Cette semaine en histoire

Archives

Émeute des partisans au nom de Maurice Richard!

Semaine du lundi le 14 mars 2011

Le 17 mars 1955, des milliers d’amateurs de hockey déclenchent une émeute pour protester contre la suspension imposée à Maurice Richard, le joueur étoile des Canadiens de Montréal surnommé le « Rocket ». Aujourd’hui, on se souvient de « l’émeute du Forum » (ou l'émeute Richard) comme de la contestation dans le monde du sport la plus importante de l’histoire canadienne.

Le Rocket fait une prise de tête à son adversaire.
© Montreal Star / Bibliothèque et Archives Canada / PA-194046

Maurice Richard incarne de bien des façons le Canadien-français de son époque. Fils d’une famille nombreuse de confession catholique, il travaille dans une usine dont les propriétaires sont Canadiens-anglais, avant de faire sa place dans la Ligue nationale de hockey (LNH). Son talent de hockeyeur le hisse bientôt au rang d’icône dans le cœur des partisans des Canadiens, mais sa capacité de faire face à l’adversité lui confère le statut de légende chez les Canadiens-français. Rarement l’a-t-on vu baisser les bras devant un rival.

Le 13 mars 1955, après une bagarre avec Hal Laycoe des Bruins de Boston, Richard, ensanglanté et confus, frappe un arbitre. Le président de la LNH Clarence Campbell, un pilier de la rectitude protestante anglo-saxonne, décide de lui imposer une suspension pour le reste de la saison et les séries éliminatoires. Jamais la LNH n’a jusqu’alors imposé une sanction aussi sévère. Les partisans des Canadiens sont en furie; certains parce qu’ils voient s’envoler les chances de voir leur équipe préférée remporter une huitième coupe Stanley, d’autres parce qu’ils y voient un autre exemple sur la longue liste des cas de discrimination contre les francophones. Le 17 mars, alors que les Red Wings de Détroit sont en ville, les manifestants commencent à affluer aux abords du Forum de Montréal. 

Des manifestants portant des pancartes qui en disent long sur leurs sentiments devant le Forum de Montréal.
© Bibliothèque et Archives Canada / PA‑194033

La tension est palpable quand Campbell se présente en retard au Forum et prend place à son siège habituel. Les spectateurs commencent à lui jeter des objets de toutes sortes et la situation dégénère quand une bombe lacrymogène éclate près du siège de Campbell! La fumée force l’évacuation des milliers de partisans, qui viennent s’ajouter aux manifestants rassemblés dans les rues adjacentes au Forum. Puis la pagaille s’installe pour plusieurs heures dans le secteur.

Au cours des jours qui suivent, des commentateurs laissent entendre que l’émeute est le signe d’un sentiment nationaliste croissant au Québec. André Laurendeau, journaliste influent du journal Le Devoir, écrit alors : « On est soudain fatigués d’avoir toujours eu des maîtres, d’avoir longtemps plié l’échine [sous l'établissement anglophone] ». Selon ce point de vue, les Québécois défendent leurs droits culturels et politiques, plutôt que de protester contre la sévère suspension imposée au Rocket. Des années plus tard, « l’émeute du Forum » est toujours considérée comme un événement précurseur de la Révolution tranquille des années 1960 au Québec. Quant à Maurice Richard, il a toujours soutenu qu’il n’était rien d’autre qu’un joueur de hockey.

Le Club de hockey Canadien a été désigné événement d’importance historique nationale en 2008 et le Forum de Montréal est un lieu historique national depuis 1997.

Pour en savoir plus sur les succès des Canadiens de Montréal, lisez les articles suivants : Le hockey au Forum, La première grande vedette du hockey et Le « Saint-Graal » du hockey.

Date de modification :