémoré des personnes, des lieux et des événements importants liés à l’histoire des Autochtones grâce au Programme de désignation d’importance historique nationale du Canada. Ipirvik et Taqulittuq, un couple inuit qui a contribué à des expéditions dans l’Arctique dans les années 1860, ont été désignés personnes d’importance historique nationale en 1981. Le chef Peguis, du peuple des Ojibwas (Saultaux), a été désigné personne d’importance historique nationale en 2008. Il a signé le traité de Selkirk, le premier traité conclu entre un sujet britannique et un Autochtone de la Terre de Rupert. Blanc-Sablon, situé sur la Basse-Côte-Nord du Québec, a été désigné lieu historique national en 2007 en raison de son riche patrimoine archéologique. Le chef huron-pétun Kondiaronk et le rôle qu’il a joué dans la signature du traité de la Grande Paix de Montréal en 1701 ont fait l’objet d’une désignation en 2001 pour avoir rétabli la paix entre les Français et plus de 40 tribus amérindiennes. De plus, en 2009, le gouvernement du Canada a désigné le mois de juin Mois national de l'histoire autochtone.

Pour en savoir plus sur Ipirvik et Taqulittuq, le chef Peguis, Kondiaronk, le traité de Montréal de 1701 et le Mois national de l’histoire autochtone, consultez les sites Ipirvik et Taqulittuq, Le chef Peguis, allié de l’établissement Selkirk, L’arbre de la paix de Kondiaronk et Le Mois national de l’histoire autochtone dans les archives de Cette semaine en histoire.
Date de modification :