Cette semaine en histoire

Archives

La bataille de la fourrure!

Semaine du lundi le 21 mars 2011

Le 23 mars 1821, la Compagnie de la Baie d’Hudson (CBH), qui a son siège à Londres, en Angleterre, et la Compagnie du Nord-Ouest (CNO), établie à Montréal, au Québec, sont réunies sous la bannière de la CBH. La fusion de ces deux compagnies crée un monopole dans la traite des fourrures qui favorise la « nouvelle » CBH et met un terme à la concurrence féroce et parfois sanglante qui fait rage depuis des décennies pour le contrôle du premier grand produit d’exportation en provenance du Canada.

Armoiries de la CBH, v. 1821. Pro Pelle Cutem, équivalent latin de « peau
pour peau ».

© Les armoiries de la Compagnie de la Baie d’Hudson sont une marque de commerce enregistrée. Elles sont reproduites avec l’autorisation de la Compagnie de la Baie d’Hudson. Image : gracieuseté des Archives de la Compagnie de la Baie d’Hudson, Archives du Manitoba.

Créée en 1670, la CBH exploite d’abord des postes de traite autour de la baie d’Hudson. Elle s’approvisionne en fourrures auprès de fournisseurs autochtones qui doivent parcourir de longues distances pour atteindre ces postes de traite. Après la chute de la Nouvelle-France en 1763, la CNO se veut entreprenante et commence à utiliser les anciennes routes de commerce des Français à l’intérieur des terres, minimisant ainsi les distances à parcourir pour bon nombre de négociants. Voyant son commerce menacé, la CBH développe son propre réseau intérieur et jette les bases de la concurrence entre les postes de traite des deux compagnies. On explore ainsi de vastes territoires, les partenariats avec les négociants autochtones se multiplient et bien des peuples autochtones profitent de nouvelles possibilités de développement économique.

Les négociants autochtones savent qu’ils sont un maillon indispensable de la chaîne d’approvisionnement et en profitent pour faire affaire avec le plus offrant. Dans l’espoir de maintenir leurs approvisionnements, les deux compagnies leur offrent des cadeaux de toutes sortes pour les inciter à chasser de façon intensive. La traite des fourrures est alors florissante et de nombreux Autochtones s’habituent aux produits d’origine européenne que leur rapporte ce commerce.

Armoiries de William McGillivray, l'éminent hivernant de la CNO, v. 1820. On peut lire « Persévérance » sur la banderole supérieure.
© Bibliothèque et Archives Canada / C-008711

La convoitise crée cependant des tensions entre les employés des deux compagnies qui se lancent même dans une escarmouche sanglante en 1816; c’est la bataille de Seven Oaks. La guerre économique oppose une société de la couronne britannique (CBH) à une entreprise coloniale (CNO). Tant que durent les hostilités, les négociants autochtones font de bonnes affaires. Pour éviter que le conflit ne s’envenime, les deux compagnies fusionnent en 1821. Le monopole de la nouvelle compagnie s'étend sur une vaste étendue de l'Amérique du Nord britannique pendant 21 ans. L’harmonie économique est rétablie, mais, face à une concurrence réduite pour leurs fourrures, le coût pour les Autochtones est élevé.

La traite des fourrures a été désignée événement d’importance historique nationale en 1968. Elle représente un volet si important de notre histoire que de nombreuses personnes, ainsi que de nombreux endroits et événements connexes ont aussi été désignés. Pour en voir la liste complète, consultez le Répertoire des désignations d’importance historique nationale au Canada dans le site Web de Parcs Canada. L’emplacement de la bataille de Seven Oaks a été désigné lieu historique national en 1920.

Pour en savoir plus sur la traite des fourrures et la rivalité entre la CBH et la CNO, consultez les rubriques suivantes de Cette semaine en histoire : Le prince Rupert dirige une nouvelle société de traite des fourrures et La bataille de Seven Oaks. Voyez aussi les pages Web des lieux historiques nationaux suivants : Col-Athabasca, Fort-Langley, Fort-Pelly, Fort-St.James, Kootenae House, Lower Fort Gary, Fort-Prince-de-Galles, Rocky Mountain House, Commerce-de-la-Fourrure-à-Lachine et York Factory.

Date de modification :